Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

CONFONDRE "RÉPUBLIQUE COURONNÉE JUDÉO-MAÇONNIQUE D'ANGLETERRE" ET "MONARCHIE FRANÇAISE ABSOLUE DE DROIT DIVIN"
Q.I. = 25.

A. Arcand

Nous n'avons pas suivi ce mariage de fin des temps et n'étant pas endoctrinés, nous ne regardons pas la télévySion et ne lisons pas les journalopes... mais l'article suivant, republié sur une page monarchiste, semble décrire parfaitement, sur certains points seulement, cette pitrerie "anglaise". La rédaction.

Royal Wedding... Panem et circenses. La nausée.

La fin d'un monde

 

 

 

Je suis sans doute un esprit chagrin... Pourquoi le 'Royal Wedding' marque le déclin de la monarchie (20/5/2018)

 
 
 
La "New Society" a fait aujourd'hui un grand pas en avant de plus.
 
 

Même en ne faisant pas partie des deux milliards de terriens qui ont suivi hier à la télévision le mariage du deuxième petit-fils de la Reine Elisabeth avec une actrice américaine de série B (en passant: que penser d'une société où les altesses royales et les stars du football épousent les mêmes femmes?), il était difficile d'y échapper. Mais à l'évidence, le choix de donner une telle résonnance planétaire à un (non-)évènement - que le modeste sixième rang du Prince Harry dans l'ordre de succession au trône britannique aurait dû cantonner dans une relative discrétion - revêt une dimension politique, certainement voulue par la monarchie elle-même, et brillamment mise en scène par ses spin doctors.


L'enthousiasme populaire (réel), confirmait d'ailleurs, au-delà du vieil adage Panem et circenses, la popularité de cette monarchie auprès du "petit peuple" (que les commentateurs disent avec mépris "lecteurs de tabloïds"), et son attachement aux traditions, et cela en dépit des campagnes médiatiques - provisoirement et opportunément interrompues -, organisées à coup de sondages pour la discréditer et la délégitimer. Hier, une fois n'est pas coutume, cette ferveur se confortait même du tam tam médiatique orchestré par le Quatrième Pouvoir, littéralement aux anges pour des raisons qui n'avaient rien à voir avec la splendeur de la robe de la mariée (vraiment magnifique, il est vrai!), la beauté du spectacle ou la fascination pour la monarchie - qu'en d'autres circonstances, les mêmes se seraient fait un plaisir de déchirer à belles dents, par exemple si Harry avait eu le mauvais goût d'épouser une jeune fille de son milieu, c'est-à-dire issue de quelque maison royale européenne, sans "passé", au cours d'une cérémonie dans le plus pur style british. Là, ce n'était qu'exaltation du métissage, de la liberté de moeurs (la mariée est divorcée), et surtout de la "marche vers la modernité" entreprise par l'antique monarchie. 


Tout cela offre évidemment matière à réflexion, au risque de passer pour rabat-joie - voire pire... C'est ce que fait excellemment cet article publié aujourd'hui sur La Bussola.

 

LE ROYAL WEDDING MARQUE LE DÉCLIN DE LA MONARCHIE.


Paolo Gulisano
www.lanuovabq.it 
20 mai 2018
Ma traduction

* * * 

Le Royal Wedding du prince Harry a marqué la fin de ce qui restait de la vieille Angleterre. La monarchie anglaise, telle que nous la connaissons depuis des siècles, touche à sa fin. Meghan a parfaitement interprété son rôle, celui de la fille moderne, émancipée et progressiste. Ce qui ressort le plus de la nouvelle mariée, c'est qu'elle est passée avec désonvolture à travers les différentes fois religieuses.


-----

La Grande-Bretagne, comme on le sait, est le dernier des Royaumes que nous pourrions définir comme Ancien Régime (en français dans le texte): une monarchie héréditaire, pas de constitution, pas de code civil. En compensation, des coutumes et une tradition si dynamique qu'on ne comprend plus ce qu'elle conserve et transmet.

