Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

 « Judéo-chrétien, judéo-christianisme » : une imposture !

Il est constamment question dans les media de « civilisation judéo-chrétienne » ou d’ « héritage judéo-chrétien« .  Ce terme semble être admis de tous et faire consensus. Les citations ci-dessous montrent qu’il n’en est rien  [toutes les citations sont sourcées].


Ariella Atzmon, israélienne, docteur en philosophie, enseigne aux facultés d’éducation et de droit de l’Université hébraïque de Jérusalem. 

[Extrait d'article] L’ expression « tradition judéo-chrétienne », du point de vue philosophique, révèle une tentative pour faire oublier la différence absolue opposant le judaïsme et le christianisme. Cette expression a été inventée aux Etats-Unis, en 1964, au cours d’une réunion de 120 rabbins. C’était une volonté délibérée, pour donner l’impression que le judaïsme et le christianisme sont des religions soeurs, qui adoreraient le même Dieu, et auraient en partage les mêmes textes sacrés, les mêmes standards éthiques.

Cette expression a été forgée afin de créer un consensus religieux, basé sur l’idée illusoire selon laquelle la reconnaissance du judaïsme permettrait de repousser l’antisémitisme.

Il serait plus juste de souligner la parenté entre le judaïsme et l’Islam, plutôt que sa prétendue proximité avec le christianisme.

Invention politique, le terme « judéo-chrétien » dissimule le fait qu’il n’y a aucun principe compatible qui soit commun au judaïsme et au christianisme.

Ces deux religions prônent en effet des valeurs éthiques totalement opposées, ainsi que des conceptions de Dieu et de l’être humain en violente opposition. De fait, toute l’ histoire occidentale pourrait être vue sous l’angle du conflit éternel qui oppose ces deux religions.

Texte original en anglais


Extrait de New Dawn Magazine No.23, février-mars 1994

« Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, nous sommes bombardés de tous cotés de références à l’héritage et à la religion « judéo-chrétiens ». Tous les chefs religieux et tous les intellectuels déclarent que notre société est basée sur une « tradition judéo-chrétienne« . L’appellation semble avoir été sacralisée et faire partie à la fois de la pensée religieuse et laïque sans jamais être remise en cause. »

Source en anglais


Extrait de Newsweek, 7 décembre 1992

« Les politiques en appellent sans cesse à la tradition judéo-chrétienne. Cette idée est un mythe forgé aux États-Unis et les savants religieux savent que, théologiquement et historiquement, il n’existe rien de tel. C’est un mythe laïc qui à la faveur de gens qui ne sont pas vraiment croyant eux-mêmes. »

Cité (voir ici) par Don Feder, journaliste, éditorialiste à USA TodayThe Wall Street JournalThe Weekly StandardNational Review dans l’ouvrage « Who’s afraid of the religious right »


• Joshua Jéhouda, un éminent leader juif français, déclare dans les années 1950 :

« L’expression actuelle « judéo-chrétienne » est une erreur qui a altéré le cours de l’histoire universelle par la confusion qu’elle a semé dans les esprits, (..)… [C’est une idée] qui introduit un élément fatal de confusion sur lequel, néanmoins, quelques-uns s’efforcent de construire une civilisation.  »

[source perdue]


Les États-Unis sont le seul pays dans l’histoire à s’être défini lui-même comme « judéo-chrétien ». L’occident était composé par le passé de pays chrétiens, dont aujourd’hui beaucoup sont devenus laïcs, seule l’Amérique se désigne elle-même comme « judéo-chrétienne ».  (source en anglais)


« Le terme « judéo-chrétien » a été popularisé aux Etats Unis dans les années 30 par la nouvellement fondée « Conférence Judéo-Chrétienne », qui souhaitait faire naitre un sens de l’identité religieuse américaine plus ouvert et plus inclusif. » (source en anglais)


• Denis Tillinac, interview publiée dans le Figaro le 10 avril 2004

Reprenez-vous à votre compte l’expression de « judéo-christianisme » ?
Non. Elle met mal à l’aise aussi bien croyants juifs que chrétiens. Elle occulte des différences théologiques essentielles. Source


Le « judéo-christianisme » ne s’est fondé en France sur aucune preuve historique, mais sur le besoin d’affirmer une identité reconstruite, en opposition aux libertés de la Révolution Française ». (source)


« Aujourd’hui, parler de « civilisation européenne judéo-chrétienne » est une imposture. (Jean Danielou, L’église des premiers temps)


« Le judaïsme est le judaïsme parce qu’il rejette le christianisme. Et le christianisme est le christianisme parce qu’il rejette le judaïsme. » Eliezer Berkovitz, théologien (en anglais)


«Judéo-chrétien»: voilà une expression que l’on ne trouvait il y a quelques décennies que dans les dictionnaires ou les ouvrages savants. (L’Express)
Compilation et traductions : Fdesouche

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article