Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

L'Hermione, La Fayette et l'Amérique



"La frégate que le Roy m'a donnée", ainsi que l'écrit le marquis de La Fayette est l'Hermione, achevée en 1779 à l'Arsenal de Rochefort. Elle est affectée par le cabinet royal de Louis XVI à la mission secrète dont est chargé notre héros et qui consiste à prévenir George Washington de l'imminente arrivée de renforts militaires et navals français destinés à lui prêter main-forte dans la révolte des Insurgents américains contre le tyran britannique.

 


Ce n'est pas par hasard que La Fayette se trouve investi par Vergennes, ministre des affaires étrangères de Louis XVI d'une telle mission. Bien qu'aristocrate et allié, par mariage, à la puissante famille des Noailles, La Fayette a eu un parcours intellectuel, philosophique et moral très profondément marqué par l'ère des lumières. En dépit de sa jeunesse, il s'est trouvé très tôt impliqué dans le formidable bouillonnement d'idées qui marque l'époque des encyclopédistes, des philosophes et des penseurs du XVIII° siècle. Un tel courant d'idées se trouvant, à son époque, tout particulièrement représenté au sein de la naissante Franc-Maçonnerie spéculative, ordre initiatique traditionnel, il était logique que La Fayette en devînt l'un des plus enthousiastes représentants.

A ce titre, et dans le sillage de son maître à penser, l'abbé Raynal, illustre Franc-Maçon de la célèbre Loge "Les Neuf Soeurs", La Fayette devient rapidement, en raison de ses principes maçonniques, l'un des champions français les plus ardents de la cause de l'indépendance américaine. En ce domaine, il se trouve, si l'on peut dire, en terrain "fraternel".

En effet, l'une des caractéristiques historiques de l'histoire de l'indépendance américaine est qu'elle a été l'oeuvre exclusive de Francs-Maçons. Qu'il s'agisse de la fameuse 'Boston tea-party', organisée par la Loge "Saint-André" de Boston, des rédacteurs réunis autour de Jefferson pour rédiger la "Déclaration d'Indépendance", tous Francs-Maçons, ou encore des cabinets civils ou militaires qui ont assisté George Washington tout au long de cette période, tous les épisodes de cette lutte des 'Insurgents' sont marqués au coin de l'influence de l'Ordre maçonnique.

L'histoire culmine, bien évidemment, par la scène de la capitulation du général en chef des forces britanniques à Yorktown, Lord Cornwallis (lui-même Franc-Maçon) qui remet son épée à un état-major d'officiers américains et d'officiers volontaires étrangers ... tous Francs-Maçons, sans exception.

On peut imaginer, sans difficulté, que la relation franco-américaine, à cette époque, se trouvait singulièrement facilitée par les liens personnels tissés par de tels protagonistes, animés par un idéal commun laissant espérer la fondation d'un état humaniste idéal. L'histoire subséquente a toutefois posé quelques bémols à une telle vision irénique.

fm-tablier-de-G.-Washington.jpg

Tablier de G. Washington

 

Source : http://hermione.free.fr/hermione.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article