Un appel à l’aide très urgent !

  • Bien Commun
  • Religion
Un appel à l’aide très urgent !

Lundi 21 août 2017,
Fête de Sainte Jeanne-Françoise de Chantal.

Bien chers Amis,

Permettez que nous vous exposions une situation délicate dans laquelle se trouve Frère Maximilien-Marie à titre personnel, mais pour laquelle il nous faut, au préalable, vous rappeler que

1) Frère Maximilien-Marie, religieux non prêtre, pour les besoins ordinaires de sa vie quotidienne (nourriture, vêtements, déplacements, soins non pris en charge par la couverture sociale… etc.), en conformité avec les prescriptions du Saint Evangile et avec la tradition des moines mendiants, ne vit que de la générosité de bienfaiteurs qui lui donnent, en aumônes d’argent ou de biens concrets : à ce titre seulement, et en raison des nécessités de la vie moderne, il dispose d’un compte bancaire personnel, qui ne lui sert qu’à vivre au jour le jour avec 450 à 550 € par mois (les frais de carburant étant sa plus grosse dépense).
Ayant reçu en 1993 un indult d’exclaustration qui lui permettait de vivre en dehors de l’institut religieux dans lequel il avait prononcé ses voeux perpétuels (institut qui a ensuite changé de nom et de statuts), sans toutefois avoir jamais été relevé de ses voeux monastiques, Frère Maximilien-Marie n’est soutenu par aucune congrégation ni aucun diocèse, et tient fermement, de toute façon, à vivre sa vie religieuse dans une certaine radicalité de l’esprit de pauvreté religieuse et de la dépendance de la divine Providence (cf. Matth. VI, 25-34 :  » (…) Regardez les oiseaux du ciel… Voyez les lis des champs… »).

2) L’association Refuge Notre-Dame de Compassion est la structure juridique, en conformité avec la loi de 1901, qui est propriétaire du Mesnil-Marie et de l’automobile, puisque en vertu de son voeu de pauvreté, Frère Maximilien-Marie n’est le propriétaire de rien.
Les dons faits à l’association Refuge Notre-Dame de Compassion servent à payer la taxe foncière, l’assurance de la maison et de l’automobile, la consommation d’électricité, l’abonnement au téléphone et à internet, et, lorsque cela est possible, les travaux d’aménagements de la maison et de la propriété ainsi que les interventions des artisans lorsqu’elles sont nécessaires.
Aux yeux de la loi française, Frère Maximilien-Marie, sous son nom d’état civil, assure la présidence de l’association Refuge Notre-Dame de Compassion.

Et maintenant, les faits :

A la fin du mois de janvier de cette année 2017, un dimanche matin en se rendant à la Sainte Messe, Frère Maximilien-Marie, qui à ce moment-là était en train de chanter joyeusement des cantiques et des psaumes pour se préparer à la sainte communion, a dépassé de quelques kilomètres la limitation de vitesse autorisée et a été « flashé » par un radar. En conséquence de quoi, quelques semaines plus tard, il a reçu un avis de contravention pour excès de vitesse portant une amende de 90 €, amende qu’il a payée le jour même à partir de son compte bancaire personnel (et non avec l’argent de l’association évidemment).

Mais – car il y a un mais – il se faut souvenir que le véhicule appartient à l’association Refuge Notre-Dame de Compassion : l’avis de contravention était donc adressé au responsable légal de l’association (son président) et, en sus du règlement de l’amende pour excès de vitesse, cet avis exigeait la dénonciation nominative du conducteur (rendue obligatoire par la loi : nous vivons, en effet, dans un régime où la délation est devenue obligatoire).
En payant la contravention de 90 € pour excès de vitesse sur le site internet établi à cet effet, Frère Maximilien-Marie n’y a pas trouvé l’endroit qui lui permettrait de se désigner comme conducteur du véhicule au moment de l’infraction (et en effet, cette solution n’est pas proposée) et il a (très naïvement) pensé : « Celui qui paye l’amende, c’est aussi celui qui reconnaît avoir commis la faute : cela doit donc suffire… » Mais la république ne pense pas de la même manière, et, en date du 27 avril, le président de l’association Refuge Notre-Dame de Compassion a reçu, à titre personnel, un nouvel avis de contravention pour non désignation de conducteur (sic).

Le montant forfaitaire de cette amende est de 675 €… et peut être majoré à 1875 € si elle n’est pas réglée dans les 45 jours !!!

Frère Maximilien-Marie a consulté une association d’automobilistes et, sur les conseils qu’il en a reçus, a contesté la contravention par courrier recommandé avec accusé de réception en faisant valoir 1) sa bonne foi, 2) qu’il avait réglé la contravention pour excès de vitesse le jour même de sa réception avec son compte bancaire personnel (justificatif fourni), 3) que le site internet pour le règlement des amendes en ligne ne permet pas la désignation du conducteur… etc.
Toutefois, l’officier du ministère public près le tribunal de police de Privas, lui a fait savoir par courrier reçu à la fin du mois de juillet que sa contestation était rejetée et qu’il lui fallait s’acquitter de l’amende établie pour « non transmission de l’identité et de l’adresse du conducteur par le responsable légal de la personne morale détenant le véhicule » (sic).
Or Frère Maximilien-Marie se trouve dans l’impossibilité de payer une telle somme.
Après avoir recueilli divers avis et conseils, il lui semble qu’il n’a pas d’autre issue désormais que de payer, par crainte de voir son modeste compte-courant personnel saisi par le « Trésor public », comme cela est arrivé à quelques personnes de sa connaissance.

L’objet de ce long message est donc le suivant : organiser une sorte de « quête » pour aider Frère Maximilien-Marie à payer cette amende exhorbitante, avant de la voir encore majorer.
Nous mendions donc auprès de tous les amis et bienfaiteurs du Refuge Notre-Dame de Compassion : 5 €, 10 €, 15 €… voire davantage, selon les possibilités de chacun, afin de réunir dans les meilleurs délais ces 675 €.
Si chacun de nos amis, et chaque personne de bonne volonté qui lira ces lignes – en vous demandant de les retransmettre au maximum autour de vous – peut donner quelques euros seulement, mais que les donateurs sont nombreux, il nous semble possible de réunir la somme correspondant à cette amende sans que cela occasionne une trop grande gêne pour chaque bienfaiteur…
Nous vous en prions instamment : à votre tour, sensibilisez votre entourage et vos amis à cette nécessité, et faites-vous mendiants auprès de vos proches pour aider Frère Maximilien-Marie à se sortir de ce mauvais pas !

Tous les dons doivent être adressés par chèque, à l’ordre de Frère Maximilien-Marie,
et envoyés à cette adresse :
Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur
Refuge Notre-Dame de Compassion
Hameau de Condas
07310          Saint-Martial

Nous vous remercions de votre attention et de tout ce que vous pourrez faire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog