Généalogie des Rois de France : 2 - Clodion le Chevelu (vers 390 - 450)

CLODION, SURNOMMÉ LE CHEVELU, IIe ROI (vers 390 - vers 450)

CLODION, SURNOMMÉ LE CHEVELU, IIe ROI (vers 390 - vers 450)

A peine Clodion venait-il de succéder à son père, que les Romains, jaloux de voir les Français prendre pied dans les Gaules, & y jeter les fondements d'un État en règle, résolurent de s'y opposer ; ils rassemblèrent de grandes forces sous la conduite d'Aëtius, leur Général, qui fit repasser le Rhin aux Français, même à deux reprises, leur enleva les possessions dont ils jouissaient déjà.

Clodion, en héritant du sceptre de Pharamond, avait aussi hérité de sa valeur & de sa capacité ; il ne perdit point l’espérance de rentrer dans les Gaules ; les échecs qu'il venait de recevoir, bien loin de le décourager, n'avaient fait que redoubler son ardeur ; secondé de celle de ses sujets & de leur intrépidité, il n'attendait que le moment favo­rable, aussi il n'avait, ni lui, ni les siens, quitté les autres bords du Rhin : il choi­sit pour demeure le Château de Dispargues, situé près de Tongres. Quelques années s'écoulèrent sans qu'il jugeât à propos de rien entreprendre ; mais assuré par les espions qu'il avait soin d'entretenir dans la seconde Belgique, que les villes y étaient dénuées de Troupes, & que les Romains ne se doutaient pas de la moindre irruption, il assembla ses Sujets et tous Soldats, & les conduisant par la forêt de Charbonière, ou de Haynault, ce qui dérobait leur marche, il était déjà maître de Tournai, Cambrai, & plusieurs places voisines, qu'on le croyait encore à Dispargues.

Des succès si rapides déterminèrent Clodion à étendre ses conquêtes ; il forma même le vaste projet de réunir toutes les Gaules sous la domination Française, & d'en chasser entièrement les Visigoths, les Bourguignons, & surtout les Romains : la puissance de ces derniers déjà ébranlée, & la contrition qui régnait dans leur Empire lui en faisaient concevoir l’espérance, mais arrêté de nouveau par la valeur d'Aëtius, il reçut un grand échec dans le pays d'Artois, près de Lens, pour lors Vicus Helanae, qui suspendit ses desseins : Aëtius cependant, ne sut point si bien profiter de la supériorité qu'il venait d'avoir sur Clodion, que celui-ci, rappelant toute sa fermeté, fît oublier sa défaite par de nouvelles victoires, il se rendit maître de tout le pays d'Artois, s'étendit jusqu'à la Somme, prit la ville d'Amiens, & y établit son Siège Royal.

Ce fut dans cette ville où Clodion mourut dans le Paganisme, vers la fin de l'an quatre cens quarante-sept, après y avoir siégé trois ans, & gouverné les Français pen­dant vingt ans. Le chagrin que lui donna la mort de son fils aîné, qu'il avait envoyé au siège de Soissons, ne contribua pas peu à hâter la sienne, laissant trois autres fils en bas âge, auxquels il donna pour tuteur Mérovée, son proche parent.

C O S T U M E.

La mode que Clodion avait introduite pour les Rois & les Princes du Sang, de porter la chevelure longue & bien peignée, lui fit donner le surnom de Chevelu. Les habillements des Grands avaient à-peu-près conservé la même forme que sous le Règne de Pharamond.

Blanche Belleroy pour Royalistes.Net

Plusieurs éléments de la biographie de Clodion restent obscurs. Certains autres sont encore discutés par les historiens. Sont notamment controversés son lieu d'origine, sa généalogie, ses sources historiques et son surnom.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog