Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

La Révolution :  ses premiers apôtres et adeptes.

D. A quelle époque la révolution a-t-elle commencé à paraître avec la forme de négation ou révolte actuelle ?

R. Vers le milieu du quinzième siècle, à cette époque nommée, à tort, la Renaissance.

D. Qu'entendez-vous par cette Renaissance ?

R. J'entends une époque de

monstrueuse alliance du profane et du sacré...., d'imitation de mœurs païennes, qui, si elle fut féconde dans l'histoire des arts, fut « dans l'histoire morale, intellectuelle et politique des peuples, fertile en résultats dangereux ou équivoques

(Encycl. du XIXe siècle, Renaissance.)

D. Nous reste-t-il encore quelque chose de cette « fureur d'admiration du paganisme ? »

R. Oui, l'élite de notre jeunesse chrétienne, sortie du foyer domestique, consacre ses années d'éducation à l'étude et à l'admiration du paganisme, de telle sorte qu'elle connaît mieux les lois de la Grèce, de la Rome païenne, que celles du christianisme , les auteurs de Sparte et d'Athènes, mieux que ceux de l’Église..., les dieux de la mythologie mieux que les saints du calendrier...

D. Croyez-vous que cette éducation ait contribué au néo-paganisme de nos jours ?

R. On ne saurait en douter ; ainsi l'affirment les amis et les ennemis de la révolution, et, pour s'en convaincre, il n'y a qu'à lire les écrits, faits et gestes de nos révolutionnaires.

D. Qui furent les premiers apôtres de cette révolution païenne ?

R. Luther et Calvin.

D. Qu'étaient-ils ?

R. Deux apostats nourris et engraissés du pain de l’Église.

D. Que firent-ils ?

R. Ils nièrent l'infaillibilité ou l'autorité de l’Église de Jésus-Christ et y substituèrent l'infaillibilité ou l'autorité de la raison individuelle. C'est ce qu'on appelle l'émancipation de la raison.

D. Trouvèrent-ils des imitateurs de leur révolte ?

R. Oui, Voltaire, J.-J. Rousseau et consorts ; ils s'écrièrent :

Écrasons l'infâme !... le Christ.

Avec les boyaux du dernier des prêtres étranglons le dernier des rois !!!

D. Qui furent leurs dignes successeurs ?

R. Robespierre, Saint-Just, Danton, Marat, Carrier, Babeuf, etc., etc., qui furent les pontifes de la grande tourmente de 93 de la révolution bourgeoise.

D. Que fut la funeste époque de 89 pour la révolution proprement dite ?

R. Ce fut l'époque de sa renaissance ou consécration légale.

D. Comment se fit ce baptême légal ?

R. Par la proclamation des droits de l'homme contre les droits de Dieu ; par la fondation d'un nouvel ordre, soit religieux, soit social, absolument indépendant des volontés ou commandements de Dieu ; en un mot, par l'apothéose de l'homme.

Blanche Belleroy pour Royalistes.Net d'après C. Le Franc.

A tous ceux qui nous lisent, nous voulons rappeler qu'il est important dans un combat contre-révolutionnaire de partager les publications. Simplement en cliquant, vous pouvez multiplier l'impact du message envoyé.

Par ce petit geste quotidien, vous participez à votre façon à la diffusion des principes catholiques et royalistes. Plus que de nous lire, nous partager est indispensable.

Si vous adhérez à la publication, pensez à la partager.

Merci à Vous.

Pour Dieu, le Roi, la France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article