Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

 

 

dominique-strauss-khan-366085


Après le coup de semonce du CSA concernant les images de la chute de DSK, les chaînes de télévision françaises sont bien embêtées. Que faire quand les Sages appellent à "la plus grande retenue" après le déferlement, sur tous les supports, et en quasi continu sur les chaînes info, des images de l'audience du patron du FMI ou sa sortie du commissariat de Harlem, les mains menottées dans le dos ? En outre, Dominique Leusse, l'un des avocats français du patron du FMI, a déclaré sur France Info que son client envisage de poursuivre les médias français qui contreviendraient à la loi Guigou. Une décision serait prise "dans les deux ou trois jours qui viennent" en raison du fait que ces images "portent atteinte à la dignité de Dominique Strauss-Kahn et à sa présomption d'innocence au sens de la loi française", a-t-il expliqué.


"Nous sommes coincés par une terrible contradiction, répond Thierry Thuillier, le patron de l'information du groupe France Télévisions. Coincés entre la loi qui prohibe ces images et le devoir ou le droit d'informer." Même dilemme du côté de M6, dont Jérôme Bureau tient les commandes. "La mondialisation du champ journalistique est telle qu'aujourd'hui les images de DSK que les chaînes françaises ne devraient pas montrer sont très facilement à la portée des téléspectateurs, ne serait-ce que sur Internet," analyse-t-il. Catherine Nayl, la patronne de l'info du groupe TF1, souligne, quant à elle, que les JT de la Une ont fait une "utilisation modérée" des images litigieuses. "Nous avons utilisé ses images pour illustrer les reportages factuels et dans les titres à 20 heures. Nous ne les avons pas réutilisées autrement. Elles n'ont pas servi d'images prétextes. Le droit à l'information et le droit de la personne s'affrontent. Les images de l'audience seront réutilisées ne serait-ce que pour expliquer la différence entre la procédure accusatoire américaine et notre système judiciaire", précise-t-elle. Canal+ n'a pas encore répondu à nos appels.


"Une image choc comme celles du 11 Septembre" (M6)

"Sur France 2, les images de DSK sortant du commissariat étaient indispensables pour trois raisons", plaide Thierry Thuillier. D'abord, elles racontent le système judiciaire américain. Ensuite, elles informent sur l'état psychologique de DSK. Son regard fermé et déterminé ne donne pas le sentiment d'une situation d'indignité. C'est moins vrai concernant le images de l'audience, concède-t-il. En revanche, ces images ne doivent pas servir d'images prétextes et nous avons veillé à ce que les commentaires restent prudents et respectent la présomption d'innocence."


Pour information, les images de Dominique Strauss-Kahn ont été tournées par un pool de chaînes américaines qui les ont mises à la disposition du monde entier. "Ce ne sont pas des images spécifiquement françaises, rappelle le patron de l'info de France Télévisions. Si on interdit aux chaînes françaises de les utiliser, alors le CSA doit aussi exiger des câblo-opérateurs ou des opérateurs satellitaires ou des opérateurs de TV ADSL qu'ils stoppent la diffusion de CNN, BBC, Raï, etc. On voit bien que ça devient très compliqué et que se pose, en vérité, l'applicabilité de la loi Guigou."


Aux yeux de Jérôme Bureau, le rappel à la loi opéré par le CSA n'est pas inutile. "La question doit être posée et le CSA est dans son rôle, admet-il. À nous d'arbitrer au mieux. Par exemple, doit-on rediffuser de telles images deux jours plus tard ? Depuis le 11 Septembre, nous n'avions pas connu un choc d'image du même niveau. Si nous ne les avions pas montrées, on serait dans un déni de réalité. On nous reprocherait de cacher la réalité. Tout dépend de l'endroit où on met le curseur. Ce n'est pas non plus la même chose de proposer ces images dans le cadre d'un JT qui intervient deux fois par jour et de les montrer en continu comme le font les chaînes info."


La diffusion "en boucle", question de point de vue

"Je ne suis pas du tout d'accord avec cet argument, rétorque Guillaume Dubois, le patron de l'info du groupe Next TV, éditeur de BFM TV. La diffusion dite "en boucle", ce n'est pas la réalité pour le téléspectateur, car, lui, il ne regarde pas la chaîne "en boucle". L'audience cumulée des deux JT de 13 heures et de 20 heures de TF1 et France 2, en plus des JT de M6, est bien supérieure à l'audience des chaînes info. L'impact d'une diffusion sur les chaînes historiques vaut bien ce qui est diffusé chez nous toute la journée." Pour Guillaume Dubois, les images d'un DSK, abattu devant le tribunal, ne participent pas forcément de la dégradation de sa dignité. "Elles peuvent, au contraire, susciter une émotion susceptible de provoquer un mouvement d'empathie devant sa situation difficile, explique-t-il. En outre, ces images sont éminemment informatives sur la réalité du système policier et judiciaire américain." Enfin, il rappelle que personne n'a soulevé ce débat quand, dans les années 1990, les images de l'arrestation d'O.J. Simpson puis celles de son procès ont été diffusées en France...

 

Un dernier point doit être rappelé : la loi Guigou est très large puisque les images prohibées sont celles d'"une personne menottée ou entravée" ou d'une personne "placée en détention provisoire". Le subterfuge consistant à ne pas filmer, flouter ou ne pas photographier les menottes est difficilement recevable car contraire à l'esprit de la loi. DSK était bel et bien entravé en sortant du commissariat de Harlem. Il était bel et bien placé en détention provisoire lorsque la juge Melissa Jackson a refusé sa libération sous caution. Vendredi prochain, lorsque Dominique Strauss-Kahn comparaîtra devant le grand jury, il est possible que les policiers américains l'exposent de nouveau à la curiosité publique. Faudra-t-il le filmer ? "Je pense que oui", répond Guillaume Dubois. Une réponse moins affirmative devant les menaces de poursuites brandies par l'avocat de DSK...


http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/emmanuel-berretta/dsk-menotte-des-poursuites-possibles-contre-les-medias-francais-17-05-2011-1331842_52.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article