Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Sur les questions religieuses, François Hollande a choisi son camp. Durant la campagne électorale, tout au moins. Dès son discours du Bourget, le 22 janvier, le futur président de la République a donné le ton, rassurant le camp laïque, en annonçant son intention d'inscrire les deux premiers articles de la loi de 1905 relative à la séparation des Eglises et de l'Etat dans la Constitution, pour renforcer "une laïcité qui libère et protège".


Dans les semaines qui ont suivi, M. Hollande a multiplié les gages aux tenants d'une laïcité stricte. Sa promesse de réécrire la loi Carle sur le financement des écoles privées par les communes, sa reprise de thèmes tels que "le halal dans les cantines et leshoraires de piscine pour les femmes", lors du débat entre les deux tours, ont suscité chez les responsables des cultes et les partisans d'une laïcité plus ouverte un scepticisme teinté d'inquiétude.

 

On connaît le parcours religieux personnel du nouveau président, qui fut élevé dans la religion catholique avant de cheminer vers l'athéisme ; on connaît ses déclarations de principe. "Présider la République, c'est être viscéralement attaché à la laïcité", a-t-il rappelé en janvier. M. Hollande a précisé son échelle de valeurs : "La démocratie sera plus forte que les marchés, plus forte que l'argent, plus forte que les croyances,plus forte que les religions !""Les religions doivent rester à leur place, indiquait-il aussi dans La Vie en décembre 2011. Le respect de la liberté de conscience contribue au vivre-ensemble. En revanche, quand les expressions religieuses tentent d'investir l'espace public, le risque existe du différentialisme."


Plus clairement encore, le 29 avril à Bercy, M. Hollande demandait aux religions - qu'il "ne juge pas" - "le respect de l'espace public et de la dignité humaine, de l'égalité entre les femmes et les hommes". "Je laisse les religions tranquilles, a-t-il affirmé, car je ne voudrais pas qu'elles interfèrent dans le débat public."


Au-delà de ses déclarations, on sait moins le type de relations que le président de la République entend mener avec les cultes. On le dit, jusque dans son entourage, relativement indifférent à ces questions. Un désintérêt doublé d'une certaine méconnaissance de ces sujets. Pierre Moscovici, alors directeur de campagne, nous assurait, en février, que M. Hollande se montrera "pragmatique, peu désireux d'ouvrir des contentieux, très laïque mais capable d'évaluer des situations complexes".


Autour du président gravitent des personnalités aux lignes diverses. D'un côté, Manuel Valls, le nouveau ministre de l'intérieur chargé des cultes, défend une "laïcité exigeante", qui, sans être "fermée au spirituel et au sacré", renvoie plutôt les religions et leurs manifestations à la sphère privée. De l'autre, son ami Jean-Pierre Mignard, avocat catholique engagé et convaincu que les religions contribuent à la préservation du lien social, plaide pour une "laïcité moderne", plus axée sur l'égalité homme-femme que sur la séparation des Eglises et de l'Etat, fait historique "acquis". Il faut compter aussi avec la "ligne Glavany", incontournable "M. Laïcité" du Parti socialiste, l'un des initiateurs de la proposition de sanctuariser la loi de 1905 dans la Constitution, ou celle de francs-maçons, partisans d'une remise en cause du concordat en vigueur en Alsace et en Moselle.

 

Difficile donc de savoir où penchera le futur gouvernement, face au libre exercice des cultes, aux réalités nouvelles induites par l'islam et à sa visibilité, au dialogue institutionnalisé avec les religieux ou dans ces rapports historiquement chahutés avec l'enseignement catholique. Un regard sur le passé montre que la gauche au pouvoir s'est montrée pragmatique et assez peu "laïcarde". En 1993, Jack Lang signe les accords Lang-Cloupet, qui poursuivent l'alignement de l'enseignement privé sur le public. En 2002, Lionel Jospin instaure l'instance de dialogue entre l'Eglise catholique et le gouvernement...

 

En ce qui concerne M. Hollande, une chose au moins est sûre. Sur la forme, il fera en sorte de se démarquer du président sortant qui, tout au long de son quinquennat, a exalté la "laïcité positive" ou "les racines chrétiennes" de la France, tout en emboîtant le pas au Front national pour dénoncer des comportements liés à la pratique de l'islam.

 

La laïcité "à géométrie variable", "l'instrumentalisation" des religions, dénoncées par M. Hollande lui-même, pourraient laisser la place à ce que certains appellent déjà une "laïcité normale", logeant toutes les religions à la même enseigne. Quitte à y déceler les contours d'une "laïcité à l'ancienne", ignorante de l'évolution des religions dans leurs rapports à la République et du poids qu'elles ont désormais dans la constitution des identités. "Il lui faudra comprendre que sur l'islam l'enjeu dépasse le religieux", insiste, par exemple, un franc-maçon socialiste peu suspect de visée communautariste.

 

Mais, aux yeux du camp laïque, le dossier-test sur ces questions sera sans nul doute la concrétisation, ou non, de l'inscription de la loi de 1905 dans la Constitution. Le gouvernement passera-t-il outre les réticences et les difficultés juridiques déjà soulevées par cette proposition ? Ou son retour sur le terrain de la laïcité prendra-t-il d'autres formes ? Entre apaisement et mesure symbolique, l'attente est forte, tant ce thème, traditionnellement cher à la gauche, a, ces dernières années, été capté par l'extrême droite.

 

lebars@lemonde.fr

Stéphanie Le Bars, service Société

 

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/18/le-retour-a-une-laicite-normale_1703858_3232.html

 


Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale : "La Franc-maçonnerie, religion de la République''.

Laïcité républicaine ou religion d'État royal : catholicisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article