Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La question du célibat pour un chrétien - Abbé Michel Simoulin

[...] Nous parlons et prêchons souvent sur la vocation sacerdotale et religieuse. Nous parlons aussi du mariage, de la famille et du rôle des éducateurs chrétiens. Mais nous ne parlons jamais de ce que nous pourrions nommer la « troisième voie », le célibat consacré. Et pourtant, sans parler de vocation proprement dite (ce que certains contesteraient), nous pouvons parler de choix et de grâce d’en-haut, car ce n’est pas un choix moins noble ni une voie moins grande.

Je lisais récemment le récit d’un homme qui, à l’âge de trente-trois ans, songeait à se marier mais qui, dit-il, « rencontra un médecin qui me parla de l’Eglise et de la beauté d’un être tout entier à son service, bien que vivant dans le monde. Je ne sais ce qu’il advint pendant les jours qui suivirent cet entretien, ni comment cela advint ; le fait est que priant dans une église déserte où j’étais entré pour laisser libre cours au tumulte des pensées qui s’agitaient dans mon esprit, j’entendis cette même voix qui m’avait déjà parlé lorsque je m’étais confessé au Père de la mission : tu ne te marieras pas, tu m’offriras ta vie. Je serai ton amour pour l’éternité… Ce furent des années de travail, de passions, de rencontres avec les âmes, de grands rêves… »

Le grand pape Pie XII n’a pas craint d’en chanter la louange (Sacra virginitas. Pie XII. 25 mars 1954): La multitude des fidèles qui, depuis le début de l’Église jusqu’à nos jours, ont consacré à Dieu leur chasteté, est innombrable : les uns en gardant intacte leur virginité ; d’autres en lui vouant, à la mort du conjoint, leur veuvage; d’autres, enfin, en regrettant leurs péchés, par le choix d’une vie parfaitement chaste ; mais tous se distinguent par cette résolution commune de s’abstenir, pour Dieu, des plaisirs de la chair et cela pour toujours. Que l’enseignement des saints Pères sur la gloire, le mérite de la virginité soit donc pour tous ceux-ci une invitation, un soutien et une force pour persévérer fermement dans leur sacrifice accompli, de sorte qu’ils n’ôtent ni ne reprennent jamais la moindre parcelle de l’holocauste déposé sur l’autel de Dieu.

Cette chasteté parfaite est matière d’un des trois vœux constitutifs de l’état religieux ; elle est exigée des clercs majeurs de l’Église latine et des membres des instituts séculiers. Mais cette vertu fleurit aussi chez de nombreux fidèles qui demeurent laïcs; car il y a des hommes et des femmes qui ne sont pas dans l’état public de perfection et qui cependant renoncent totalement au mariage et aux plaisirs de la chair, de propos délibéré et même par vœu privé, afin de servir plus librement le prochain et d’unir leur âme à Dieu plus facilement et d’une manière plus intime.

La question du célibat pour un chrétien et ce que la Bible dit à ce sujet est souvent mal compris. St Paul nous dit pourtant clairement: « je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi. » (1 Corinthiens 7 ; 7-8).

Ce n’est pas un péché ni une tare de rester célibataire, même notre vie entière. Le plus important dans la vie n’est pas de trouver un mari ou une épouse et d’avoir des enfants, mais c’est de servir Dieu et le prochain, quelle que soit la situation familiale. Le célibat ne doit pas être regardé comme une sorte de malédiction ou comme une indication qu’il y a « quelque chose qui ne va pas » chez cet homme ou cette femme célibataire. Un célibataire chrétien n’est en rien laissé pour compte, un chrétien de « seconde classe ». Comme le passage de l’épître aux Corinthiens le déclare, le célibat est, pour le moins, une vocation supérieure.

Parmi les célibataires « Il y en a qui vivent leur situation dans l'esprit des béatitudes, servant Dieu et le prochain de façon exemplaire », il y en a qui ont fait ce choix pour pouvoir aimer et servir les plus démunis, ceux qui n’ont personne pour les aimer, veiller sur eux, les instruire, les conseiller, les soigner…

Bien sûr, il y a des vieux garçons racornis, il y a des vieilles filles grincheuses… mais il y a aussi des parents et des consacrés indignes ! Ni les prêtres, ni les religieux ou religieuses n’ont l’apanage de la vertu, de la charité et de la sainteté. Alors, que vaut-il mieux ?

«Aime et fais ce que tu voudras.» Ne te préoccupe pas, mon frère, de ce que tu fais, préoccupe-toi d'aimer. N'importune plus le ciel de ton inutile: « Quelle est ma route? » mais applique-toi à aimer.

En aimant, tu découvriras ta voie; en aimant tu écouteras la Voix; en aimant tu trouveras la paix.

L'amour est la perfection de la loi et la règle de toute vie, la solution de tout problème, l'aiguillon de toute sainteté.

« Aime et fais ce que tu veux. »

Non, il ne m'est pas possible de faire ce que je veux, lorsque j'aime.

Lorsque j'aime, je dois faire la volonté de l'aimé.

Lorsque j'aime, je suis prisonnier de l'amour et l'amour est terrible dans ses exigences, surtout quand cet amour a Dieu pour objet et un Dieu crucifié. Je ne peux plus faire ma propre volonté; je dois faire la volonté de Jésus qui est la volonté du Père.

Et lorsque j'aurai appris à faire cette volonté, j'aurai réalisé pleinement ma vocation sur la terre et rejoint le degré de ma perfection. (C. Carretto)

« La grâce veille à tout et sur tous », et il y a des saints partout où la grâce a le premier et le dernier mot, même chez des enfants !

Beau mois du Sacré-Cœur à tous et toutes, avec au cœur un grand désir d’aimer au nom de Celui qui nous a tant aimés!

SOURCE - Le Seignadou - juin 2015

[Abbé Michel Simoulin, fsspx - Le Seignadou] La question du célibat pour un chrétien
Tag(s) : #Religion

Partager cet article

Repost 0