Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Avignon, 30 producteurs se sont associés pour ouvrir un magasin de vente directe. Une simple histoire de produits frais qui, pourtant, défraie la chronique...


« Ici, on trouve à peu près tout ce qui se mange », annonce Gérard Roche, à l’origine du projet d’ouverture d’une nouvelle enseigne de proximité un peu particulière, Cueilli vendu. « On fonctionne comme la distribution classique, avec du personnel compétent et une gamme intéressante de produits alimentaires », poursuit-il. Ici, en effet, pas de producteur derrière la caisse… à chacun son métier !


80 % des produits font à peine 50 kilomètres S’il y a un quelconque bilan à tirer au bout de quelques semaines d’ouverture, c’est évidemment le bilan carbone, puisque la majorité des produits sont d’origine plus que locale : 80% des produits ont fait moins de 50 kilomètres avant de se retrouver dans les rayons de Cueilli Vendu. « Les "locavores" américains seraient comblés », plaisante Gérard Roche. Producteur de légumes à Loriol-du-Comtat, il explique que l’atout numéro un des produits est bel et bien leur extrême fraîcheur : « Certains produits sont cueillis une ou deux heures à peine avant d’être vendus. Et même si une barquette de fraises ne part pas le premier jour, elle sera toujours plus fraîche que celles qu’on retrouve en GMS et qui ont pris le froid. » Les producteurs associés souhaitent ainsi offrir un véritable service au consommateur, que ce dernier soit sensibilisé aux circuits courts – « ça lui évite de courir de fermes en fermes » - ou plus classique dans sa démarche d’approvisionnement alimentaire – « on s’est associé avec des entreprises agroalimentaires pour proposer des produits transformés. On trouve aussi du lait, du fromage, du vin, de la viande, des œufs… ainsi que des fruits et légumes qui viennent d’ailleurs et qui sont confinés dans un petit rayon, pour que le consommateur puisse, s’il le souhaite, manger des bananes toute l’année ou quelques aubergines au mois d’avril… ».

Les producteurs rémunérés au prix du marché
Pour l’instant, explique Gérard Roche, « on est dans le marché, et la marge commerciale qu’on s’accorde nous permet d’assurer le salaire de nos six employés, la location des 350 m², et les charges de fonctionnement diverses. Evidement, on est plus chers que le paysan qui vend son produit au bord de la route ou à un marché du soir… Si ça se passe bien, on redonnera aux producteurs des royalties, à moins qu’on n’envisage une décote sur le prix du marché… On verra le temps venu. » Et puis, il faut se rappeler que les producteurs sont tous des associés, des partenaires qui ont plus ou moins investi dans le projet : le responsable des achats est davantage un responsable des commandes, puisque l’heure n’est pas tant aux négociations commerciales. Pourtant,  la structure promet d’être souple : « Nous n’écrasons pas le producteur, inutile donc de s’attendre à des prix excessivement bas. Cependant, nous serons en mesure de faire des mises en  avant ponctuelles ou même, comme nous l’avons fait sur la salade Batavia il y a deux semaines, compresser notre marge, quand c’est la crise ! », explique Gérard Roche, tout en rappelant que l’enseigne ne vend pas une marchandise de second choix. « Le directeur se réserve le droit d’accepter ou de refuser une cagette. On ne vient pas ici pour écouler nos invendus mais pour réinventer notre relation avec les consommateurs ». Même si le potentiel d’écoulement est encore marginal pour certaines grosses structures, l’idée a séduit. On trouve de tout, des produits bio aussi, bien que la communication reste centrée l’origine. A propos de communication, Gérard Roche attend davantage de fruits d’été dans les rayons pour lancer la machine, « avec des panneaux publicitaires et un slogan : "Tous les produits régionaux de l'apéritif au dessert" ».

Prenez un endroit visible, un grand parking, une masse de consommateurs à proximité et un groupe de producteurs prêts à investir ensemble. Mélangez. Qu’obtenez-vous ? Cueilli Vendu !

 
Fleur Cattin-Masson
Photo : F.C-M / PIxel Image
Tag(s) : #Vie quotidienne-Santé-Environnement

Partager cet article

Repost 0