Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

made-in-france1.jpgDepuis quelques temps, le « made in France » semble avoir  le vent en poupe et revient très régulièrement sur le tapis médiatique. Suivant l’exemple de Nicolas Sarkozy visitant l’usine relocalisée de Rossignol dans les Alpes, les autres candidats à la course présidentielle s’arrachent donc ce sentiment de patriotisme économique français, sautant sur la manne électorale qui semble ainsi s’offrir à eux. « Label made in France », « Origine France certifiée », d’aucun de ces arrivistes n’hésite à y aller de son petit slogan patriotique, quitte à y joindre la main sur le cœur et la petite larme à l’œil, histoire de ravir la voix de la ménagère qu’ils méprisent par ailleurs au plus haut point…


                Mais ce regain d’intérêt pour le patriotisme économique n’est évidemment qu’une odieuse manipulation électoraliste, un épiphénomène, tout comme les relocalisations tant médiatisées. Insignifiants comparés aux nombreuses délocalisations, ces retours d’entreprises n’ont créée que 511 emplois en 2009 et 2010, alors que les délocalisations en font perdre près de 36 000 à la France par an (données Insee Mai 2010). Il ne faut guère pousser la réflexion pour se rendre compte que l’actuelle surmédiatisation des quelques relocalisations ne sert qu’à glaner quelques voix frontistes et voiler l’échec des politiques anti-chômage des actuels gouvernants.


                Pour autant, de nombreuses statistiques et autres sondages confirment ce regain d’intérêt pour le patriotisme économique. Plus de deux tiers des français se déclarent prêts à acheter français plutôt qu’étranger si la différence de prix n’excède pas 10 à 15 % ! Et la grande question qui brûle inéluctablement les lèvres, c’est pourquoi un produit fabriqué à 500 mètres de chez moi coûte 20 % à 30 % plus cher (différence constatée par les observateurs économiques) que celui qui est fabriqué à 5000 kilomètres de chez moi (donc en ôtant le port du produit) ?


                Et l’on peut, pour tenter d’éclairer cette question, prendre une récente étude de PWC (Price WaterHouse Coopers) en collaboration avec la Banque Mondiale sur les taux d’impositions des PME françaises, datée de Septembre 2011 : près de 65.8 % de taxes, juste derrière l’Italie. Ce fardeau économique est, il faut le rappeler, bien au dessus de la moyenne européenne (44.2%) ou mondiale (47.8%). Mais surtout, dans ce rapport, il est également intéressant de noter que la France est le pays européen qui taxe le plus le travail (environ 45 %) et le moins les profits (10 %) !


                Bien sûr, cette charge de taxes sur les PME n’est pas la seule cause de la différence de prix des produits français par rapport aux produits européens. Coût de la main d’œuvre, marges commerciales, et bien d’autres éléments économiques doivent être pris en compte dans  l’établissement du prix final d’un produit. Mais il est évident que la surcharge de taxes que la république fait peser sur les frêles épaules des PME freine littéralement toute compétitivité des entreprises françaises. Et il ne semble pas impertinent de supposer que ces fameux 10 % de trop dans les prix des produits français disparaitraient sûrement si la république cessait de surtaxer les PME…


                En attendant, les consommateurs français doivent prendre conscience que pour soutenir l’économie locale, pour maintenir le reste des emplois en France, il faut changer de mentalité de consommation : consommer peut être 25 % de moins de superflu et d’éphémères besoins consuméristes pour les investir dans les produits français. Le jeu en vaut la chandelle ! Et cessons de croire aux sempiternelles promesses des présidentiables : les PME se souviennent des promesses électorales du candidat Sarkozy en 2007….


Vous trouverez de nombreuses informations sur les productions françaises, les entreprises françaises à l'honneur sur ce site : http://www.madine-france.com/


 

Source : http://franceroyale.e-monsite.com/blog/politique-francaise/consommez-francais.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique 15/12/2011 15:56

D'où la proposition très pertinente du candidat d'Alliance royale :"Libérer l'entreprise."