De Gaulle de la Bourse : « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille »

Si aujourd'hui les politiques font tout pour « rassurer les marchés », le général de Gaulle n'a pas hésité à railler la Bourse.

 

« La politique de la France ne se fait pas à la corbeille » : il y a 45 ans, le général de Gaulle pouvait se moquer ouvertement de la Bourse sans que l'économie s'effondre. S'il était encore en poste aujourd'hui, pourrait-il encore prononcer cette phrase ? Ou devrait-il, selon l'expression désormais consacrée, tout faire pour « rassurer les marchés » ?


C'est le 28 octobre 1966, lors d'une conférence de presse à l'Elysée, que le général de Gaulle prononce sa fameuse petite phrase. Un journaliste lui demande, avec toute la déférence d'usage à l'époque, son analyse : pourquoi la Bourse va-t-elle mal… alors que l'économie va bien ?


La réponse peut surprendre aujourd'hui. La Bourse, ça va, ça vient, mais ça n'a aucune influence sur l'action du gouvernement, explique De Gaulle, applaudi par les journalistes. (Voir l'extrait - la vidéo de la conférence de presse est disponible en intégralité sur le site de l'Ina.)


De-Gaulle.jpg

C'était une autre époque. Une époque où la Bourse n'était pas encore dématérialisée, et où les agents de change négociaient les actions autour de la « corbeille » du palais Brongniart. Une époque où on ne parlait pas encore de CAC 40 (l'indice parisien a vu le jour en 1988) ou d'agences de notation. Une époque d'économie planifiée par l'Etat et, surtout, d'expansion économique : nous étions en pleines Trente Glorieuses.


De Gaulle n'était pourtant pas anticapitaliste. Lors de la même conférence de presse, il souligne le rôle important des investisseurs dans l'économie.


Pas pour leur donner des gages, mais pour les remercier d'apporter aux entreprises les capitaux nécessaires à leur développement. Et pour expliquer que « les travailleurs » doivent, désormais, avoir « droit à une part capitalisée des plus-values du capital ». Cette défense de l'intéressement est aussi un thème cher à Nicolas Sarkozy, de ses discours sur un partage des profits en « trois tiers » à son projet « prime contre dividendes ».

 

Source : http://eco.rue89.com/2011/08/17/de-gaulle-oserait-il-encore-se-moquer-de-la-bourse-218154-0

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog