Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Jeff Pachoud/AFP

 

 Elles deviennent restaurant ou bibliothèque. Les Monuments historiques veillent à leur intégrité architecturale, «mais pas morale».

 

Restaurant, théâtre, bibliothèque voire habitations. Vendus par des communes ou des diocèses à court d’argent, certains édifices religieux français connaissent une deuxième vie. C’est le cas en Bourgogne, région au patrimoine architectural et religieux exceptionnel.


Sous les voûtes de La Bussière, ancienne abbaye cistercienne édifiée au XIIe siècle et qui compta jusqu’à 300 moines. Les serveurs vont et viennent à l’heure du déjeuner dans cet établissement étoilé au guide Michelin. Propriété de l’évêché de Dijon qui était en déficit financier, l’abbaye a été vendue en 2005 à un hôtelier anglais qui l’a transformée en «Relais et châteaux», non sans susciter des crispations locales.


Coûteuse rénovation

«Si l’abbaye n’avait pas été rachetée, elle serait tombée en ruines. Quelque part, c’est un mal pour un bien puisqu’elle a gardé tout son charme», estime Emmanuel Hébrard, le chef de 31 ans. Selon ce dernier, la famille Cummings a déjà investi «près de 20 millions d’euros» pour l’achat et la rénovation.

A quelques encablures de la vallée de l’Ouche, l’église Saint-Charles de l’Etang-Vergy, a été récemment restaurée à grands frais par le diocèse de Dijon, propriétaire de l’édifice du XIXe et qui veut en faire un contre-exemple. Contrairement aux autres églises antérieures à 1905, date de la loi de séparation de l’église et de l’Etat, cet édifice, construit par une riche famille sur un terrain privé et cédé ensuite au diocèse, doit être entretenu par la paroisse et non par la commune. «Il fallait que l’on montre que, nous aussi, nous prenons notre part à la restauration. Même si on ne peut pas le faire partout», explique Eric Millot, vicaire général du diocèse de Dijon.


Cas peu nombreux

En 2009, la Conférence des évêques a recensé 144 églises communales désaffectées depuis 1905 en France. Mais, pour le père Millot, elles sont «relativement peu» nombreuses par rapport aux 100 000 lieux cultuels émaillant le pays. «C’est toujours un drame, symboliquement, spirituellement et affectivement», confie-t-il. «Mais leur transformation en théâtre ou bibliothèque en fait un lieu de vie. La culture aussi, c’est important.»


En plein Dijon, l’ancienne église Saint-Etienne (édifiée au XIe siècle et remaniée au XVe) abrite depuis 2009 une partie de la Bibliothèque municipale. Quelques rues plus loin, le Théâtre Dijon Bourgogne, scène nationale, a pris place dans l’ancienne église Saint-Jean (XVe siècle) dès le milieu des années 1970.


L’Angleterre et la Hollande

A 80 kilomètres de là, la collégiale de Thil, édifice gothique du XIVe siècle, perché sur un promontoire dominant à perte de vue les paysages de l’Auxois-Morvan, est à vendre 435 000 euros. Le site est classé monument historique et les travaux de rénovation devront obtenir l’aval de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). «Quand un particulier achète une église classée, il n’a pas le droit de faire n’importe quoi. Nous sommes garants de l’intégrité architecturale du bâtiment, mais pas de l’intégrité morale», conclut Michel Prestreau, conservateur général du patrimoine à la DRAC de Dijon.

Si le phénomène commence à attirer l’attention en France, il a durement frappé des pays protestants comme la Hollande ou l’Angleterre dès les années 1980. On avait même vu d’anciens lieux de culte transformés en boîte de nuit. Des polémiques en avaient résulté. Mais, comme en France, qu’est-ce qu’une église sans fidèles?

 

http://www.tdg.ch/actu/culture/bourgogne-voit-certaines-eglises-laicisees-faute-fideles-2011-08-13

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

KRIEGER 17/08/2011 12:57


Cela fait grand'peine. Et j'ai l'impression que ce n'est pas fini, malheureusement.