Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale



Une nouvelle étude parue dans le 2012 Intelligence Studies Yearbook, publié par le Mediterranean Council for Intelligence Studies (MCIS) indique que l’utilisation des médias sociaux constitue « la nouvelle façon avant-gardiste de recueillir des renseignements tactiques à l’aide de logiciels libres ». Joseph Fitsanakis d’IntelNews.org, co-auteur de l’étude, écrit :

Nous expliquons que les agences de renseignement voient de plus en plus Facebook, Twitter, YouTube, et une foule d’autres plateformes de réseautage comme des façons inestimables d’acquérir des informations. Nous basons nos conclusions sur trois récentes études, lesquelles, selon nous, mettent en lumière la fonction des réseaux sociaux dans la collecte de renseignement. (Joseph Fitsanakis, Research: Spies increasingly using Facebook, Twitter to gather data, intelNews.org, 13 février 2012)

L’étude ne mentionne toutefois pas que les agences de renseignement utilisent les médias sociaux à d’autres desseins. L’étude porte à croire que les médias sociaux servent uniquement à la collecte de renseignement, alors qu’en réalité, de nombreux reportages ont démontré qu’ils sont utilisés à des fins de propagande et pour la création de fausses identités utilisées dans des opérations clandestines. Ces pratiques sont explorées dans des articles publiés en 2011 sur Global Research (Army of Fake Social Media Friends to Promote Propaganda, Social Media: Air Force ordered software to manage army of Fake Virtual People et Pentagon Seeks to Manipulate Social Media for Propaganda Purposes).

L’étude du MCIS est en partie basée sur le « printemps arabe », lequel aurait « incité le gouvernement étasunien à commencer à développer des directives pour puiser des renseignements sur les sites de réseautage ». (Ibid.)

Encore une fois, on omet de mentionner un fait : le gouvernement étasunien offre des « formations d’activiste » à des étrangers afin qu’ils déstabilisent leur pays d’origine. Dans son dernier article, Egypt: US-funded Agitators on Trial: US "Democracy Promotion" = Foreign-funded Sedition, Tony Cartalucci explique cette tactique.

La « cyberdissidence » est organisée entre autres par Freedom House, liée à la CIA. Le premier événement sur le liberté humaine du Bush Institute, co-commandité par Freedom House, s’intitulait « La conférence des cyberdissidents : succès et défis internationaux ».

La conférence sur les cyberdissidents a souligné le travail, les méthodes, le courage et les accomplissements de ses huit conférenciers invités provenant de sept pays. Dans cinq d’entre eux la liberté est disparue (tous jugés « non libres » par Freedom House) : la Chine, Cuba, l’Iran, la Syrie et la Russie. Dans les deux autres la liberté est en péril (tous deux jugés « partiellement libres » par Freedom House) en raison d’un gouvernement autoritaire accumulant davantage de pouvoir, comme au Venezuela, ou de la menace de groupes terroristes nationaux, comme en Colombie. (The Conference on Cyber Dissidents: Global Successes and Challenges, The George W. Bush Presidential Center.)

Les pays où la « liberté est disparue » et qui sont des alliés des États-Unis, comme l’Arabie Saoudite et Bahreïn, ne figurent pas sur la liste. Le seul allié que l’on mentionne est la Colombie et la liberté y serait menacée non pas par le gouvernement mais par des groupes terroristes. Le gouvernement colombien a toutefois été accusé d’espionner ses journalistes et la Commission interaméricaine des droits humains a déclaré que la liberté d'expression « existe à peine » en Colombie.

Le but de la “formation d’activiste” par les ONG étasuniennes est de déstabiliser les ennemis politiques des États-Unis au nom de la liberté. La « cyberdissidence » est ensuite employée par les agences de renseignement dans le cadre d’opérations clandestines.

Julie Lévesque

 

Source : http://www.zenit.org/article-30148?l=french

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article