Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

21 Janvier : en deuil de Notre Bien Aimé Roi Martyr, Louis XVI Le Bienfaisant - Poème.

... Pardonne, Dieu puissant ; dans ta colère auguste,
Tu laissas quelquefois couler le sang du juste ;
Mais du meilleur des Rois quand tu proscris les jours,
A nos larmes du moins permets un libre cours.
L’instant fatal approche ; Exécrable journée !
La Victime à l’autel en spectacle amenée....
D’une honteuse mort les horribles apprêts...
Un échafaud... les lys couverts d’un noir cyprès...
Est-ce un Songe cruel dont l’erreur me tourmente ?
Non, je veille. Que dis-je ? une tête sanglante...
Barbares ! c’en est fait, et Louis ne vit plus.
Inutile douleur et regrets superflus !
Il ne vit plus : son âme, et si pure et si belle.
A quitté pour jamais sa dépouille mortelle.
Et d’une sombre nuit l’épaisse obscurité
Ne nous a pas des cieux dérobé la clarté !
Et la main du bourreau, qui dut trancher sa vie.
A pu, sans se glacer, consommer l’œuvre impie !
Et la terre n’a pas englouti dans ses flancs
Ce chef des assassins dont les ordres sanglants,
Grâce aux accents bruyants d’un instrument complice.
En étouffant sa voix, hâtèrent son supplice !
Il ne vit plus ! Quel crime avait-il donc commis ?
Indigne d’un pouvoir par ses Aïeux transmis,
Courbait-il ses sujets Sous un sceptre arbitraire ?
Hélas ! il en était moins le roi que le père.
Monarque vraiment sage et vertueux époux ,
On ne le vit jamais, infidèle en ses goûts,
Faire, au mépris des lois de la morale austère,
De son lit nuptial une couche adultère ;
D’impudiques trésors, gages de ses soupirs,
Payer le faste abject de ses honteux plaisirs.
De la religion soutenant l’édifice,
Par son exemple seul il combattit le vice ;
Du trône il dédaigna les honneurs orgueilleux ;
Il borna sa grandeur à faire des heureux.
De toutes les vertus, modèle vraiment rare,
Du sang de ses sujets quel roi fut plus avare ?
Au sein de ses malheurs, de chagrins accablé,
« Dites-moi que l'on m’aime et je suis consolé, »
S’écriait-il. Enfin, son indulgence extrême
Ne l’abandonna point à son heure suprême.
En recevant la mort, d’un air fier et soumis,
Il pardonna sans peine à tous ses ennemis,
Fit grâce à l’injustice, oublia la vengeance,
Et son dernier moment fut un trait de clémence.
France, pleure un forfait, dont l’éternel affront
Jusqu’à ton dernier jour fera rougir ton front.
Les siècles à venir contre toi se soulèvent ;
Leurs redoutables voix dès à présent s’élèvent,
T’accusent, et du ciel sur ta postérité
Appellent le courroux trop longtemps arrêté.
Vois l’Europe déjà conspirant ta ruine,
Sur tes débris fumants la guerre, la famine,
Tous les fléaux ensemble exerçant leurs fureurs,
Tes propres enfants même abreuvés de tes pleurs,
Insultant à tes maux, méconnaissant leur mère,
Des torrents de ton sang baignant au loin la terre.
Et Vous dont les écrits, par malheur trop fameux,
Corrompant du Français le naturel heureux ,
Précipitaient ses pas dans le sentier du crime,
Téméraires Penseurs, mesurez donc l’abîme
Où l’a jeté l’erreur de vos principes vains.
Étalez maintenant vos superbes dédains ;
D’une religion peignez-nous la chimère ;
Allez défier Dieu jusqu’en son sanctuaire ;
Et recueillez le prix de vos rares leçons.
De vos livres, plutôt, tarissent les poisons !
Périssent vos écrits, et leur coupable gloire !
Et pour en effacer jusques à la mémoire,
Que leurs feuillets, livrés à des feux dévorants,
Soient en vile poussière abandonnés aux vents !
Pour moi qui, dans ces jours et de honte et d’alarmes,
Comprimant ma douleur, dissimulant mes larmes,
Prêt à quitter vingt fois et crayon et pinceau,
Osai de nos malheurs esquisser le tableau,
Si de la vérité, trop fidèle interprète,
Au glaive inquisiteur je dévouais ma tête,
Si trahi dans mes vers, surpris dans mon secret,
D'un tribunal de sang je dois subir l’arrêt,
J’irai, de mes bourreaux je braverai la rage ;
Et loin que l’échafaud étonne mon courage,
Je vois sans pâlir, j'y monte sans effroi,
Trop heureux de périr comme à péri mon Roi.
Louis Jean-Baptiste Étienne Vigée

Blanche Belleroy pour Royalistes.Net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Béatrice 21/01/2015 15:55