Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Georges_Cadoudal_Coutan.jpg

 

Le 9 mars 1804, vers sept heures du soir, trahi par son logeur, l’ennemi public numéro un est repéré par un gardien de la paix place du Panthéon. L’homme monte dans un cabriolet et une escouade de policiers le prend en chasse. Une course poursuite effrénée et meurtrière s’ensuit dans les rues de Paris. L’inspecteur Buffet s’empare de la bride des chevaux pour arrêter la voiture tandis qu’un autre tente de pénétrer dans le fourgon. Le bruit sourd d’un pistolet résonne et l’officier s’effondre. Le fugitif vise et blesse grièvement un deuxième homme. Il saute du cabriolet bien décidé à échapper à la traque dont il est l’objet. Cerné au carrefour l’Odéon, les agents bien que nombreux peinent à maîtriser le géant qui leur fait face et le conduire à la préfecture de Police.

 

L’interrogatoire est sans appel. L’homme qui a été arrêté est bien l’initiateur d’un complot visant à éliminer Napoléon Bonaparte. Le jeune Breton, replet et vigoureux, à la corpulence énorme et au regard clair, répond à ses juges d’une voix limpide et assurée :


« - Que veniez-vous faire à Paris ?
- Attaquer le premier Consul
- Où avez-vous logé ?
- Je ne veux pas le dire.
- Pourquoi ?
- Parce que je ne veux pas augmenter le nombre des victimes.
- Quel était votre projet et celui de vos conjurés ?
- De mettre un Bourbon à la place de Bonaparte.
- Quel était ce Bourbon ?
- Louis XVIII.
- N'était-ce pas avec un poignard que vous vous proposiez d'assassiner le premier Consul ?
- Je ne suis pas un assassin. Je devais l'attaquer avec des armes pareilles à celles de sa garde ».
(Extrait du premier interrogatoire de Georges Cadoudal, le 18 ventôse de l’an 12 – 9 mars 1804, reporté par Adolphe Thiers dans Histoire du Consulat et de l’Empire, T3, 1845).

 

Au juge qui lui reproche d’avoir tué un père de famille, il répond  avec un aplomb désarmant : « La prochaine fois faites-moi arrêter par des célibataires ! ».


Voulait-il enlever ou assassiner « le tyran » ? Le doute demeure, mais tout laisse à supposer qu’il envisageait d’attraper Bonaparte de « vive force » et non le tuer. Le grand chef de la résistance bretonne comptait sur une vingtaine de complices déguisés en hussards pour se saisir du premier Consul, la suite devant être dictée par la tournure qu’aurait prise les événements…


Le « royaliste révolté » avoue qu’il attend l’arrivée prochaine d’un prince de sang pour l’insurrection planifiée, sans donner de nom. Un malentendu malheureux, cause d’une victime collatérale. Napoléon Bonaparte, influencé par Talleyrand, fait arrêter le duc d’Enghien, convaincu de son implication dans le complot : « Il fit enlever de force le jeune prince de Condé, duc d'Enghien, qui se trouvait à Ettenheim, en territoire badois, et qui fut passé par les armes après un simulacre de jugement », nous rapporte l’historien Jacques Bainville dans Histoire de France, Chap. XVII, 1924. Si aucune preuve ne corrobore les faits, ce n’est pas grave, le meurtre du dernier rejeton de la famille de Condé servira d’exemple aux rebelles royalistes… « C’est pire qu’un crime, c’est une faute » s’offusquera le député de la Meurthe, Antoine Boulay.


Cadoudal est-il responsable de la « conspiration de la machinerie infernale » du 24 décembre 1800, premier attentat à la voiture piégée de l’histoire ? Le chouan reconnait avoir eu vent du projet de Saint-Régeant mais ignorait les moyens terroristes mis en œuvre par son lieutenant. Aucune charge concernant cet attentat manqué contre Bonaparte, qui a fait vingt-deux morts et une centaine de blessés rue Saint-Nicaise, ne sera finalement retenue contre lui.

