Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre Père qui êtes aux cieux ; Que votre nom soit sanctifié ; Que votre règne arrive ; Que votre volonté soit faite, Sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Pardonnez-nous nos offenses, Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation, Mais délivrez-nous du mal. Amen.

Notre Père qui êtes aux cieux ; Que votre nom soit sanctifié ; Que votre règne arrive ; Que votre volonté soit faite, Sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Pardonnez-nous nos offenses, Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation, Mais délivrez-nous du mal. Amen.

Si l’aveugle n’est tout à fait aveugle, il ne se laisse jamais bien conduire par son guide : si l’âme aussi s’appuie sur quoi que ce soit qu’elle goûte, elle s’égarera toujours dans le chemin qui conduit à Dieu, pour ne s’aveugler entièrement en la foi, laquelle est son véritable guide.
(Liv. II de la Montée du Mont-Carmel, chap. 4.)

La foi est la maîtresse de chambre qui nous conduit jusques au trône de Dieu.
(Dans sa Vie, chap. de la Foi.)

L’âme, pour se bien conduire par la foi à l’union de Dieu, ne doit pas seulement s’aveugler selon la partie qui regarde les créatures, qui est la sensitive, mais encore selon celle qui regarde Dieu, qui est la raisonnable et spirituelle.
(Liv. II de la Montée du Mont-Carmel, chap. 4.)

Si l’homme spirituel juge des choses selon les sens, il n’est plus spirituel.
(Ibid., chap. 19.)

L’âme doit connaître plus Dieu par ce qu’il n’est pas, que par ce qu’il est.
(Liv. III de la Montée du Mont-Carmel, chap. 1.)

On connaît d’autant plus Dieu, que l’on voit qu’il y a infiniment plus à connaître en lui qu’on ne connaît pas.
(Dans son Cantique d’amour.)

Plus on croit et l’on sert Dieu sans signe, plus on lui rend d’honneur, parce que c’est croire de Dieu plus que les miracles n’en sauraient apprendre.
(Liv. III de la Montée du Mont-Carmel, chap. 31.)

On aura autant d’union qu’on aura d’espérance, et l’on aura autant d’espérance qu’on se dépouillera des choses de ce monde.
(Ibid., chap. 6.)

Quand l’âme n’attend sa consolation que de Dieu, il est tout prêt à la lui donner.
(Cant. d’amour.)

Pour lire la suite c'est sur :

Tag(s) : #Religion

Partager cet article

Repost 0