Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

endocrorgs.gifLe nombre de maladies liées au système hormonal augmente de manière considérable. Un rapport parlementaire préconise d'agir dès maintenant sur les perturbateurs endocriniens, fortement soupçonnés.

 

Le faisceau d'indices mettant en cause les perturbateurs endocriniens dans l'augmentation importante des maladies liées au système hormonal est significatif. Le rapport du sénateur Gilbert Barbier, approuvé le 12 juillet par l'Office parlementaire dévaluation des choix scientifiques et technologies (OPECST), préconise de passer à l'action.


Augmentation significative des maladies liées au système hormonal

Les inquiétudes relatives aux perturbateurs endocriniens proviennent de l'augmentation importante, et non encore expliquée, de maladies liées au système hormonal, comme certains cancers ou des problèmes de fertilité.

"En France, le taux d'incidence de tous les cancers a augmenté de 35 et 43 % respectivement chez les hommes et les femmes depuis 1980", indique le rapport, reprenant des chiffres de l'Inserm.


Chez l'homme, les cancers de la prostate ont été multipliés par quatre depuis 1975. Le cancer du testicule est en augmentation de 2,5% par an depuis 1980, selon des chiffres de l'INVS. Chez la femme, le cancer du sein a vu son incidence doubler depuis 1980.


En matière de fertilité, les chercheurs s'inquiètent d'une possible combinaison d'une baisse de moitié du nombre de spermatozoïdes et d'une augmentation des malformations génitales masculines.


Un lien de causalité crédible

"Les données scientifiques disponibles rendent crédible un lien de causalité entre ces maladies et l'action de substances perturbant le système endocrinien", indique le rapport.


L'impact avéré de certaines de ces substances (DDT, PCB, peintures à bas de TBT) sur les animaux sauvages, l'analogie avec des produits comme le Distilbène ou la chlordécone, et plusieurs publications académiques viennent conforter la probabilité de ce lien.


"L'impact de la pollution des milieux aquatiques à la sortie des stations d'épuration, dans certaines rivières ou estuaires est réellement préoccupant, des pourcentages importants de poissons pouvant être victimes d'intersexualité", souligne notamment le rapport. Certaines sources de pollution, comme les hôpitaux, sont insuffisamment traitées. Les médicaments étant d'ailleurs, selon le rapport, "les seules substances chimiques à ne pas être réellement soumises à une évaluation de leurs conséquences environnementales".


Plusieurs découvertes en laboratoire ont par ailleurs mis en évidence les propriétés de perturbation endocrinienne de substances comme le Bisphénol A ou les phtalates chez les rongeurs.


Quand la dose ne fait plus le poison

Ce faisceau de résultats scientifiques remet en cause les fondements de la toxicologie moderne établis par le savant suisse Paracelse, selon qui "seule la dose fait qu'une chose n'est pas un poison". Toute la réglementation des produits chimiques pour protéger travailleurs et grand public, définissant une dose d'exposition sans effet tout au long de la vie ou dose journalière acceptable (DJA), est actuellement fondée sur ce principe.

 

Lire la suite sur le site Actu-environnement : http://goo.gl/BUOrj


Tag(s) : #Vie quotidienne-Santé-Environnement

Partager cet article

Repost 0