Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

Barbarie. Le rapport parlementaire sur la tuerie du 13 novembre au Bataclan révèle des détails atroces sur les méthodes utilisées par les terroristes dans la salle de spectacle. Selon certains policiers et parents de victimes, des gens ont été décapités, égorgés, éviscérés ou émasculés.

Le rapport est en ligne depuis quelques jours, et les détails qu'il contient sont glaçants. La commission d'enquête "relative aux moyens mis en œuvre par l'Etat pour lutter contre le terrorisme" a rendu ses conclusions, et le contenu des témoignages recueillis dans le cadre de l'enquête sont rendus publics sur le site de l'Assemblée nationale. Près de 200 heures d'entretiens, les témoignages de 190 personnes, parmi lesquelles des policiers, des victimes ou des proches de victimes. Toute personne qui serait susceptible d'éclairer l'enquête sur l'attentat du 13 novembre 2015, où 130 personnes ont trouvé la mort.

Ce père de famille raconte devant la commission le calvaire qu'aurait vécu son fils, selon l'institut médico-légal de Paris : "On m’a dit (…) qu’on lui avait coupé les testicules, qu’on les lui avait mis dans la bouche, et qu’il avait été éventré. Lorsque je l’ai vu derrière une vitre, allongé sur une table, un linceul blanc le recouvrant jusqu’au cou, une psychologue m’accompagnait. Cette dernière m’a dit : ‟La seule partie montrable de votre fils est son profil gauche.” J’ai constaté qu’il n’avait plus d’œil droit. J’en ai fait la remarque ; il m’a été répondu qu’ils lui avaient crevé l’œil et enfoncé la face droite de son visage, d’où des hématomes très importants que nous avons pu tous constater lors de sa mise en bière".

Des scènes qui ont fait pleurer et vomir les enquêteurs
Les trois djihadistes ne se seraient donc pas contentés de tirer dans la foule et d'abattre froidement ceux qui se trainaient au sol pour leur échapper. Ils auraient aussi commis des actes de torture sur certains otages. D'autres témoins évoquent des victimes éventrées, des yeux crevés ou énucléés. Certaines femmes auraient reçu des coups de couteaux dans les organes génitaux, selon le président de la commission, Georges Fenech. Au point de faire "pleurer" et "vomir" les enquêteurs qui ont découvert les scènes.

A un policier de la Brigade anti-criminelle (BAC), présent dans le théâtre le soir de l'attentat, on demande s'il a constaté lui aussi ces actes de torture. Caché à l'extérieur, il a en effet entendu les râles des victimes : "À l’angle, nous entendions des gens gémir, mais nous ne pouvions pas aller les aider parce que nous ne disposions pas du matériel adéquat" explique-t-il. Interrogé à ce sujet, le préfet de police de Paris n'a pas confirmé la torture, mais n'était pas non plus en mesure de l'infirmer. Il précise cependant qu'aucun "couteau ni aucun engin tranchant qui aurait permis ce type de mutilations" n'a été retrouvé sur place.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lagache 18/07/2016 18:40

Les mêmes méthodes que celles de la révolution française d'où sont issues les valeurs républicaines.
Des mercenaires qui n'ont rien à voir avec l'islam font ces atrocités.
A qui profitent ces crimes ?