Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

 

Résumé : La biographie d’une artiste méconnue, remarquable tant pour son œuvre que pour sa vie tumultueuse et passionnée.

Au ciel bleu, elle préfère l’orage. Au renoncement, l’exil. Aux dentelles, la pierre. Aux modes, l’éternité. Elle ne s’habille jamais qu’à la manière d’un prêtre ou d’un soldat. Elle sculpte des heures durant des corps suppliciés, des femmes adultères, des maris furieux et des anges vengeurs dans un atelier pareil à la forge de Vulcain. Elle ne se bat que pour des causes perdues d’avance et ne se connaîtra de gloire plus étincelante que d’avoir été jetée au cachot.

 

Elle pratique la divination d’après la forme des crânes, renonce aux amours des hommes, se rêve en chevalier servant d’une dame, se plait à peindre les ongles de ses lévriers en jaune d’or, arbore une figure hors d’âge, une foi sans bornes et une coiffure à la Jeanne d’Arc. Elle est plus extravagante que quiconque, plus acharnée qu’une bête de somme, plus impénétrable qu’une sibylle, plus gentilhomme qu’un homme et plus royaliste que le Roi. Elle est aussi l’héroïne ultra-romantique du dernier livre d’Emmanuel de Waresquiel, un portrait curieux, elliptique et emporté, un caprice historique écrit comme un roman.


Une héroïne de la Contre-Révolution


Félicie de Fauveau, sculptrice  française née à Florence en 1801, morte dans cette même ville en 1886, s’est édifiée elle-même en perfection de l’improbable et sa vie détachée de tout  ressemble à une fiction. A une époque où il est devenu révolutionnaire de ne pas se réclamer de la Révolution, elle choisit de la contrarier coûte que coûte. Désespérée, anachronique.

 

C’est à l’avènement de la Monarchie de Juillet que cette jeune aristocrate née en exil se jette à corps perdu dans la condamnation de Louis-Philippe  d’Orléans. Les armes à la main, se faisant l’écuyer de la Comtesse de La Rochejacquelein   pour qui elle nourrit une passion folle et impossible, elle part combattre les ennemis de la Monarchie Absolue dans le bocage vendéen, participant à la dernière insurrection chouanne de 1832. La prison puis l’exil auraient pu avoir raison de son acharnement.

 

Mais sa retraite florentine, échouée dans un ancien couvent de Clarisses, sera comme une enclave pour contenir la folie qui la guette, une solution, un aboutissement. Celle qui a été l’élève de Louis Hersent, remarquée par Stendhal, Dumas et Balzac, s’adonnera désormais à ses premières amours artistiques. De la restauration des statues anciennes, elle passe à la sculpture proprement dite, discipline qui deviendra bientôt son langage de prédilection. Si l’arme a changé, le combat éperdu ne flanche pas, le discours passionné reste le même, le personnage intransigeant s’accuse et s’accomplit.


Titre du livre : Une femme en exil , Félicie Fauveau, artiste, amoureuse et rebelle
Auteur : Emmanuel de Waresquiel
Éditeur : Robert Laffont
Date de publication : 07/10/10
N° ISBN : 2221115724

 

http://goo.gl/50YFN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article