Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

Donald Trump  soumis au judaïsme politique

Avec son franc-parler et le fait qu’il ne soit pas issu du sérail politique américain classique, la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton est sans doute le symptôme de l’effondrement d’un monde et du réveil des peuples enracinés en quête de tradition et d’identité.

Mais il est malgré tout peu probable que le milliardaire victorieux, élu 45e président des États-Unis d’Amérique, s’émancipe complètement de la matrice de l’oppression mondialiste : le judaïsme politique.

En effet le 21 mars dernier à Washington, Donal Trump s’était exprimé devant les 15 000 juifs réunies pour la conférence annuelle de l’AIPAC (« American Israel Public Affairs Commitee »), le puissant lobby sioniste aux États-Unis. Pour une fois, le favori des primaires républicaines ne s’était pas livré à un de ses habituels coups de canif dans le politiquement correct. Au contraire, il était rentré dans le rang et avait fait assaut d’amabilité envers le judaïsme politique. D’abord Donald Trump s’était qualifié lui-même de « supporter de longue date » (« lifelong supporter ») de l’Entité sioniste qui occupe la Palestine et avait affirmé que « sa sécurité n’est pas négociable ».

Petits échantillons de ses déclarations sans ambiguïté ce jour-là :

« Quand je serai président, il en sera fini des jours où l’on traitait Israël comme un citoyen de seconde zone. »

« Je vous parle aujourd’hui comme un partisan à vie et un véritable ami d’Israël. »

« J’aime les gens dans cette salle, je l’aime Israël (…) et ma fille Ivanka est sur le point d’avoir un beau bébé juif. »

Sur la question israélo-palestinienne, il s’est d’abord banalement prononcé pour la solution de deux États, enjoignant les Palestiniens de venir à la table des négociations « sachant que la liaison entre les États-Unis et Israël est absolument et totalement incassable ». Il a poursuivi qu’ils doivent venir à la table « disposés et aptes à arrêter la terreur commise sur une base quotidienne contre Israël ».

Cela ne suffisant pas, il avait également fait part de projets que l’on peut qualifier d’extrémistes et provocateurs, pour satisfaire son auditoire. Il avait d’abord juré de « démanteler l’accord catastrophique » entre les grandes puissances et l’Iran sur le programme nucléaire de Téhéran. Puis il a été ovationné lorsqu’il s’est déclaré favorable à la reconnaissance de Jérusalem comme « capitale éternelle de l’État juif » par les États-Unis et au déplacement en conséquence de l’ambassade américaine vers cette ville pourtant divisée et disputée, et dont la partie orientale palestinienne a été annexée et occupée par Israël depuis 1967.

Source : http://www.jeune-nation.com/geopolitique/etats-unis-trump-symptome-de-la-revolte-de-lamerique-blanche-mais-soumis-au-judaisme-politique-quand-meme.html

Donald Trump : homme libre ou homme lige des israélites ?

 

Alors que Donald Trump est devenu le 45e président élu d’Amérique, un site Web intitulé «WHO CONTROLS AMERICA? » publie la liste des « Juifs de la cabale de Trump ».

Dans cette liste, certains noms lui sont très familiers, comme sa fille et son gendre, d’autres sont des milliardaires qui ont soutenu la campagne de Trump…

 

Cette liste de 60 noms – est-elle seulement exhaustive ? - est présentée par ordre alphabétique : lien ci-dessous :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Raphaël 13/11/2016 22:09

Peut être veut-il dire que l'apaisement des relations entre les USA et la Russie et ses alliés est la meilleure chose qui puisse arriver à Israël?...