Gouvernance mondiale (La) ou l’asservissement des peuples par une oligarchie apatride et financière

Emile Faguet
Emile FaguetEn 1899, le futur académicien Émile Faguet anticipe dans ses Questions politiques, l’hégémonie d’un « gouvernement mondial » apatride spoliant les réels producteurs de richesses, manœuvrant de « sa main souple, puissante et secrète » les peuples au gré de son seul intérêt, et auprès duquel la plus colossale possession territoriale d’autrefois apparaîtra comme une force « absolument insignifiante » ; un gouvernement n’ayant aucun idéal, ni moral, ni intellectuel, habile à instrumentaliser des hommes politiques dont il aura pris soin de s’assurer la dévotion ; un gouvernement considérant « l’humanité comme un troupeau qu’il faut faire travailler, qu’il faut bien nourrir, qu’il faut empêcher de se battre et qu’il faut tondre »

 

« La richesse territoriale n’est plus qu’un amusement de quelques grands seigneurs, mais la vraie richesse est tout entière mobilière. Elle consiste à avoir une part dans une grande entreprise, ou une créance soit sur une grande entreprise, soit sur un État. Cela veut dire que tout, maintenant, se fait par grande entreprise ou socialement ; cela veut dire qu’autrefois le producteur travaillait pour lui-même, pour ses voisins ou pour le marché proche ; que maintenant le marché est universel et que le producteur travaille pour ce marché universel ou pour l’État que, par conséquent, l’homme riche sera celui qui, a un des centres de ce marché universel, aura sa grosse part d’une des entreprises qui centralisent et puis distribuent la production, ou sera celui qui sera devenu le créancier pour une grosse somme soit d’une de ces entreprises, soit d’un État.

 

Lire la suite : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article3257

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog