Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

gar-2.jpgCOMMENT: avec leurs trains de vie, leurs avantages, ..., et une pareille retraite en or massif (50 ans, 9000 €, ...), nos élus européens peuvent-ils comprendre ce que c'est que la Crise mondiale et les dettes des Etats membres de l'Europe ?
 
En tous cas, cela devient impossible de faire confiance à certains élus et hommes politiques, non ?

Il faut que les gens comprennent une fois pour toute que, de même que la nature à horreur du vide, de même elle a horreur de l'égalité.

Il y aura donc toujours, du moins dans ce monde physique, des inégalités. Les inégalités sont liées à la vie et on ne peut pas les empêcher.

Par contre on peut choisir des inégalités justes et lutter contre les inégalités injustes.

Le drame de l'homme moderne est qu'il ne veut pas admettre cet état de chose. Refusant par principe l'inégalité, il se condamne à la subir. Et à la subir dans ses formes les plus brutales et les plus injustes: l'inégalité par l'argent, par la force, par le pouvoir, par la ruse, par la violence, par les copains, etc...

C'est ainsi que notre monde a vu de nouvelles "élites" ou "pseudo-élites" remplacer les anciennes.
Les anciennes élites étaient loin d'être parfaites; mais elles avaient le mérite d'avoir de la culture, des traditions prestigieuses, d'avoir contribuer à construire la civilisation et elles considéraient aussi souvent qu'elles avaient des devoirs vis à vis du Peuple.

Ces élites ont été chassées par les révolutions, par les deux guerres mondiales et surtout par la haine tenace des gouvernements républicains, de droite comme de gauche. Et loin de les remplacer par une nouvelle aristocratie du mérite, ce qu'aurais voulu justement Napoléon Bonaparte avec sa "noblesse d'Empire", on a proclammé l'égalité pour tous à des fins démagogiques.

Dès lors, de nouvelles classes dirigeantes ont progressivement occupé le terrain. Elles n'avaient ni culture, ni tradition, ni sens de l'honneur, ni aucune valeurs aristocratiques et d'ailleurs la dialectique républicaine et parfois socialiste leur interdisait de rechercher tout cela. Ces nouvelles classes dirigeantes, que l'on voit à l'oeuvre depuis environ 40 ans, n'avaient que trois préoccupations basiques : le pouvoir, l'argent et le sexe. L'archétype le plus parfait de cette classe est évidemment DSK. Cette régression est hélas normale, puisque c'est le plus petit dénominateur commun accessible à tous les hommes, celui qui découle de notre état initial de mammifère. Dans les Etats communistes, cela a été pire encore, puisque cela à donné la "nomeklatura", autrement dit une bande de gangsters.

L'ennui est que ces nouvelles classes dirigeantes conduisent le monde exclusivement en fonction de ces trois critères, les seuls d'ailleurs qui les intéressent et qu'elles puissent comprendre. L'homme n'est plus qu'une marchandise, tout n'est que violence et rapports de force, le sexe omniprésent fait éclater la société et la famille.
L'Europe, qui fut jadis le centre de la Civilisation, s'en trouve évidemment affectée et lorsque l'on prend la peine d'examiner l'effondrement en cours de la "zone euro", on ne manque pas de constater à quel point cet effondrement est lié à la perte des valeurs anciennes qui faisaient la grandeur de l'Europe: que ce soit les "subprime", la culture du mensonge, le règne de la démagogie, la paresse et la corruption érigée en système, la recherche outrancière du profit à tout prix, la surexploitation des richesses naturelles, tout cela découle directemnt ou indirectement de l'indignité intrinsèque des oligarchies qui règnent sur ce monde et de leurs petits calculs sordides pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir en gagnant le maximum d'argent..

On le voit, la crise de l'euro et de l'occident, n'est pas une crise "de liquidité", ni même une crise "économique". Cest d'abord une crise politique, spirituelle, sociale et morale. Et c'est pour celà qu'il n'y a pas de remèdes matériels et que l'Europe telle qu'elle est ne pourra pas s'en sortir.

Sauf s'il y a une "prise de conscience" massive ou une sorte de "révolution culturelle", pour reprendre une terminologie marxiste mais commode...

Olivier TOURNAFOND

 

Source : https://www.facebook.com/groups/387882500485/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article