Le Génocide Arménien : Moïse Cohen, alias Munis Tekinalp juif séfarade, franc-maçon

Le Génocide Arménien : Moïse Cohen, alias Munis Tekinalp juif séfarade, franc-maçon

Munis Tekinalp, vous connaissez ?

C'est l'idéologue d'une Turquie purifiée de ses éléments chrétiens.

1 - Ce génocide a été planifié par le gouvernement "Jeune Turc" issu du "Comité Union et Progrès" qui fut fondé le 14 juillet 1889 .

2- Parmi ces "Jeunes Turcs" l'idéologue principal d'une Turquie "purifiée" de ses éléments Chrétiens Grecs, Maronites, Chaldéens, Syriaques et Arméniens, Sunnites Kurdes et Arabes fut Munis Tekinalp.

Il publia en 1914 "Turan" qui peut être considéré comme le "Mein Kampf" du Turcisme. Ce programme de destruction planifiée des peuples non-Turcs d'Asie Mineure et d'appropriation de leurs biens fut connu dès la fin 1914 par les services de renseignements Occidentaux ( Français, Anglais ) qui en interdirent la diffusion auprès du "grand public.

Dans les années 1980, la Turquie étant dans l'OTAN, il était impossible pour un historien ne comprenant le Turc de se procurer une des versions traduites par les services de renseignements Alliés et Allemand. sources : zébrastationpolaire et Salon Beige.

Commentaires :

Mais qui est Munis Tekinalp ?

Moïse Cohen, alias Munis Tekinalp est un juif séfarade, né à Serrés dans la province rouméliote en 1883, dans une famille juive orthodoxe. Il est fils de rabbin et mène des études pour devenir rabbin, élève de l'Alliance Israélite Universelle puis d'un Idadi (lycée ottoman) de la Faculté de Droit de Salonique.

Il a écrit quelques articles, sur le socialisme notamment et est devenu franc-maçon durant cette période et membre du Parti İttihat ve Terakki (Parti d’Union et Progrès).

"Tout le monde sait que je m'étais toujours considéré comme un sioniste à un moment donné, me déclarant moi-même comme en étant un et agissant en conséquence : toutefois, comme mes écrits, mes nombreux articles dans les journaux turcs, mes polémiques avec Ebuzziya Tevfik Bey dans Tasvir-i Efkâr, et mes conférences au Congrès de Hambourg le prouvent, j'ai toujours considéré le sionisme comme un mouvement d'immigration juive en Turquie et de préférence en Palestine, laquelle a une certaine attraction historique pour les Juifs. (...)

Par conséquent, d'après les sionistes, je n'ai jamais été un sioniste ; selon moi, j'ai été, je suis et serai toujours un sioniste, ce qui signifie un partisan d'une immigration juive importante en Turquie ; dans mes articles, publiés dans Tasvir-i Efkâr, dans Zeman et Yeni Asır, etc., j'ai toujours été favorable, avec beaucoup d'insistance, à cette immigration — à partir d'un point de vue ottoman, aussi bien que juif — car je suis convaincu qu'elle peut contribuer beaucoup au progrès de notre pays et garantir la sécurité de milliers de nos malheureux coreligionnaires."

Moiz Kohen, "Una explicación", La Epoca (journal de Salonique en langue ladino), 20 décembre 1910 :

Le génocide Arménien c'est : entre 1 200 000 et 1 500 000 de victimes, la population arménienne variant selon les statistiques de 1 800 000 à 2 100 000.

Et que fait-on des 700 000 malheureux qui ont survécu aux marches de la mort et sont parqués dans les camps de Syrie ?

Voici la réponse : Voici le texte d'un télégramme transmis par le ministre à la direction des Jeunes-Turcs de la préfecture d'Alep :

Le gouvernement a décidé de détruire tous les Arméniens résidant en Turquie. Il faut mettre fin à leur existence, aussi criminelles que soient les mesures à prendre. Il ne faut tenir compte ni de l'âge, ni du sexe. Les scrupules de conscience n'ont pas leur place ici.

On a déjà entendu quelque chose du même genre en France, il y a 222 ans n'est-ce pas ?

Vous vous souvenez du décret du 2 août 1793 : la Convention a ordonné la destruction systématique et l'incendie de tout le pays, récoltes comprises, en même temps que la mise à mort des rebelles. ( Liberté, Egalité, Fraternité, Droits de l'Homme …) LA REPUBLIQUE Maçonnique, ça vous dit quelque chose non ?

Décret du 1er novembre 1793, sur rapport de Barère :

Toute ville qui recevra dans son sein des "brigands" (royalistes) ou qui ne les aura pas repoussés avec tous les moyens dont elle est capable, sera punie comme une ville rebelle, et en conséquence elle sera rasée.

Le département qui a trop longtemps porté l'effroyable et perfide nom de Vendée, n'est en ce moment qu'un monceau de cendres et un vaste désert.

Le comité a pris des mesures qui tendent à exterminer cette race rebelle des vendéens.

Ce n' est plus aujourd’hui qu' il faut se parer d' une vaine pitié, ce n' est plus le temps de faire grâce; il faut que nous périssions ou que nous exterminions nos ennemis.

La Vendée c'est 350 000 à 400 000 morts, sur seulement à peine quatre départements... Source.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog