Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un journaliste japonais de premier plan a récemment fait deux déclarations incroyables au sujet de la centrale de Fukushima qui a subi une catastrophe nucléaire en Mars 2011, envoyant des ondes de choc à travers le monde entier. 

Premièrement, l'ancien rédacteur en chef d'un journal national japonais déclare que les Etats-Unis et Israël savaient que Fukushima possédaient de l'uranium et du plutonium "weapons-grade" (= d’une qualité adéquate à l’utilisation d’armes, surtout d’armes de destruction massive) qui avaient été exposés à  l'air après qu'une gigantesque vague du tsunami ait frappé le réacteur.  

Deuxièmement, il soutient que les services du renseignement israélien ont saboté le réacteur en représailles au soutien du Japon pour un Etat palestinien indépendant. 
Selon Yoishi Shimatsu, un ancien rédacteur en chef du Japan Times Weekly, ces matières nucléaires ont été expédiées à la centrale en 2007 sur les ordres de Dick Cheney et George W. Bush et avec la complicité du Premier ministre israélien Ehud Olmert. L'expédition fut faite sous la forme de cœurs d'ogives secrètement retirés du dépôt de têtes nucléaires américaines BWX Plantex situé près d'Amarillo, au Texas. Alors qu'il agissait en tant qu'intermédiaire, Israël transporta les ogives du port de Houston, et dans le processus garda les meilleures en donnant aux Japonais les coeurs d'ogives plus anciens qui durent être enrichis ultérieurement à Fukushima.
Shimatsu attribue à l'agent retraité de la CIA et mercenaire Roland Vincent Carnaby le fait qu'il savait  que les ogives avaient été transportées depuis Houston. Au cours d'une tournure étrange que prit  l'histoire, Carnaby fut mystérieusement abattu moins d'un an plus tard par la police de Houston à un stop. Il reçut une balle dans le dos et une dans la poitrine. Il ne tenait aucune arme entre ses mains. Des sources d'agences de renseignement dirent qu'il avait suivi à la trace une unité du Mossad qui faisait du trafic de contrebande de plutonium américain à partir des docks de Houston pour un réacteur nucléaire israélien.
Dans une accusation encore plus explosive, le journaliste affirme que 20 minutes avant la catastrophe nucléaire de la centrale de Fukushima, Israël était tellement contrarié de la déclaration du soutien japonais pour un État palestinien qu'il doubla le Japon en lâchant le virus Stuxnet sur des ordinateurs de la centrale. Le virus entrava la fermeture, entraînant des répercussions sur une section de la centrale renfermant de l'uranium et du plutonium récupérés des ogives fournies en 2007.
Bien qu'il soit impossible de vérifier certaines des déclarations de Shimatsu, il y eut une dissimulation massive au moment de la catastrophe de Fukushima en Mars. Les explosions du site furent  immédiatement minimisées. Alors qu'il fut ensuite rapporté que trois réacteurs subirent des fusions, les autorités japonaises tentèrent de considérer la catastrophe de niveau 4 sur l'International Nuclear and Radiological Event Scale, alors que des experts externes déclarèrent qu'elle était de niveau 7, c'est à dire  le plus haut niveau. 
Quelque chose d'intéressant à noter est de savoir comment, en 2009, deux ans après que Shimatsu dit que les ogives furent secrètement amenées au Japon, l'IAEA (l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique) publia un avertissement voilé au Japon de "ne pas abandonner sa politique anti armes nucléaires." 
L'AIEA devait savoir, cependant, que le Japon a longtemps conservé sa capacité à pouvoir construire des armes nucléaires. Cela a été clairement établi dès 1996, quand une fuite de documents du ministère des Affaires étrangères a exposé comment le Japon avait fait la promotion d'une double stratégie à l'égard de l'arme nucléaire depuis le milieu des années 1960. Il avait souvent professé publiquement une politique anti-nucléaire tout en maintenant sa capacité à construire un arsenal nucléaire. 
Le Parti libéral démocrate, qui domina la vie politique japonaise, a toujours dit qu'il n'y avait aucun obstacle constitutionnel aux bombes atomiques.
Un facteur qui aura, sans aucun doute, encouragé l'administration Bush-Cheney de la Maison Blanche à  fournir au Japon les moyens de construire secrètement des armes nucléaires est le pouvoir croissant de la Chine. Cheney et Bush ont cherché à armer le Japon et l'Inde avec des armes nucléaires comme moyen de freiner la Chine.


Source 
http://americanfreepress.net/?p=969

Tag(s) : #Nouvel Ordre Mondial

Partager cet article

Repost 0