Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

A Avignon, 30 producteurs se sont associés pour ouvrir un magasin de vente directe. Une simple histoire de produits frais qui, pourtant, défraie la chronique...


« Ici, on trouve à peu près tout ce qui se mange », annonce Gérard Roche, à l’origine du projet d’ouverture d’une nouvelle enseigne de proximité un peu particulière, Cueilli vendu. « On fonctionne comme la distribution classique, avec du personnel compétent et une gamme intéressante de produits alimentaires », poursuit-il. Ici, en effet, pas de producteur derrière la caisse… à chacun son métier !


80 % des produits font à peine 50 kilomètres S’il y a un quelconque bilan à tirer au bout de quelques semaines d’ouverture, c’est évidemment le bilan carbone, puisque la majorité des produits sont d’origine plus que locale : 80% des produits ont fait moins de 50 kilomètres avant de se retrouver dans les rayons de Cueilli Vendu. « Les "locavores" américains seraient comblés », plaisante Gérard Roche. Producteur de légumes à Loriol-du-Comtat, il explique que l’atout numéro un des produits est bel et bien leur extrême fraîcheur : « Certains produits sont cueillis une ou deux heures à peine avant d’être vendus. Et même si une barquette de fraises ne part pas le premier jour, elle sera toujours plus fraîche que celles qu’on retrouve en GMS et qui ont pris le froid. » Les producteurs associés souhaitent ainsi offrir un véritable service au consommateur, que ce dernier soit sensibilisé aux circuits courts – « ça lui évite de courir de fermes en fermes » - ou plus classique dans sa démarche d’approvisionnement alimentaire – « on s’est associé avec des entreprises agroalimentaires pour proposer des produits transformés. On trouve aussi du lait, du fromage, du vin, de la viande, des œufs… ainsi que des fruits et légumes qui viennent d’ailleurs et qui sont confinés dans un petit rayon, pour que le consommateur puisse, s’il le souhaite, manger des bananes toute l’année ou quelques aubergines au mois d’avril… ».

Les producteurs rémunérés au prix du marché
Pour l’instant, explique Gérard Roche, « on est dans le marché, et la marge commerciale qu’on s’accorde nous permet d’assurer le salaire de nos six employés, la location des 350 m², et les charges de fonctionnement diverses. Evidement, on est plus chers que le paysan qui vend son produit au bord de la route ou à un marché du soir… Si ça se passe bien, on redonnera aux producteurs des royalties, à moins qu’on n’envisage une décote sur le prix du marché… On verra le temps venu. » Et puis, il faut se rappeler que les producteurs sont tous des associés, des partenaires qui ont plus ou moins investi dans le projet : le responsable des achats est davantage un responsable des commandes, puisque l’heure n’est pas tant aux négociations commerciales. Pourtant,  la structure promet d’être souple : « Nous n’écrasons pas le producteur, inutile donc de s’attendre à des prix excessivement bas. Cependant, nous serons en mesure de faire des mises en  avant ponctuelles ou même, comme nous l’avons fait sur la salade Batavia il y a deux semaines, compresser notre marge, quand c’est la crise ! », explique Gérard Roche, tout en rappelant que l’enseigne ne vend pas une marchandise de second choix. « Le directeur se réserve le droit d’accepter ou de refuser une cagette. On ne vient pas ici pour écouler nos invendus mais pour réinventer notre relation avec les consommateurs ». Même si le potentiel d’écoulement est encore marginal pour certaines grosses structures, l’idée a séduit. On trouve de tout, des produits bio aussi, bien que la communication reste centrée l’origine. A propos de communication, Gérard Roche attend davantage de fruits d’été dans les rayons pour lancer la machine, « avec des panneaux publicitaires et un slogan : "Tous les produits régionaux de l'apéritif au dessert" ».

Prenez un endroit visible, un grand parking, une masse de consommateurs à proximité et un groupe de producteurs prêts à investir ensemble. Mélangez. Qu’obtenez-vous ? Cueilli Vendu !

 
Fleur Cattin-Masson
Photo : F.C-M / PIxel Image
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article