Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

Le peuple russe rend hommage à la famille impériale de Russie

Comme chaque année, une grande procession s’est déroulée à Ekaterinbourg pour commémorer le massacre de la famille impériale de Russie par les bolcheviks. Celle-ci se déroule sur une distance d’environ 20 kilomètres, depuis le lieu de l’assassinat jusqu’au lieu où ont été cachés les restes de la famille impériale dans la mine n°7 jouxtant le monastère l’Eglise sur-le-Sang-versé de Ganina Yama dédié à ces saints martyrs. La procession a commencé immédiatement à l’issue de la divine liturgie, laquelle était présidée par le métropolite d’Astana et du Kazakhstan Alexandre. La liturgie commence à 3 heures du matin et suis le trajet du transport des dépouilles impériales. Les évêques se trouvaient à la tête de la procession. Cette année, comme l’année dernière, 60.000 personnes y ont participé. A 7 heures, les pèlerins arrivent au monastère qui les accueille au son des cloches avant d’assister à un office d’intercession.

Lors de son homélie, le métropolite Cyrille – évêque diocésain du lieu – a déclaré :

« La procession est passée non seulement par les rues de la ville, les champs et les forêts. Mais elle a principalement touché nos âmes. Y aurait-il maintenant un seul homme qui resterait indifférent au jour présent, à l’office et à la procession, qui constitue notre façon de nous repentir et de manifester notre amour envers le Tsar et notre patrie, la sainte Russie. Nous vous remercions tous, chers frères et sœurs, et nous espérons que chaque année, lorsque le Seigneur nous accordera Sa miséricorde, nous continuerons à venir en procession à ce lieu saint ». Le métropolite de Tachkent et d’Ouzbékistan  Vincent a félicité les pèlerins pour avoir achevé un chemin si pénible physiquement, mais plein de grâce pour l’âme : « Je voudrais tous vous féliciter pour avoir été dignes, par la grâce de Dieu et les prières des saints martyrs impériaux, d’accomplir ce chemin de croix et d’arriver à l’endroit de la profanation des restes de la famille impériale. Chacun de nous, qui vient avec piété et crainte de Dieu, avec amour, ressent la sainteté de ce lieu ».

Il y a 99 ans, le Tsar Nicolas II, la Tsarine Alexandra, le Tsarévitch Alexis, les Princesses Impériales Olga, Maria, Tatiana et Anastasia étaient assassinées par la vermine rouge dans la maison Ipatiev qui avait été détruite en 1977 par le responsable local du PCUS, Boris Eltsine (de son vrai nom Eltsman). Le Tsar avait tenté de trouver refuge en Grande-Bretagne chez son cousin le roi Georges V, mais ce dernier céda aux puissants milieux apatrides de la City et le laissa mourir. Le 22 avril 1918, Lénine voulu forcer le Tsar à reconnaître la légitimité du Traité de Brest-Litovsk signé avec le Reich allemand le 2 mars 1918 et qui privait la Russie de nombreux territoires (Pologne, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Ukraine, Caucase, Biélorussie). Le refus de Nicolas II d’obtempérer signera son arrêt de mort.

Yankel Sverdlov (de son vrai nom Salomon, qui donnera son nom à la ville d’Ekaterinbourg sous l’URSS) chargea Jacob Iourovski, bijoutier issu d’une famille de juifs pratiquants, de cette besogne. Le 4 juillet, Yurovsky renvoie les soldats russes pour les remplacer par des révolutionnaires étrangers, à savoir des juifs hongrois que l’on retrouvera dans l’entourage de Bela Kun (Aaron Cohen), l’un d’eux laissant son nom dans l’histoire hongroise : Imre Nagy. De ce sinistre 4 juillet à leur mort, les princesses furent abusées par leurs geôliers, à l’exception de la plus jeune, Anastasia, que Jacob Iourovski  voulait pour son usage personnel.

A minuit, le 17 juillet 1918, le massacre commença, effectué par Iourovski,  Nikulin, Medvedev et Vaganov, quatre agents de la Tcheka de même confession (c’est d’ailleurs de là que proviennent les rumeurs stupides sur la prétendue judaïté de l’ancien Président russe Dmitri Anatolievitch Medvedev). Le tsar Nicolas II fut assassiné en premier par Iourovski, qui tua ensuite la tsarine. Olga, Tatiana et Marie furent les suivants. La domestique, Demidova, qui avait survécu à la fusillade, fut achevée par 30 coups de baïonnettes. Puis vient le tour du Tsarévitch. Les deux derniers à succomber furent le docteur Botkin et la princesse Anastasia, achevés à la baïonnette. Iourovski mourut de maladie le 2 août 1938 après avoir fait techouva pour ses crimes. Il est vrai que la déportation de sa fille au goulag en 1934 l’avait quelque peu décillé.  Sur le mur de la maison, une inscription en allemand fut faite : « Belsatzar ward in selbiger Nacht Von seinem Knechter umgebracht » (Balthazar fut, en cette même nuit, tué par ses esclaves).

Les cadavres furent exhumés le 12 avril 1989. Ils  avaient été démembrés et profanés et passés à l’acide sulfurique et il faudra attendre 2007 pour que ceux de Maria et d’Alexis le soient. En juillet 1998, quelques années après l’implosion du sanglant régime communiste, les cendres de la famille impériale ont été transférés et inhumés en grande pompe dans la cathédrale Pierre et Paul de Saint-Pétersbourg, en présence du président Boris Eltsine et des descendants de la famille Romanov. En 2000, le patriarcat de Moscou a canonisé Nicolas II, son épouse, ses enfants et leur personnel exécuté en 1918 et les a inscrits au calendrier liturgique comme « saints martyrs impériaux ».

Hristo XIEP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hub 25/07/2017 09:07

La Russie s'est reprise en abandonnant cette idéologie morbide .

Bzs 21/07/2017 21:31

Cela préfigure les atrocités de l Holodomor dans les années 30 en Ukraine. On prend les mêmes et on recommence .