Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

(D’après « Histoire anecdotique des fêtes
et jeux populaires au Moyen Age » paru en 1870)

 

La tradition rapporte que les mages, entrant dans la maison désignée par l’étoile d’Orient et où se trouvait l’enfant avec Marie sa mère, lui offrirent des présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe ; offrande symbolique. De l’or comme à un roi, le roi du monde ; de l’encens comme à un Dieu ; de la myrrhe pour prévenir sa sépulture.

 

Nos aïeux comprenaient bien le sens de cette triple offrande. Aussi les rois ne manquaient-ils pas, à l’offrande de leur messe, ce jour-là, de porter, comme les mages antiques, de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Quelques-uns, la plupart, le firent comme une chose toute simple, comme une coutume introduite par la dévotion de la monarchie dans le cérémonial. D’autres, cependant bien simples dans leurs mœurs, y mirent plus d’apparat. De ce nombre fut le sage Charles V, qui fit cette offrande à la Sainte-Chapelle avec une grande solennité.

 

La Nativité de Jésus Peinture de Hugues Taraval (1781)
La Nativité de Jésus
Peinture de Hugues Taraval (1781)
Il y a dans l’Epiphanie un souvenir de Noël, et le peuple a longtemps confondu dans la même vénération, dans le même culte, la crèche de Noël, l’adoration nocturne des anges et des bergers, et celle des mages. Nous ne savons si à côté de la bûche de Noël, bouquet du foyer, les Français des premiers siècles du Moyen Age mettaient le large gâteau des rois. Mais ces fêtes sont si proches l’une de l’autre, il y a entre elles tant de mystérieux rapports, que c’est toujours le souvenir de Noël qui revit dans l’Epiphanie.

Il fallait acheter par les saintes préparations de la pénitence, jeûnes, prières, aumônes, toutes les joies que ce jour versait sur le seuil du foyer ; et la coutume fut longtemps de passer à l’église, dans la méditation des saints mystères et dans des offices pieux, la nuit qui précédait Noël. C’était ce qu’on appelait fêter la vigile. De là est née la coutume du réveillon. Au retour de l’église, à la messe de l’aurore, le temps de la pénitence était passé, car un petit carême précédait Noël, et alors pleuvaient sur la table de famille les jambons, les saucisses et les boudins qui, de date immémoriale, ont été en France, la suprême délectation de ces jours de gala tout particulier. Aujourd’hui il y a beaucoup de réveillons mais peu de vigiles.

 

Jadis, en revenant de la messe de minuit, les villageois des campagnes qui s’apprêtaient à faire réveillon donnaient d’abord à manger aux bestiaux, afin de les associer à la fête, en mémoire du bœuf et de l’âne.

 

Tout le monde sait avec quelle solennité la belle fête de Noël est alors célébrée, avec quelle impatience elle est attendue au sein des familles. Les enfants attendent avec crainte et curiosité la récompense d’une longue année de sagesse que le petit Jésus doit glisser cette nuit-là dans leur soulier. Ce soulier-là, c’est la conscience de l’enfant. Combien n’osaient pas le mettre dans la cheminée, tourmentés par le souvenir d’une espièglerie récente, et d’autres ne le risquer qu’à demi. Nous connaissions également le roi de la fève, fête de famille dont chacun avait sa part, même le pauvre inconnu frappant à la porte et venant réclamer au nom d’un pieux usage le quartier de gâteau auqueil il avait droit de par Dieu.

 

Adoration des mages Peinture de Jan Cornelisz Vermeyen
Adoration des mages
Peinture de Jan Cornelisz Vermeyen
Quant à l’Epiphanie, elle est de toute ancienneté. Fêtée quelque temps avec la solennité de Noël, ce fut vers le IVe siècle que l’Eglise l’en sépara, en fit de la fête de l’Adoration des rois une fête tout à fait distincte. Ce qui le prouve, du reste, c’est que le célèbre Julien l’Apostat, vers le milieu du IVe siècle, se trouvant à Vienne, n’osa pas manquer d’assister à l’office de ce jour, bien que déjà son cœur se fût détourné de la foi chrétienne. Mais il gardait cependant encore, aux yeux de la foule, une piété d’apparat.

Malgré les ténèbres historiques entourant les mages, ces saints voyageurs, la légende a suppléé au silence des livres sacrés. Elle les appelle Balthazar, Melchior et Gaspard. Un ouvrage attribué à Bède, Extrait des Pères, nous donne ainsi le nom des trois mages, et de plus leurs traits et leurs costumes, décrits avec un soin minutieux. Melchior est un vieillard chauve, à longue barbe, vêtu d’une robe couleur d’hyacinthe. Gaspard est jeune, porte une robe orangée et un manteau rouge ; le manteau est bariolé de dessins divers. Nos artistes avaient besoin que la légende leur vînt en aide ; aussi leur a-t-elle servi beaucoup, et c’est à peu près ainsi que tous nos peintres ont représenté cette adoration des mages.

