Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

securedownload-copie-3Le 11 avril 2011, confrontés aux nombreuses manifestations contre les gaz de schiste, les pétroliers ont envoyé une lettre ouverte aux députés pour dénoncer la « vaste imposture » du film GasLand, « truffé de mensonges et de contre-vérités ».


Le terme de fracturation hydraulique leur parait impropre car « les produits chimiques (597 au total) cancérigènes dont se gausse Josh Fox sont abandonnés depuis quelques années au profit de produits issus de l’industrie agroalimentaire, tels des dérivés de l’agar-agar utilisés pour gélifier ice-creams et confitures. De toute façon, ils étaient utilisés en quantités infinitésimales ne dépassant pas 0,5 % du volume injecté ».


D’abord on se demande comment on peut fracturer de la roche avec un produit gélifiant, ensuite les doses « infinitésimales », en supposant qu’elles le soient vraiment, ont trop souvent prouvé leur dangerosité.


000136172 5Après avoir comparé ces projets avec les recherches concernant les hydrocarbures conventionnels qui n’ont pas « contaminé les nappes phréatiques », ni  « défiguré le paysage avec des tours de forages », ils ont précisé que « le Texas, avec ses 2 500 000 forages et ses 30 000 forages annuels, est une destination appréciée des Français. »


En réponse à ce bla-bla-bla destiné à des enfants de 5 ans, il faut espérer que nos députés n’auront pas oublié quelques vérités plus scientifiques et sérieuses.


Pour fracturer ces roches imperméables, les foreurs descendent leur trépan à grande profondeur (entre 3 et 4 km) et réalisent ensuite un forage horizontal. Ils injectent ensuite non seulement des quantités d’eau considérables (entre 54 000 et 174 000 mètres cubes par forage), sous haute pression (plusieurs centaines de bars), avec du sable (pour maintenir ouvertes les fracturations), mais aussi avec des additifs chimiques qui n’ont rien à voir avec l’agar-agar. Il s’agit, entre autres, de benzène, toluène, xylène et éthylbenzène, connus sous le sigle BTEX (réputé pour ses effets nocifs sur le système nerveux central), d’acide chlorhydrique, glutaraldéhyde, persulfate d'ammonium, diméthylformamide, gazole, polyacrylamide, chlorure de potassium (utilisé lors des exécutions de condamnés à mort aux États-Unis), éthylène glycol (dont l’ingestion nécessite des soins médicaux urgents), alcool d'isopropyle. Entre 9 % et 35 % de ces fluides sont récupérés, le reste demeure sous terre et pollue les nappes phréatiques.


Parmi tous les produits utilisés, 17 sont classés toxiques pour l’environnement aquatique, 38 sont toxiques pour l’homme, 8 sont des cancérigènes avérés (groupe 1 du CIRC comme le benzène), 6 sont possiblement cancérigènes, 7 sont classés mutagènes et 5 ont des effets néfastes sur le système reproducteur. Les exemples de contamination des nappes phréatiques américaines ne manquent pas, soit par du benzène (comté de Garfield, Colorado), du méthane (Dimock, McNett, Foster, Pennsylvanie) ou d’autres produits chimiques (comté de Fremont, Wyoming). Les compagnies ont également utilisé des produits dont elles ont refusé de révéler la composition exacte sous le prétexte du secret de fabrication. Il est certain que s’il s’agissait d’agar-agar, elles n’évoqueraient pas le « secret de fabrication ».


2601669781_91fc8cd385.jpgEn outre, notre gouvernement ne cesse de parler de diminuer les émissions de CO2, alors que durant la mise en production (soit de 500 et 1 500 jours) entre 4 315 et 6 590 de poids lourds se succèderaient pour apporter de l’eau, du sable, du carburant, des additifs, ce qui accroîtrait de 3 à 11 parties par millions en volume (ppmv) la concentration de CO2 de l’atmosphère. On franchirait ainsi allégrement la barre des 400 ppm, au-delà de laquelle les climatologues craignent l’emballement du système climatique. En effet, une nouvelle méthode d’analyse des sédiments publiée par Stuart Wolpert, d’UCLA, le 8 octobre 2009 a permis de reconstituer les niveaux de CO2 durant les derniers 20 millions d’années. À l’époque du Miocene, l’atmosphère contenait 400 ppm de CO2 et les températures étaient alors supérieures de 3 à 6°C par rapport à aujourd’hui. Quant au niveau des mers, il était de 25 à 40 mètres supérieur. Cette nouvelle étude apporte ainsi la preuve du fort couplage entre niveau de CO2 et climat.


 Nous sommes donc bien loin des affirmations des pétroliers, et leur document prouve bien qu’ils sont prêts à affirmer n’importe quoi, sans aucune base scientifique, pour satisfaire leur appât du gain au détriment de la planète.

 

Source http://www.sylviesimonrevelations.com/article-gaz-de-schiste-la-fracturation-hydraulique-propre-n-est-qu-un-mythe-72089377.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article