Le Royal Wedding du prince Harry, l'ex "wild child" de la Windsor House, comme on l'appelait, avec ses farces parfois de très mauvais goût, comme lorsqu'il s'est habillé en nazi et a marché au pas de l'oie, a peut-être marqué la fin de ce qui restait de la vieille Angleterre. La monarchie anglaise, telle que nous la connaissons depuis des siècles, touche à sa fin.

Si, au cours les dernières semaines, les médias britanniques avaient lourdement insisté sur certaines des caractéristiques de la mariée, comme le fait d'avoir du sang afro-américain, d'être fortement engagée sur les questions sociales, d'être féministe et surtout d'être divorcée, la cérémonie qui a eu lieu dans l'antique manoir de Windsor (le château dont le nom est devenu il y a cent ans le nom d'emprunt de la famille royale, embarrassée - c'était au début de la Grande Guerre - de son vrai nom allemand de Sachsen-Coburg und Gotha), a dépassé toutes les attentes.

Devant un parterre où se distinguaient des noms comme Elton John, David Beckham et George Clooney, et où l'on remarquait l'absence du premier ministre Theresa May, les deux jeunes gens se sont unis dans le mariage avec tout le luxe qu'une telle cérémonie exige. Mais au-delà des grands uniformes, des chapeaux surréalistes et de la pompe de la chapelle Saint-Georges, ce qui a pointé le bout de son nez, dans le Royal Wedding, c'est la New Society, la nouvelle société liquide et arc-en-ciel.

Le sermon - très long - qui a accompagné le rite a été confié au Révérend Michael Bruce Curry, primat de l'Église épiscopale (c'est-à-dire anglicane) des États-Unis. Le prélat afro-américain de Chicago a commencé avec une citation de Martin Luther King, un nom qui n'avait probablement jamais été prononcé à Windsor. Le sermon était dans le plus pur style afro-américain: ample gestualité, passion, expressions colorées. Le révérend Curry, qui est l'auteur d'une publication intitulée "Crazy Christians" (fous de chrétiens), est connu aux États-Unis pour son opposition véhémente à Donald Trump, et le domaine pastoral dans lequel il donne le meilleur de lui-même est celui des questions sociales et de l'immigration. 
Ce sont certainement les raisons qui ont conduit la mariée à le vouloir dans cette cérémonie. 

A la fin du sermon, presque comme pour sceller ce climat "easy", voilà qu'un chœur spiritual entonne "Stand By me", un vieux succès pop du chanteur afro-américain Ben King, rendu célèbre sutout par la version de John Lennon. C'est peut-être à cause de cela, ou à cause de la présence de nombreux acteurs, puisque Meghan Markle était actrice avant de devenir fiancée royale, qu'à un moment donné, on n'attendait plus que l'arrivée de Sister Act. A la fin, le God Save the Queen chanté à pleins poumons a ramené la congrégation d'une Harlem virtuelle à la vieille Angleterre.

Tout cela a donné un impressionnant sentiment d'artificialité: la énième version offerte par les médias du conte du prince charmant qui épouse Cendrillon. Et même - en l'occurrence - une Cendrillon appartenant à une minorité ethnique. Le nec plus ultra pour une société multiraciale, multiculturelle et multireligieuse. Meghan a parfaitement interprété ce rôle, celui de la fille moderne, émancipée, progressiste, fière de sa peau "sombre" - ce qui n'est nullement évident chez la belle actrice californienne. Ce qui ressort le plus de la nouvelle mariée, c'est qu'elle est passée avec désinvolture à travers les différentes fois religieuses. Née protestante, elle a fréquenté l'une des meilleures écoles catholiques de Los Angeles, a épousé un juif lors d'un mariage civil et est finalement devenue anglicane par son mariage. D'ailleurs, qu'importe la foi? Ce qui compte, c'est la fierté ethnique, peut-être même un peu de nationalisme américain importé à la cour du palais de Buckingham, et beaucoup d'esprit postmoderne, celui qui a commencé en Californie avec "68", les fils des fleurs, le discrédit de la famille, l'hostilité envers les institutions, perçues comme répressives, la vitalité de la jeunesse. 

Les chroniques roses auront beaucoup à raconter sur ce Royal Wedding, mais entre-temps, la New Society a fait aujourd'hui un grand pas en avant de plus. 

Source : http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/la-fin-dun-monde.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article