Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

 Évêques de France, à quoi travaillez-vous ?

Extrait :

C’est aujourd’hui la fête de Joseph artisan. Évêques de France, à quoi travaillez-vous ?


[...]

Imaginons-donc un instant cette France de l’an 2040, en partie redressée, se tournant en arrière et jugeant l’attitude des catholiques du printemps 2020, ce printemps 2020 où tout bascula. A commencer par leurs « chefs », les évêques et cardinaux français. En ce printemps historique durant lequel non seulement les festivités de Pâques, mais aussi celles de l’Ascension, de la Pentecôte (le cœur de l’année liturgique) auront été éclipsées, ces évêques n’auraient-ils pas dû profiter du silence des rues et de l’inactivité forcée de tous pour appeler à la procession des fidèles dans les rues derrière le Saint-Sacrement, affichant sans réserve leur Amour pour le Rédempteur ?


N’était-ce pas l’occasion de démontrer de manière éclatante la Gloire de l’Agneau crucifié et la Liberté qu’il offre à ses Fils ? Bon nombre de musulmans, de bouddhistes, d’athées auraient sans doute été impressionnés par ce courage inattendu, et peut-être auraient-ils révisé leurs jugements en partie fondés sur cette église molle, tiède, embourgeoisée et compromise, jugements qu’ils ont depuis si longtemps. Ils auraient peut-être acquiescé à son courage et, qui sait, envisagé une conversion ? Au lieu de cela… Quel spectacle lamentable ! Ce haut-clergé s’est borné à fermer ses sanctuaires et à encourager ses prêtres à célébrer des messes-internet. C’est mieux que rien, certes, disent certains. Mais n’est-ce pas non plus l’une des facettes de cette abomination de la désolation, dont parla jadis le prophète Daniel ? En effet, au bout du compte, qu’en est-il de la Présence Réelle, messeigneurs ?


Certes, la communion spirituelle, la pratique de l’oraison, dites-vous, demeurent. Elles sont en effet des activités louables. Cependant, le fondement même de l’enseignement du Christ reste la participation à sa Passion, l’essence de la Memoria Dei ne s’accomplissant que dans le sacrement de l’Eucharistie. Que diront nos enfants en 2040 ? Que les évêques de 2020 auront collaboré avec les dirigeants d’une république, dont les accointances avec la franc-maçonnerie ne sont un secret pour personne ! Qu’ils n’auront osé braver ce gouvernement libéral responsable de la mort de millions d’enfants avortés dont évidemment on ne parle plus trop, et familier de lois mortifères ou contre nature en grand nombre. Qu’ils auront été partie prenante du prolongement d’un confinement qui aura saboté de fond en comble l’année liturgique. Et ils auront raison de le dire…


Oh qu’il eût été beau, évêques de France, d’ouvrir le 10 mai qui approche les portes de vos cathédrales, avant que toutes ne soient brûlées ou changées en austères musées ! Ce 10 mai, fête de Jeanne, dont la sainteté invincible nous dépasse tous ! La France catholique serait d’une certaine façon devenue un exemple pour le monde confiné, comme le fut naguère la Pologne de Solidarnosc. Livré au venin de la collaboration, l’Église de France présente au contraire le visage inoffensif et méprisable qui plait tant à ceux qui nous gouvernent d’une institution qui n’a plus rien ni à dire ni rien à donner… Comment peut-elle espérer, engoncée dans une telle mollesse, servir vraiment le Christ en suscitant de nombreuses conversions ? C’est aujourd’hui la fête de Joseph artisan. Évêques de France, à quoi travaillez-vous ?

Roland Thevenet

Texte complet ici : https://www.facebook.com/profile.php?id=100013157530033

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ecole Maison 02/05/2020 15:21

Il est certain que ces évêques sont des renégats, d'ailleurs maçons pour la plupart.
Peureux, ou soumis aux loges et aux préfets, refusant de dire ce que le Christ leur commande de dire, ils sont félons et ennemis de Dieu, ils ne sont de fait plus catholiques ni même chrétiens. Dorlottés et gras, paresseux et conformistes, incapables d'action ou de parole vraie, bourgeois achevés et sans plus guère de scrupule, si ce n'est d'ordre social et politique... Piteuse troupe, vénale assemblée, reine des parlottes inutiles et des silences coupables.
C'est pourquoi nous nous sommes tournés vers les quelques derniers bons prêtres sur lesquels nous appelons l'action de l'Esprit saint, prêtres que nous investissons de l'autorité pour la part que nous sommes en droit de leur conférer, et auxquels nous rappelons que la désobéissance peut, selon le Droit canon, être une obligation. Ils opéreront les sacres à venir, sans ces évêques traitres.