 

Les mystères ont également représenté cette scène des livres saints. Enfin nos cantiques et les noëls du Moyen Age l’ont rimée à leur façon. Voici un fragment de ces pieuses poésies anciennes :

 

Trois rois de leurs domiciles
Viennent adorer l’enfant.
Et de leurs mains libérales
Lui donnent or, myrrhe, encens.
Trois rois de haut parage,
D’étrange région,
Lui vinrent faire hommage
En grande oblation.

Une étoile les conduisait
Qui venait devers Orient,
Qui à l’un et l’autre montrait
Le chemin droit en Bethléem.

Et cet autre :

BALTHAZAR
Qui vous émeut, ô princes !
De quitter vos pays,
De laisser vos provinces
A demi ébahis ?
Avez-vous quelque augure,
D’une chose future,
Qui vous met en émoi
Aussi bien comme moi ?

GASPARD
Pour moi, dans ma contrée
Et de jour et de nuit,
S’est vue et remontrée
Une étoile qui luit,
Qui biaisant sa course,
Ne va point comme l’ourse
Qui fait voir à nos yeux
Qu’elle n’est dans les cieux.

MELCHIOR
Aussi l’ai-je aperçue,
Comme vous l’avez dit,
Et si bien dans ma vue
Son rayon s’épandit,
Que sans nuage ou voile
J’avise à cette étoile
A l’endroit plus luisant
La forme d’un enfant.

BALTHAZAR
La chose est très certaine ;
Et c’est elle vraiment ;
Nous voilà hors de peine
Par votre enseignement.
Et me vient une idée,
Que c’est en la Judée,
Parmi ce peuple hébreu,
Que doit naître ce Dieu.

GASPARD
L’étoile non pareille,
Qui chemine dans l’air
Pour voir cette merveille,
Semble nous appeler.
Donc, princes débonnaires,
Prenons nos dromadaires,
Et courons vitement
Voir cet événement.

MELCHIOR
Sus donc en diligence,
Car ne voyez-vous pas
Que l’étoile en cadence
Nous mesure nos pas ?
Courons à toute bride,
Le grand flambeau nous guide
Et encor conduira
Tout juste où il faudra.

 

Telles étaient les rimes naïves et incorrectes que nos pères débitaient sans façon à la table de famille, en se partageant ce jour-là le gâteau des rois. Et autour de ce gâteau, que d’attentes curieuses, que d’exclamations, que de battements de mains joyeux, quand le roi de la fève, élu par le sort, se faisait enfin connaître, et quand cette majesté d’un soir portait son verre à ses lèvres : Le roi boit ! La reine boit ! Heureuse royauté ! La seule peut-être à qui soient inconnus les soucis, les douleurs, les fatigues, l’ingratitude, l’adversité !

 

En Provence, où rien ne se fait froidement comme ailleurs, la tradition a conservé à cette fête une forme toute pittoresque. Il y a surtout une petite ville, nommée Trats, qui mérite que nous nous y attardions. Peu connue aujourd’hui, elle fut importante autrefois. Au XIXe siècle encore, ses rues étroites et mal bâties s’animent pourtant singulièrement quand vient la fête des Rois. Dès la veille les jeunes gens se réunissent pour aller au-devant des trois mages. Ils portent sur la tête des corbeilles de fruits secs. Cela se comprend en Provence et à cette époque de l’année. Une chapelle consacrée à saint Roch se trouve en dehors de la ville : c’est le but du pèlerinage. A la chapelle sont trois personnages revêtus du costume oriental. Un orateur les complimente ; pour la peine, il reçoit d’eux des corbeilles et une bourse pleine de jetons.

 

Notre discoureur n’a pas plus tôt entre les mains le prix accordé à son éloquence, qu’au lieu de partager, il se sauve à toutes jambes avec son butin. Mais ce n’est que pour la forme ; car ses camarades se mettent à sa poursuite en formant une falandoule, c’est-à-dire une chaîne de danseurs. On rentre ainsi en ville ; il est convenu que malgré l’agilité du fugitif, il finit toujours par être enlacé dans les anneaux de la chaîne qui le poursuit sans relâche. Danses, jeux, repas de famille restent pour le lendemain.

 

Source France Pittoresque : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1931

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article