Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint Valentin chargé de chaînes. D'après le tableau de Barth. Zeitblom, à Augsbourg.

Saint Valentin chargé de chaînes. D'après le tableau de Barth. Zeitblom, à Augsbourg.

Le prêtre Valentin vivait à Rome sous le règne de Claude II. Une haute réputation de sagesse et de sainteté lui avait attiré la vénération des païens eux-mêmes. Son zèle était ardent, sa charité le rendait le père des pauvres, son commerce doux et affable lui gagnait tous les cœurs.

L'empereur, ayant appris son mérite, voulut le voir ; dès qu'il le vit, il désira se l'attacher. « Pourquoi, » lui dit-il devant sa cour, « ne voulez-vous pas être mon ami, puisque je veux être le vôtre ? Pourquoi n'adorez-vous pas nos dieux ? » — « Seigneur, » répond Valentin, « si vous connaissiez Celui que je sers, vous détesteriez le culte des démons, et avec moi vous adoreriez le seul vrai Dieu, dont JÉSUS-Christ est le Fils. » — « Que pensez-vous du grand Jupiter ? » lui demande un courtisan. — « Ce que vous devez en penser vous-même, avec vos poètes, qu'il est le type de la perversité. » On ne laissa pas de crier au blasphème, mais personne ne sut que lui répondre.

L'empereur voulut l'entretenir en particulier. Le saint prêtre lui parla de la religion du Christ avec tant de sagesse et de clarté, que le prince fut sur le point de se convertir. Mais, hélas ! quelle force le respect humain n'a-t-il pas sur le cœur de l'homme ! Claude, n'osant braver son entourage païen, livra l'homme de DlEU au préfet Calpurne, qui le fit jeter en prison et traduire devant le juge Astérius.

Celui-ci appela donc Valentin à son tribunal : « Comment, » lui dit-il, « vous, homme de sens et de sagesse, pouvez-vous regarder le Christ comme la vraie lumière ? » — « Croyez-le, Astérius, JÉSUS-Christ, mon Sauveur et mon Dieu, est vraiment la lumière qui éclaire tout homme en ce monde. » — « Si cela est, qu'il le prouve, qu'il éclaire ma fille, aveugle depuis plusieurs années, et je crois en lui ! »

Valentin, ne doutant pas que DlEU voulût confirmer sa foi par un miracle, fait venir aussitôt la jeune fille et marque ses yeux du signe de la croix, en disant : « Seigneur JÉSUS, vrai DlEU et vrai homme, qui avez guéri l'aveugle de naissance et qui voulez le salut de tous les hommes, exaucez la prière d'un misérable pécheur et rendez la vue à cette enfant. » A l'instant même la jeune fille est guérie. Astérius tint sa parole : il crut, lui et toute sa famille, et Valentin les baptisa au nombre de quarante-quatre, dont plusieurs, quelques jours après, endurèrent le martyre.

Le saint prêtre fut remis entre les mains d'autres juges. Pour ébranler sa constance, ils le firent fouetter à plusieurs reprises, le jetèrent dans les prisons chargé de chaînes, et enfin le condamnèrent à être décapité (14 février 270).

Réflexion PRATIQUE. — Souvent un seul miracle opéré devant des païens les détachait du culte de leurs idoles, et des milliers de prodiges auxquels nous croyons et qui confirment notre foi, n'ont aucune vertu contre nos passions, ces idoles de notre cœur ! Sommes-nous donc de cette race d'hommes que les plus étonnantes merveilles ne peuvent émouvoir ?

Blanche Belleroy pour Royalistes.Net

Tag(s) : #Religion

Partager cet article

Repost 0