Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

   fleur de lys

 

En ces temps où s’étalent les turpitudes de l’oligarchie politico-financière et la dictature médiatico-sondagière ;

 

en ces temps électoraux où les vaines promesses éclosent comme des champignons après la rosée d’un matin de printemps ;

 

en ces temps où la barbarie a franchi nos portes avec la complicité de ceux qui devaient les défendre ;

 

en ces temps où la dette publique de servitude de notre pays est devenue abyssale, au point qu’il va nous falloir choisir, avant longtemps, entre la mort par la ruineou le déshonneur par le défaut ;

 

en ces temps où notre système judiciaire, délabré par l’idéologie mortifère de sa magistrature, dévore nos libertés ;

 

en ces temps où notre paysannerie et notre agriculture, si bien mises en valeur par la volonté d’Henri IV et la ténacité de Sully, sont ruinées par l’impéritie bruxelloise et le racket de la grande distribution ;

 

en ces temps où le capitalisme financier apatride et sans scrupule délocalise nos industries et désertifie nos bassins d’emplois; en ces temps où nos forces armées, jadis colonne vertébrale et fer de lance de la Nation mais devenues squelettiques par les méfaits des restrictions budgétaires, sont contraintes, tel Théodose Ier au temps du Bas-Empire romain, de recruter de nouveaux mercenaires en ces temps où la trahison des clercs atteint des sommets dans la dhimmitude de certains évêques de France (2), “tellement occupés à embrasser les marches du Temple qu’ils ne se rendent pas compte qu’il est en ruine(3) ;

 

en ces temps où “ la bouffonnerie est devenue norme et le charlatanisme doxa” (4) ;

 

en ces temps, enfin, où Rome n’est plus dans Rome il est de notre devoir, et sans attendre, de montrer aux Français que, lorsqu’ils ont assassiné le roi Louis XVI, ils se sont trompés de cible : “Le roi n’est plus là, mais l’absolutisme règne” (5). Et, pire encore, que dans sa volonté éperdue de “faire notre bonheur malgré nous” (6), le pouvoir républicain, qui en vérité se méfie du peuple (au point de lui avoir confisqué la démocratie), n’exprime chaque jour que son incapacité naturelle à assurer l’épanouissement du bien commun, c’est-à-dire la res publica.

 

  Ce désastre politique et économique autant que culturel et, tout simplement, humain est intolérable et nous devons aujourd’hui nous dresser contre ceux dont la seule volonté est d’inscrire le mot FIN sur notre Histoire.

 

   C’est dans ce but qu’est né le Conseil dans l’Espérance du Roi (CER) qui est un contre-gouvernement ayant comme ambition d’apporter aux Français lesréponses des royalistes aux malheurs de la France et de leur démontrer que le royalisme est…une idée neuve de plus de mille ans.

 

   Les avis et les propositions du CER seront portés à la connaissance des Français par tous les moyens légaux d’information en usage, avec comme règle, une  fois n’est pas coutume dans le monde d’aujourd’hui, les saintes paroles de Bernadette Soubirous: “Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire”.

 

(1) Saint Albert le Grand (1193-1280), dominicain, philosophe, théologien, naturaliste, médecin, docteur de l’Eglise et maître de saint Thomas d’Aquin..

(2) Julien Benda (1867-1956) qui écrivit dans “La trahison des Clercs” (1927): “Et l’histoire sourira de penser que Socrate et Jésus-Christ sont morts pour cette espèce” !

(3) Michel Dubost, évêque d’Evry, président du conseil pour le dialogue interreligieux de la conférence des évêques de France à l’émission d’Yves Calvi du 7 mars 2012 sur RTL: “Ca ne me dérange pas du tout de manger halal”…

(4) Maurice Clavel (1920-1979), écrivain, journaliste et philosophe.

(5) Philippe Muray (1945-2006), écrivain, essayiste et philosophe.

(6) Henri Vivier, Regard sur la France, Le Seuil.

 

                                                             CER. MARS 2012

 

Source : http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-cer-contre-gouvernement-demontrer-que-le-royalisme-est-une-idee-neuve-de-plus-de-mille-ans-102379541.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article