Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

pal.jpg

 

« L’ âme » des Chouans se niche en d'insondables profondeurs qui peuvent sembler aux fangeux bigleux, fort inattendues voire surprenantes : c’est méconnaître l’essence même du combat royaliste.  

 

Que les bonimenteurs et autres phraseurs, sodomites invétérés du « peuple français », faisant mine d’ignorer notre action royaliste, en s’ingéniant à nous refourguer à qui mieux mieux leur grand guignol 2012, à coup d’arguments plus nauséeux les uns que les autres, sachent qu’ils n’arrêteront plus la prise de conscience naissante dans toutes les catégories de la société.

 

Le royalisme n’est pas un paquet de lessive soldé par des michetonneuses vérolées en manque de notoriété, qui de vendre son dernier « livre », qui de montrer sa petite gueule, etc. en s’inventant pour ce faire, une nouvelle virginité. Nous savons pertinemment qui sont ces hétaïres, d’où elles viennent, leur parcours, leurs opportunistes palinodies et autres cabrioles putassières raie-publicardes : leurs bien grosses vilaines ficelles n’émeuvent que les intimidables puceaux.cathelineau-generalissime-grande-armee-catholique-royale-an.jpg

 

Le royalisme, c’est l’âme du « Peuple français », ses fondations, ses racines, le Roi de France : son père. 

 

Que les méphitiques asphalteuses raie-publicaines prennent garde au retour de bâton ! Tentez donc d’éradiquer le Royalisme, nul ne pourra en venir à bout. Il coule dans nos veines, sa renaissance est là, il se propage lentement, sereinement et bien sûrement. Le royalisme est le Bon Sens, et nombreux en France sont les royalistes qui s’ignorent en raison d'une machiavélique propagande républicaine crétinisante.

 

Brûlez, saccagez, violez la terre féconde de France, l’herbe repousse sempiternellement : le Lys renaîtra, parce qu’il est l’essence même de notre prodigieux pays.

 

Pendant que les bagasses fétides raie-publicardes s’entre-déchirent, plongées dans leur petites vues politiciennes surannées, le souffle de la vérité pénètre les âmes pures… Nulle fin de race aristo-collabo-bobo-intello-anarcho-facho-démago-philoso-salonneux, non… c’est la base qui s’éveille : humiliez-les, rackettez-les, méprisez-les, ils encaissent… jusqu’au jour où… ! et là, petites catins collabos raie-publicardes, après avoir si longtemps assouvi vos penchants d’invertis dans nos bien innocentes lunes, c’est vous qui allez connaître le bien mérité et salvateur Supplice du Pal ! 

 

 

 

 

Cette vidéo illustre parfaitement la vague sourde commençant de gronder, même si les vieux réflexes « rassurants » comme le vote absurde « marinien », sont encore de mise ; c’est la dernière barrière, mais lorsque même cet ultime recours de désespoir d'enfants perdus et déboussolés qu’est le « peuple de France » aura échoué – car il ne peut qu’échouer à terme, puisqu’il ne s’agit pas d’un problème d’homme ni de candidat mais d’organisation républicaine oligarchique, banquière, apatride dite démocratique –, les enfants égarés retrouveront le chemin de la maison : le Royaume de France, et les bras rassurants et protecteurs du Père : le Roi de France. Laissons-les faire leur crise d’adolescence marinière, de la pêche aux moules, ils en reviendront tôt ou tard.

 

Comme dit la chanson : « A la pêche aux moules, je ne veux plus y aller maman… »

 

cartes 2N’oubliez pas vous autres bonisseurs rabatteurs matois au service de la Gueuse, ce qu’est un Chouan, vos tours de passe-passe ne pourront, à terme, les illusionner :

 

« Les paysans, qui s'étaient levés pour la défense de l'autel et du trône, n'avaient aucune idée de la guerre, aucune instruction militaire, et il était impossible de la leur donner.

 

Ils avaient pour généraux et officiers, des jeunes gens presque tous étrangers au métier des armes. C'étaient de jeunes gentilshommes pour la plupart sans expérience ; des séminaristes , des charretiers, des maçons, des chirurgiens , des meuniers, des gardes-chasse. Au reste, le plus grand privilège de cet état-major consistait à donner aux soldats l'exemple de l'intrépidité.

 

Les premiers au combat et les derniers dans la retraite, ils encourageaient ainsi des soldats d'abord timides et inexpérimentés. Il n'était question ni de rang, ni d'honneurs, ni de naissance : la conformité des principes et des sentiments plaçait tout le monde sur la même ligne ; la diversité des conditions était oubliée au point que des paysans commandaient à des gentilshommes, et que des officiers, souvent ensemble devant l'ennemi, ignoraient leur origine.

 

Les vertus qui brillaient dans cet état-major évitaient les divisions et les querelles d'amour-propre que l'absence d'un chef prépondérant et de toute règle de discipline aurait infailliblement occasionnées. Chacun était sûr des autres comme de lui-même, et un dévouement général tenait lieu de discipline.

 

Enfin tout homme qui joignait quelque talent à la bravoure commune était de droit officier ; mais, dans la suite, l'armée se donna des chefs et un conseil qui imprimaient de l'ordre et de la régularité aux opérations.

 

Bientôt, officiers et soldats, tous acquirent l'habileté et l'expérience ; et c'est ainsi que les simples lumières de la nature préparèrent la victoire au courage.Campus universitaire

 

Avant la nomination d'un généralissime, l'armée n'avait point de commandant en chef. L'état-major qui se forma autour de Cathelineau acquit successivement les gentilshommes et les anciens militaires : MM.Stofflet, d'Elbée, de Bonchamp, de Larochejaquelein, de Lescure, de Marigny, de Donissant, de Scepeaux, de Talmont, d'Autichamp, de Sapinaud, étoient les plus notables. »

 

A travers toute la France, les Chouans du XXIème siècle, sans publicité aucune, et victimes d’un inique et unanime ostracisme, se lèvent courageusement pour faire connaître leur Roi Louis XX au Peuple de France http://www.democratie-royale.com/#!participez : c’est plus qu’un phénomène, c’est un avertissement.

 

Que le Grand Cric me Croque, si je mens !

 

Vive le Roi Louis XX !

 

Blanche Belleroy


 

www.democratie-royale.com

www.democratie-royale.org

 

DemocratieRoyale

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article