Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

Après « Jean Bastien-Thiry, De Gaulle et le tyrannicide. Aspect moral d’un acte politique », M. l’abbé Olivier Rioult vient de publier un nouveau livre aux éditions des cimes.

Il y a près de six ans que ce travail était prêt et à l’époque, un directeur d’école de la FSSPX avait souhaité, si ce livre était publié, de l’offrir à tous ses élèves après leur baccalauréat, tandis qu’une mère de famille, après en avoir assuré la relecture, avait conclu que ce livre était un « Pour qu’Il règne » simplifié et réactualisé.

De quoi s’agit-il ?

De l’Apothéose de l’homme. Peu de gens s’en rendent compte, mais notre société vit sur un mythe mensonger : celui de la divinisation de l’homme, ou plus précisément, celui de l’homme devenu l’idole de l’homme.

L’ouvrage se divise en trois parties.

1) des faits que tout le monde peut constater.

L’auteur porte successivement un regard sur l’école, la famille, les métiers et l’économie. Dans tous ces domaines de la vie humaine, le constat alarmant, venant d’ailleurs aussi bien des gens pour que des gens contre, est le même : notre société souffre d’une incapacité « récente » à transmettre le patrimoine humain. Et le syndrome en cause dans les quatre domaines étudiés est identique, à savoir celui de la Liberté-Egalité-Fraternité.

2) des causes que tout le monde peut comprendre.

Dans cette deuxième partie l’auteur cherche les causes morales, philosophiques, politiques, historiques et psychologiques de ce phénomène.

Les causes morales concernent la piété filiale. Transmettre un patrimoine exige des qualités aussi bien de celui qui donne, et il s’agira de la fidélité, que de celui qui reçoit, et il s’agira de la docilité. Les causes philosophiques et politiques seront étudiées à travers les concepts de révolution et de bien commun. La transmission d’un patrimoine dépend en effet de l’idée qu’on se fait du bien humain. Soit ce bien humain est complet et il englobe les biens spirituels, soit il est mutilé et il se borne aux biens matériels. Les causes historiques, elles, se limiteront principalement à une vue de la Révolution de 1789. Bien plus qu’une révolte, la grande révolution a prétendu changer la nature humaine, elle a voulu construire une civilisation fondée sur des principes « nouveaux ». C’est pourquoi après une phase nécessaire de destruction de « l’ancien » monde, elle a voulu reconstruire un monde « moderne » où la volonté humaine aura valeur de volonté divine. Le chapitre sur l’Être et le néant montrera le lien logique et mortifère qui existe entre d’une part l’impiété, l’ingratitude, le refus de se reconnaître débiteur, et d’autre part la fuite du réel, la négation de Dieu et la mort de l’intelligence par l’absurde.

Fort de ces aspects, on pourra juger sous son vrai jour la Liberté-Egalité-Fraternité, devise et syndrome qui caractérisent la civilisation moderne : il s’agit bien-là d’une divinisation de l’homme dans ce qu’il a de plus matériel et de plus déréglé. Après ce travail d’analyse, une synthèse montrera la dimension théologique du syndrome Liberté-Egalité-Fraternité qui méritera le qualificatif d’Idole des idoles.

Il restera ensuite à bien cerner son influence sur chaque homme, dans l’Eglise et dans la société. Un chapitre sur la laïcité manifestera pourquoi l’idole Liberté-Egalité-Fraternité, malgré le sentiment religieux de l’humanité, engendre nécessairement un monde sans Dieu. Le chapitre sur “les deux cités” nous montrera que la lutte inévitable entre ces deux mondes a ses racines dans une lutte interne entre l’esprit et la chair. Un chapitre montrera rapidement comment cette idole a, peu à peu, infesté l’Eglise elle-même en pénétrant le sanctuaire lors du concile Vatican II. Et enfin, « le culte des idoles étant le principe, la cause et la fin de tout mal », il restera à voir pourquoi le refus du divin entraîne la disparition même de l’humain ? Ou, autrement dit, pourquoi la modernité n’est en fait qu’une dissolution de la société humaine où la transmission de la vie, du savoir, du savoir-faire et de la prospérité est rendue de jour en jour plus difficile ?

3) des remèdes que tout le monde peut suivre.

Dans cette troisième partie, l’auteur expose les remèdes à cette tendance maladive et idolâtrique de l’homme qui se résument en fait à un seul : l’amour de la vérité. Le rédempteur du genre humain exposait lui-même ce double aspect médicinal de sa mission : « Je suis né et je suis venu au monde afin de rendre témoignage à la vérité » et « Je suis venu apporter le feu sur la terre et que veux-je, sinon qu’il s’allume ».

C’est dans cette vérité et cette charité qu’il faut puiser pour restaurer l’homme et la société dans leur vraie dignité. L’auteur illustrera cette réalité à travers plusieurs vies qui l’ont manifesté : Monsieur d’Elbée, Monsieur de Charette, Sainte Thérèse de Lisieux, Le colonel Jean Bastien-Thiry, Mgr Marcel Lefebvre, les Sailland d’Epinatz, Joseph Darnand, Garcia Moreno…

Outre ces 16 chapitres, de dix à vingt pages, l’ouvrage contient aussi de précieuses annexes, courtes, synthétiques et didactiques sur quelques notions ou événements capitaux : LE 14 JUILLET, LA GUILLOTINE, DE LA LIBERTÉ, DE L’ÉGALITÉ, DE LA FRATERNITÉ, DES DEUX MARSEILLAISES, DES DROITS DE L’HOMME, DE SAINT PIE X ET DES FAUX CATHOLIQUES.

Soit 360 pages, au prix de 22 euros, à commander aux éditions des cimes (tel : 01 83 62 98 12 ou www.editions-cimes.fr) ou encore à DPF-Chiré en Montreuil www.chire.fr ou encore à la Librairie française www.librairiefrancaise.fr

Apothéose Humaine - Le Triomphe de la Canaille
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article