Jean-Luc Mélenchon et les bobos de la Bastille - curieux hybride du trotskisme et de la franc-maçonnerie

morchoisne pour « les echos » 2012
morchoisne pour « les echos » 2012

L'ex-sénateur de l'Essonne est en train d'administrer la preuve qu'il n'y a pas meilleure école que les lambris dorés du Palais du Luxembourg pour apprendre à parler au peuple. Le Déroulède de la cause prolétarienne est la grande révélation d'une campagne que ce curieux hybride du trotskisme et de la franc-maçonnerie a préféré baptiser « insurrection civique ».

 

Fils d'un receveur des PTT et d'une institutrice, né sous les lumières de Tanger, formé sous les cieux moins rieurs du Jura, ce licencié en philo est un tribun hors pair, qui n'a pas son pareil, à force d'échappées lyriques dopées à l'EPO des références culturelles, pour repeindre les cages d'escalier des HLM aux couleurs de « Germinal », transformer le QG du Front de gauche en cuirassé « Potemkine » et donner l'impression aux bobos de la Bastille effectuant leur sortie familiale du dimanche de rejouer l'assaut des sans-culottes contre l'aristocratie versaillaise.

 

A soixante ans, le sage ministre de l'Enseignement professionnel sous Jospin, le discipliné parlementaire socialiste qui vota « oui » à Maastricht, l'inconsolable nostalgique des pompes machiavéliennes de la République mitterrandienne, réussit enfin à réconcilier ses aspirations profondes à la double reconnaissance populaire et médiatique.

 

Sur son blog, fréquenté par 30.000 fans chaque jour, il s'émouvait vendredi d'avoir reçu en cadeau d'un militant un recueil de poésie de Paul Eluard. C'est vrai que, avec Mélenchon, la politique c'est tout un poème (lire page 2).

 

http://www.lesechos.fr/opinions/envue/0201955578175-jean-luc-melenchon-303019.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog