Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

gar-2.jpgCOMMENT: avec leurs trains de vie, leurs avantages, ..., et une pareille retraite en or massif (50 ans, 9000 €, ...), nos élus européens peuvent-ils comprendre ce que c'est que la Crise mondiale et les dettes des Etats membres de l'Europe ?
 
En tous cas, cela devient impossible de faire confiance à certains élus et hommes politiques, non ?

Il faut que les gens comprennent une fois pour toute que, de même que la nature à horreur du vide, de même elle a horreur de l'égalité.

Il y aura donc toujours, du moins dans ce monde physique, des inégalités. Les inégalités sont liées à la vie et on ne peut pas les empêcher.

Par contre on peut choisir des inégalités justes et lutter contre les inégalités injustes.

Le drame de l'homme moderne est qu'il ne veut pas admettre cet état de chose. Refusant par principe l'inégalité, il se condamne à la subir. Et à la subir dans ses formes les plus brutales et les plus injustes: l'inégalité par l'argent, par la force, par le pouvoir, par la ruse, par la violence, par les copains, etc...

C'est ainsi que notre monde a vu de nouvelles "élites" ou "pseudo-élites" remplacer les anciennes.
Les anciennes élites étaient loin d'être parfaites; mais elles avaient le mérite d'avoir de la culture, des traditions prestigieuses, d'avoir contribuer à construire la civilisation et elles considéraient aussi souvent qu'elles avaient des devoirs vis à vis du Peuple.

Ces élites ont été chassées par les révolutions, par les deux guerres mondiales et surtout par la haine tenace des gouvernements républicains, de droite comme de gauche. Et loin de les remplacer par une nouvelle aristocratie du mérite, ce qu'aurais voulu justement Napoléon Bonaparte avec sa "noblesse d'Empire", on a proclammé l'égalité pour tous à des fins démagogiques.

Dès lors, de nouvelles classes dirigeantes ont progressivement occupé le terrain. Elles n'avaient ni culture, ni tradition, ni sens de l'honneur, ni aucune valeurs aristocratiques et d'ailleurs la dialectique républicaine et parfois socialiste leur interdisait de rechercher tout cela. Ces nouvelles classes dirigeantes, que l'on voit à l'oeuvre depuis environ 40 ans, n'avaient que trois préoccupations basiques : le pouvoir, l'argent et le sexe. L'archétype le plus parfait de cette classe est évidemment DSK. Cette régression est hélas normale, puisque c'est le plus petit dénominateur commun accessible à tous les hommes, celui qui découle de notre état initial de mammifère. Dans les Etats communistes, cela a été pire encore, puisque cela à donné la "nomeklatura", autrement dit une bande de gangsters.

L'ennui est que ces nouvelles classes dirigeantes conduisent le monde exclusivement en fonction de ces trois critères, les seuls d'ailleurs qui les intéressent et qu'elles puissent comprendre. L'homme n'est plus qu'une marchandise, tout n'est que violence et rapports de force, le sexe omniprésent fait éclater la société et la famille.
L'Europe, qui fut jadis le centre de la Civilisation, s'en trouve évidemment affectée et lorsque l'on prend la peine d'examiner l'effondrement en cours de la "zone euro", on ne manque pas de constater à quel point cet effondrement est lié à la perte des valeurs anciennes qui faisaient la grandeur de l'Europe: que ce soit les "subprime", la culture du mensonge, le règne de la démagogie, la paresse et la corruption érigée en système, la recherche outrancière du profit à tout prix, la surexploitation des richesses naturelles, tout cela découle directemnt ou indirectement de l'indignité intrinsèque des oligarchies qui règnent sur ce monde et de leurs petits calculs sordides pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir en gagnant le maximum d'argent..

On le voit, la crise de l'euro et de l'occident, n'est pas une crise "de liquidité", ni même une crise "économique". Cest d'abord une crise politique, spirituelle, sociale et morale. Et c'est pour celà qu'il n'y a pas de remèdes matériels et que l'Europe telle qu'elle est ne pourra pas s'en sortir.

Sauf s'il y a une "prise de conscience" massive ou une sorte de "révolution culturelle", pour reprendre une terminologie marxiste mais commode...

Olivier TOURNAFOND

 

Source : https://www.facebook.com/groups/387882500485/

Tag(s) : #Politique-Société

Partager cet article

Repost 0