 

Napoléon Bonaparte offre de gracier le lieutenant général des armées du Roi à plusieurs reprises en échange de sa soumission, celui-ci refuse avec obstination : « Ce bougre-là ! Il n'est pas content de me couper la tête, il voudrait encore me déshonorer ». Il mourra avec ses amis.
Néanmoins, il exprime une dernière volonté à l’exécuteur de Paris, son bourreau : « Vous
saurez que je veux être exécuté le premier. C'est à moi à donner à mes camarades l'exemple du courage et de la résignation ; d'ailleurs, je ne veux pas que l'un d'eux s'en aille de ce monde avec l'idée que je pourrais lui survivre ». Refusée. L’ordre d’exécution est fixé et sa tête tombera la dernière. On lui offrait la vie et lui interdisait de choisir le moment de sa mort…

 

Le 25 juin 1804, Georges Cadoudal et onze de ses compagnons sont menés en place de Grève. En quittant la Conciergerie, dans un dernier adieu, il professe inlassablement sa foi pour donner du courage à ses partisans condamnés : « Et maintenant, il s’agit de montrer aux Parisiens comment meurent des chrétiens, des royalistes et des Bretons ». D’un pas sûr et lent, la démarche fière et l’œil assuré, le colosse gravit les marches de l’échafaud et clame d’une voix retentissante : « Camarades, je vous rejoins. Vive le Roi ! ».  

 

Héros populaire anobli post mortem par Charles X et élevé à titre posthume à la dignité de maréchal de France, Georges Cadoudal était le fils d’un laboureur aisé de Kerléano près d’Auray.  Devenu clerc de notaire, il intègre en 1793 la chouannerie et l’armée catholique et royale de Stofflet, en Vendée : avec la Révolution française la paysannerie bretonne et vendéenne se soulève pour s’opposer aux nouvelles mesures républicaines, notamment la constitution civile du clergé et la suppression du traité de 1532 qui les exemptait du service militaire. En 1793, l’exécution de Louis XVI et la levée de trois cent mille hommes par la Convention ravivent les mouvements protestataires. La jacquerie de l’Ouest se métamorphose en une véritable guerre contre-révolutionnaire.

 

L’intelligence prodigieuse et la bravoure légendaire de Cadoudal lui permettent de gravir  prestement les échelons hiérarchiques.  De capitaine, il devient chef d’escadron puis commandant d’une division de cavalerie et est élu général du Morbihan par ses troupes en 1795. De toutes les batailles, de tous les complots, rescapé du désastre de Quiberon, fidèle à son combat, redoutable et volontaire, ce titan taillé comme un bloc de granit qui incarne « l’honneur du peuple breton » repose à Kerléano, dans son village natal. Son squelette a été récupéré en 1814 par Joseph Cadoudal, son frère, auprès du fameux Louis Dominique Larrey, chirurgien de la Garde impériale* qui l’utilisait pour ses cours.

 

Il est tout à fait probable que ces événements aient pressé Napoléon Bonaparte à donner une légitimité monarchique à son gouvernement avec la proclamation de l’Empire le 18 mai 1804. Cadoudal, de la Conciergerie, aurait constaté : « Nous avons fait plus que ce que nous voulions ; nous voulions faire un roi, nous avons fait un empereur »…

 

Albane de Maigret


Nous tenons à remercier Jean-Yves Robert-Carteret, arrière-arrière-petit neveu de Georges Cadoudal, pour sa disponibilité dans la préparation de ce sujet.


*Voir chronique du 25/11/2011 : Dominique Larrey, chirurgien de la Garde impériale.

 

Source : http://www.bottin-mondain.fr/chronique-hebdo/n/Lettre-du-09%252F03%252F2012-%253A-Geroges-Cadoudal%252C-embl%25C3%25A8me-de-la-Chouannerie_50/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article