Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

Louis XX roi de France 2015

Louis XX roi de France 2015

Un royaliste est forcément légitimiste !

Un royaliste, sous toutes les royautés du monde, est toujours un légitimiste qui accorde sa foi, son obéissance, au successeur légitime, selon les lois successorales traditionnelles en vigueur dans la monarchie à laquelle il appartient, du monarque légitime précédent. Un royaliste est donc intrinsèquement légitimiste !

Depuis Hugues Capet, premier roi inaugurant la nouvelle dynastie « élue », jusqu’à Jean Ier, la succession à la Couronne de France fut réglée par la nature, se transmettant de mâle en mâle par le fils aîné. A la mort de Jean Ier, en 1316, successeur légitime naturel de Louis X, c’est la loi qui, se substituant à la nature défaillante, décida de suppléer à la tradition successorale établie par l’heureuse continuité naturelle depuis l’origine de la dynastie capétienne et inscrivit, dans ce que l’on appelle les Lois Fondamentales du Royaume, que le principe royal saisit instantanément et automatiquement le descendant ou plus proche parent aîné par les mâles du roi Capétien précédent. Dans le cas présent, ce fut Philippe V. Ainsi, si le roi a un fils, la succession redevient naturelle, s’il n’en a pas, elle est réglée par la loi. Mais en tout état de cause, cette succession n’est ouverte que pour les princes de la Famille Capétienne !

Afin d’assurer en toutes circonstances une succession paisible à la Couronne, ce principe successoral doit être intangible. Cette intangibilité induit une indisponibilité de la Couronne. C’est-à-dire que le roi positif (l’homme-roi qui naît, vit et meurt), qui n’est que l’incarnation charnelle provisoire du roi mystique (principe royal qui émane de Dieu et est éternel), reçoit la royauté par sa naissance et ne peut en disposer. Il ne peut ni la refuser, ni l’abdiquer, ni choisir son successeur. Elle s’impose à lui, qu’il la veuille ou non, qu’il s’en sente digne ou non ; elle échappe à toute volonté qui voudrait la lui ravir, qu’elle émane d’une contrainte extérieure ou de la volonté propre du roi qui voudrait s’en démettre ; elle désigne formellement, par la loi, le successeur, sans pouvoir être aucunement influencée par les dernières volontés du roi qui en désignerait un autre. Voilà la règle de succession à la Couronne du Royaume de France !

Un royaliste soucieux de savoir qui incarne le roi légitime suivra donc, à travers les tourbillons de l’Histoire, les différents successeurs légitimes de mâles en mâles par les aînés et ceci depuis Hugues Capet, si cela l’amuse. Il reconnaîtra ainsi, à chaque génération, lequel des princes fut saisi du principe royal et descendra, guidé par la seule rigueur de la légitimité réglée par les Lois Fondamentales, jusqu’à Louis de Bourbon, saisi du principe royal le 30 janvier 1989 l’instituant Roi de France Louis XX !

Aucun traité, aucune renonciation, aucune abdication ne peuvent attenter à la succession légitime du roi mystique qui est de Dieu et échappe à la volonté de l’Homme. Ainsi, le traité d’Utrecht, les renonciations de Philippe V ou l’abdication de Charles X ne sont même pas contraires à la loi successorale du Royaume de France, puisqu’ils n’ont aucune existence, sont dépourvus de toute capacité d’exercer la moindre action ou influence au regard de Dieu qui ne s’occupe pas des revendications humaines et saisit éternellement, comme légitime successeur du principe royal qui émane de lui, l’aîné des descendants par les mâles jusqu’à l’extinction de la race choisie.

Aujourd’hui, ce principe s’incarne en Louis XX, aîné des Capétiens ! Seul Louis XX est le Roi légitime de France et toute la royauté en France réside en sa personne !

Dès lors, d’aucuns peuvent être, à leur guise, orléanistes, bonapartistes, providentialistes ou nombrilistes… Mais aucun de ceux-là n’est royaliste !

L’orléaniste choisit un prince cadet du Sang de France qui prône un autre régime que la monarchie française catholique et de droit divin. Il choisit une monarchie parlementaire et franc-maçonne. Il n’est donc pas royaliste à double titre : prétendant actuellement illégitime car toujours cadet et autre régime que celui du Royaume de France.

Le bonapartiste choisit le prétendant d’une autre famille que celle de la dynastie Capétienne dont le prédécesseur historique incarna une monarchie policière dictatoriale issue de la révolution et dont est issue directement la république actuelle. Il n’est donc pas royaliste au titre principal que son prétendant est définitivement illégitime car non Capétien.

Le providentialiste s’en remet à Dieu du choix d’un nouvel « élu », sans se rendre compte qu’il renie ce faisant le choix actuel de Dieu qui désigne Louis XX ! Et croyant s’en remettre à Dieu, il fait fi de Sa volonté ! Il n’est donc pas royaliste puisqu’il néglige le roi que Dieu lui offre !

Seul le Légitimiste est Royaliste ! Et reste dans l’obéissance à la volonté de Dieu ! Volonté que Dieu exprime clairement en accordant la vie à une nouvelle génération de Capétiens (bénis soient notre Dauphin Louis et le prince Alphonse) ou en la reprenant, parfois brutalement (bénis soient, au Ciel, notre Dauphin François et notre Roi Alphonse II) ! C’est le choix de Dieu, auquel nous devons nous soumettre, car, dans le bonheur comme dans le malheur, nous savons que Dieu agit toujours pour notre bien !

Royalistes de France, votre Roi est Louis XX !

Toutes les autres voies vous perdent et vous excluent du Royaume de France !

Franz de Burgos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tite 10/08/2015 18:36

Excellente mise au point. Essayez de faire comprendre cela aux partisans des Orléans...
J'ai essayé la semaine dernière sur l'un de leurs sites. Peine perdue. Les arguments dans les réponses volent tellement bas, le manque de culture de certains, l'impolitesse d'autres, leur manque de curiosité (au moins pourraient-ils essayer de voir un autre point de vue), leur agressivité, coupent court à tout débat.
Ils refusent d'enlever leurs œillères. Ils vivent dans ce monde moderne et progressiste en étant persuadés que nous sommes des dinosaures parce qu'ils ne comprennent pas l'intemporalité du sujet et n'ont aucune idée de ce qui est au Ciel et de ce qui est en bas...

Je pense que l'Action Française et la pensée de Maurras polluent les milieux royalistes depuis trop longtemps et qu'ils ont une part de responsabilité dans l'empêchement de la Restauration. Ils ne céderont jamais, bien qu'il y aient chez eux des hommes de grande valeur comme Jacques Trémolet de Villers ou Hilaire de Crémiers .

Quant aux autres, je ne les comprends pas.