Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fidel Castro, dictateur communiste (juif marrane ?) et l'Église catholique

"Le dictateur communiste se disait lui-même descendant de marranes (les marranes sont restés fidèles au judaïsme tout en pratiquant le catholicisme). Castro est effectivement un patronyme porté par des Juifs"

L'histoire du catholicisme à Cuba a commencé au XVIe siècle, avec la colonisation espagnole.
Pendant quatre siècles jusqu'à la Révolution cubaine de 1959, l'Église catholique a joué un rôle essentiel dans la vie du pays. En 1959, les catholiques étaient environ 70 % de la population.  Après l'arrivée du dictateur communiste Fidel Castro au pouvoir, l'État cubain a commencé à lancer des mesures anti-religieuses. Une grande partie du clergé et des moines, a quitté Cuba dans les premières années suivant la Révolution.  En peu de temps, le nombre des prêtres passe de 670 à 200, celui des religieux de 87 à 17 et celui des religieuses de 158 à 43. Le nombre de catholiques a reculé de moitié. (source : Wikipédia et Cahiers des Amériques Latines)

Dès 1959, l'Église catholique dénonça l'infiltration communiste. Castro saisit le prétexte de l'affaire de la baie des Cochons pour interdire sur ordre gouvernemental la revue La
Quincena
. En mai 1961, tous les collèges religieux furent fermés et leurs bâtiments confisqués, y compris le collège jésuite de Belen où Fidel avait suivi ses études. Sanglé dans son uniforme, le Lider Maximo ("chef suprême") déclara : «Que les curés phalangistes se préparent à faire leur valise !» L'avertissement n'était pas gratuit puisque, le 17 septembre 1961, 131 prêtres diocésains et religieux furent expulsés de Cuba. Pour survivre, l'Église dut se replier sur elle-même. Le régime œuvra à la marginalisation des institutions religieuses. L'un des procédés consistait à laisser chaque Cubain libre d'afficher sa foi, quitte à subir les mesures de rétorsion,
comme l'interdiction d'accès à l'université et aux carrières administratives. (source : "le Livre Noir du Communisme", par Stéphane Courtois)

Origine juive, judéomanie et amis juifs de Fidel Castro :

Si la judaïcité de Fidel Castro demeure peu connue en France, elle est souvent avancée dans les ouvrages du théologien catholique traditionnaliste sédévacantiste allemand Johannes Rothkranz; ce qui est est confirmé par l'historien André Kaspi selon qui Fidel Castro serait un juif marrane (c'est-à-dire un juif faussement converti au catholicisme). Dans un entretien au mensuel américain The Atlantic en 2010, Fidel Castro a pris la défense des juifs : "les juifs ont été expulsés de leur terre, persécutés et maltraités partout dans le monde, comme étant ceux qui ont tué Dieu.". 

Le journal israélien Haaretz du 25/9/2010 cite le président Netanyahou affirmant que « Fidel Castro a une profonde compréhension de l’histoire juive ». Dans un article paru dans Haaretz en 2014, la spécialiste de l’Amérique latine Margalit Bejarano a parlé des relations amicales;entre le gouvernement révolutionnaire cubain et le gouvernement israélien .

Elle a expliqué que, d’abord, les dirigeants cubains ont montré une grande admiration pour l’esprit pionnier d’Israël et ont vu le kibboutz comme un modèle à imiter. Plusieurs de ces dirigeants avaient même reçu leurs premières leçons dans le marxisme des Juifs. En 1960, le juif allemand Richard Wolf (dit Ricardo Subirana Y Lobo) a aidé Fidel Castro a renversé Batista. Il a ensuite été nommé ambassadeur de Cuba en Israël. Dans la période au cours de laquelle Wolf a servi en Israël, les experts agricoles des kibboutz ont été envoyés à Cuba avec la participation du ministère israélien des Affaires étrangères et sous le couvert d’une association de relations entre Israël et Cuba.

Le magazine mensuel The Atlantic rapporte que en 1969, Emma Rothschild (fille du baron Victor Rothschild, de la branche anglaise de la famille Rothschild) s'est rendu à la Havane pour fêter les 10 ans de la Révolution castriste. En 2001, Fidel Castro a également rencontrer le franc-maçon David Rockefeller, fondateur du Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Lors de cette entretien qui a duré 6 heures, David Rockefeller a dit que : "la Révolution a fait beaucoup de choses positive".

Quant au milliardaire juif Georges Soros, il finance le  Center for a Free Cuba. Enfin rappelons que le communisme a été inventé par les juifs comme le démontre parfaitement Alexandre Soljenitsyne dans son livre "Deux Siècles Ensemble" et que comme le dit Antony Cyril Sutton, les financiers juifs de Wall Street ont financé la Révolution bolchévique. LeMondeJuif.info, alyaexpress-news.com, The Atlantic, LaNacion.com.ar, Wikipédia, "les Juifs Américains" par André Kaspi )

Je suis Cubain et je peux dire aisément que ce que j’ai vécu dans mon pays a été une dictature. Obligés d’aller dans des marches forcées sous peine de répression, liberté d’expression inexistante sous peine de passer 30 ans en taule, oui 30 ans, on parle pas d’amende etc mais de la taule pure, et tout ça juste pour avoir dit qu’on était pas d’accord avec ce qu’il se passait. Violences, enfermement misère, voilà ce qui vivent les cubains au quotidien.

Nos filles sont obligées de se prostituer pour avoir à manger et pouvoir sortir de temps en temps décompresser un peu. Alors quand je vois qu’en même temps il envoie son petit fis faire des études en Espagne ou que des membres de sa familles s’exhibent avec des iphones dernière génération et qui font le tour de la Grèce en vacances avec des yacht privés ça me donne envie de gerber.

Cet homme qu’on a soutenu à l’époque de la vraie révolution nous a trahi, nous et ceux qui ont combattu avec lui(Une pensée au générale Ochoa mort condamné à mort car il a osé se révolter contre ce dictateur) aujourd’hui je suis donc très content de sa mort et la seule chose que je regrette c’est qu’il soit mort paisiblement dans son lit.

Le 27 novembre à 20:32 par Javico

Tag(s) : #Politique-Société, #Histoire-Culture

Partager cet article

Repost 0