La Synagogue et la révolution sexuelle - M.P.I.

« Le Mouvement Tradition Québec nous livre cette étude intéressante :

L’article que nous avons choisi de citer est l’un des plus révélateurs sur le sujet de la corruption des sociétés chrétiennes que nous avons pu lire ces dernières années. Ce qui fait la valeur du témoignage dans ce cas précis, c’est qu’il est extrait des pages de l’éminent magazine juif Jewish quarterly, de la plume d’un conférencier universitaire sur l’histoire moderne américaine, le réputé juif Nathan Abrams.

Les références juives citées expliquent clairement les raisons pour lesquelles elles se sont investies dans l’industrie de la pornographie – ces motifs sont essentiellement antichrétiens.

Pour voir l’article complet en anglais sur le site du Jewish quarterly

En voici une courte traduction. »

La Synagogue et la révolution sexuelle - M.P.I.

Révolutionnaires sexuelles

En développant la thèse subversive, l’implication juive dans l’industrie du film pour adulte peut être considérée comme un doigt d’honneur à l’ensemble de l’établissement WASP (Anglo-saxon blanc et protestant, de l’anglais White Anglo-Saxon protestant) en Amérique. Certaines vedettes du porno se considéraient comme des combattants de première ligne dans le combat spirituel entre l’Amérique chrétienne et l’humanisme séculier. Selon Luke Ford, les acteurs juifs de la pornographie se vantent souvent, face à la bête puritaine, de leur « fierté d’entretenir une vie sexuelle anarchique ». L’implication juive dans le porno, selon cet argument, est le résultat d’une haine atavique de l’autorité chrétienne: ils essaient d’affaiblir la culture dominante en Amérique par la subversion morale.

Astyr (acteur porno) se souvient de s’être sauvé ou de s’être battu à l’école primaire parce qu’il était Juif: «Il se pourrait très bien que cette partie de ma carrière porno soit un « doigt d’honneur » à mes anciens persécuteurs».

Al Goldstein, l’éditeur de Screw, dit (sur lukeford.net): «La seule raison pour laquelle les Juifs sont dans la pornographie, c’est que nous n’aimons pas le Christ et que nous n’aimons pas le Catholicisme. Nous ne croyons pas à l’autoritarisme. »

La pornographie devient ainsi un moyen de souiller la culture chrétienne et, comme elle pénètre au cœur même du courant dominant américain (sans aucun doute consommée par ces mêmes WASP), son caractère subversif développe une plus grande charge. La pornographie n’est plus ce que Butler qualifiait de «type de voyeurisme», elle est maintenant entraînée vers de nouveaux extrêmes de la représentation qui repoussent les limites de l’esthétique pornographique. De plus en plus de types de relations sexuelles sont représentées, le désir de choquer (et de « divertir ») semble clair.

C’est l’expression des positions révolutionnaires/radicales traditionnelles des immigrants juifs en Amérique acheminée dans la politique sexuelle plutôt que dans la politique de gauche. Autant les Juifs ont été représentés de manière disproportionnée dans les mouvements radicaux au fil des ans, autant ils sont également surreprésentés dans l’industrie du porno. Les Juifs en Amérique ont été des révolutionnaires sexuels. Une grande quantité de la propagande sur la libération sexuelle a été écrite par des Juifs. Ceux qui sont à l’avant-garde de ce mouvement qui a forcé l’Amérique à adopter une vision plus libérale du sexe étaient juifs. Les Juifs étaient également à l’avant-garde de la révolution sexuelle des années 1960. Wilhelm Reich, Herbert Marcuse et Paul Goodman ont remplacé Marx, Trotsky et Lénine parmi les lectures révolutionnaires recommandées. Les préoccupations centrales de Reich étaient le travail, l’amour et le sexe, tandis que Marcuse a prophétisé qu’une utopie socialiste permettrait de libérer les individus et de leur faire atteindre la satisfaction sexuelle. Goodman écrivait que les «belles conséquences culturelles» qui résulteraient de la légalisation de la pornographie: «ennoblir tout notre art» et «humaniser la sexualité». Pacheco est une vedette juive de la pornographie qui a lu Reich ; un mariage intellectuel de Freud et de Marx (lukeford.net):
« Avant que je reçoive mon premier rôle dans un film pour adulte, je m’étais présenté à une audition pour un film classé X avec les cheveux très longs et une copie de « la révolution sexuelle » de Wilhelm Reich sous le bras, en scandant des trucs sur le travail, l’amour et le sexe. »
Comme le rabbin Samuel H. Dresner l’explique (E. Michael Jones, Rabbi Dresner’s Dilemma: Torah v. Ethnos, Culture Wars, May 2003), « la rébellion juive a éclaté à plusieurs niveaux », d’où « le rôle éminent des Juifs en tant que défenseurs de l’expérimentation sexuelle ». Dans l’ensemble, les artistes pornos sont un groupe de personnes qui louent la rébellion, l’épanouissement et la promiscuité.

De quoi avoir honte?

Cette brève analyse du rôle et des motivations derrière les pornographes et les acteurs est destinée à faire la lumière sur un sujet négligé dans la culture populaire juive américaine. Peu de choses ont été écrites à ce sujet. Des livres comme celui de Howard M. Sachar, A History of the Jews in America (New York, Knopf, 1992) ignorent tout simplement le sujet. Et vous pouvez parier que le 350e anniversaire de l’arrivée des Juifs aux États-Unis ne comportait pas de célébration de l’innovation juive dans ce domaine. Même le généralement tolérant Time Out New York a été trop prudent pour en parler, seul le magazine Heeb prévoit traiter de la question. À la lumière de la vision juive relativement tolérante du sexe, pourquoi aurions-nous hontes du rôle des Juifs dans l’industrie du porno? Même si cela nous déplait, le rôle des Juifs dans ce domaine a été important et il est temps que des choses sérieuses soient écrites sur le sujet.

Nathan Abrams est un maître de conférences en histoire moderne américaine à l’Université d’Aberdeen. Il vient de terminer un livre sur le néo-conservatisme aux États-Unis.

Source :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog