Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guillotine.jpgLa Révolution française n'a pas créé la démocratie. L'a précédée la « révolution américaine » qui est moins une révolution qu'une guerre d'indépendance, et a instauré une démocratie sans recourir au bouleversement idéologique. Et que dire de la Suisse !  Qu'est-ce alors que la Révolution française ? D'abord une Révolution idéologique de caractère anti-chrétien. Sa dimension religieuse lui a donné son pouvoir de fascination et son influence. Nous le montrerons en trois points : 1. Une révolution largement anti-chrétienne ;  2. Le génocide vendéen ;  3. Le culte de l'État issu de la Révolution - et conclurons par une observation sur le rapport ontologique révolution /démocratie.
  
UNE RÉVOLUTION LARGEMENT ANTI-CHRÉTIENNE:

    Selon François Furet, « la Révolution française est devenue la mère d'un événement réel » qui «  a un nom : octobre 1917 et, plus généralement, Révolution russe ».   Dès 1920, Mathiez souligne la parenté entre les gouvernements montagnard (juin93-juillet94) et bolchevique - deux dictatures nées de la guerre civile et de la guerre étrangère, deux dictatures de classe opérant par la terreur, la réquisition, les taxes et se proposant, en dernier ressort, la transformation de l'humanité.


  Dès le début, la Révolution française se veut « rupture totale avec le passé réel été dans les ténèbres de la barbarie ». Sieyès notamment parle d'« Ancien régime » dès l'été 1789. La monarchie « absolue » dispose que le souverain ne rend compte qu'à Dieu. Du coup, note Furet, « il a l'obligation de se conduire en souverain chrétien.   De plus, il  y a comme en Angleterre un corps de principes coutumiers : la foi catholique du souverain, le respect de la liberté et de la propriété des sujets, l'inaliénabilité du domaine royal. Au-dessus des lois mais soumis à des lois, le roi de France n'est pas un tyran. La monarchie française, état de droit, ne doit pas être confondue avec le despotisme, pouvoir sans frein d'un maître ».  La base de l'Ancien Régime est la religion, c'est elle qu'il faut abattre. Il y a dans la philosophie française des Lumières un élan anticlérical et anti-catholique sans équivalent dans la pensée européenne. Hume, athée, vit en paix avec les religions ; Voltaire, déiste, fait la guerre à l'Église catholique. Mais le vrai moteur de la Révolution est ailleurs, dans la revendication égalitaire.


  Le penseur majeur en est Sieyès, prêtre aigri. Son pamphlet, de 1788, l'Essai sur les Privilèges donne le la de ce qui, dès 1789, sera le ressort révolutionnaire, la haine de l'aristocratie. Sieyès attaque les privilèges au nom de la raison, de la science, fonde une société d'individus libres, la « nation ». Dans Qu'est ce que le Tiers-État ?  il livre « le grand secret de la Révolution, ce qui va constituer son ressort le plus profond, la haine de la noblesse ». Moins penseur qu'homme de ressentiment, « en vidant la querelle de sa vie avec les gens bien nés, il a touché la passion la plus forte de l'opinion qui se retrouve en lui ». Le fruit était mûr. Selon Furet, « entre mai et août 1789, tout l’Ancien Régime s'est effondré. ( ... ) Les Français o n t fait du rejet de leu r passé national le principe de la Révolution. Une idée philosophique s'est incarnée dans l'histoire d'un peuple ».


  La violence éclate dès le 14 juillet. Nul n'ignore la capitulation de la Bastille devant les canons pris aux Invalides, le gouverneur Launay, puis le prévôt des Marchands Flesselles assassinés, les premières têtes coupées fixées à des piques... Cette violence, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, votée le 26 août par l'Assemblée constituante, ne l'enraye pas. Mounier s'en inquiète et demande une déclaration compensatrice des « devoirs du citoyen » ; il craint l'anarchie. Si la déclaration américaine de 1776 est présente à tous les esprits, beaucoup mesurent l'abîme qui sépare la situation du vieux Royaume de celle des ex-colonies britanniques peuplées de petits propriétaires aux traditions responsables. La Déclaration de 1789, comme la déclaration américaine, énonce des droits naturels. Or, si, dans le précédent américain, ces droits (pour la plupart issus de la tradition de la Common Law anglaise) sont perçus comme précédant la société et en harmonie avec son développement, dans la France de 1789  l'accent est mis sur le « volontarisme politique » : la loi produite par la « raison souveraine » est placée en suprême garantie des lois. La porte est ouverte au constructivisme et à l'étatisme


  S'ajoute, dès 1789, la rupture entre le nouveau régime et la religion traditionnelle. En dépit des Lumières et même si la démocratie naissante substitue « les droits de l'homme » au monde selon l'ordre divin, la rupture n'est pas délibérée. Si la religion est atteinte par la liquidation de l'Ancien régime, la révolution initialement n'a pas l'intention de substituer une nouvelle religion à l'ancienne. Mais « en déracinant l'Église catholique de la société » - le mot est de Furet -, en la privant sans indemnité de ses biens, la révolution a brutalement séparé démocratie française et tradition catholique. La mesure en scandalise plus d'un. Les choses ensuite vont vite.

 

En février 1790, quatre mois après la mise à la disposition de la Nation des biens du clergé (pour rembourser l'abyssale dette nationale), l'évêque de Nancy veut faire reconnaître le catholicisme comme religion nationale : motion écartée, quand l'Assemblée adopte la constitution civile du clergé contestée par la majorité des ecclésiastiques. En avril 1791, Louis XVI est empêché de quitter Paris pour aller recevoir à Saint-Cloud la communion d'un prêtre de son choix. Philosophie de la liberté ? Furet : « Les hommes de la Révolution ont pensé la nation à partir de l'expulsion de l'aristocratie, étrangère à la communauté. (Le conflit armé va superposer ennemi intérieur et ennemi extérieur  (La philosophie des Lumières cosmopolite n'avait conquis qu'un public restreint. ( ... ) Sous sa forme la plus démocratique, elle pénètre les masses populaires par un canal imprévu, le sentiment national».

 

Par la synthèse d'un messianisme d'idées et de la passion nationale, la Révolution intègre les masses à l'État. La guerre voulue et déclarée par l'Assemblée au « roi de Bohême et de Hongrie», le 20 avril 1792, va démocratiser la gloire ! Le 10 août, le roi Louis est arrêté. Le 21 septembre, la Convention, élue au suffrage universel (seuls les militants révolutionnaires osent voter), proclame la République. Le pouvoir y sera toujours aux mains de minorités.

 

À LA CONVENTION, UN DÉCRET RAPPORTÉ PAR BARÈRE
ORDONNE LE GÉNOCIDE VENDÉEN...

 

L’affaire de Vendée souligne la passion religieuse de la Révolution. Le ressort insurrectionnel y est religieux : les nobles ne paraissent qu'en acteurs tardifs ; si le roi est invoqué, il est induit de l'appel à Dieu, à la tradition catholique. L'été 1793, la dictature du Comité de Salut Public est instaurée. Terreur et vertu sont à l'ordre du jour. Le gouvernement, par obsession idéologique, règne en faisant planer la peine de mort sur ses serviteurs comme sur tout citoyen. Le 1er août 1793, à la Convention, un décret rapporté par Barère ordonne de détruire la Vendée. Il sera appliqué à partir de janvier 1794. La guerre civile devient terreur organisée depuis Paris dans l'intention de détruire, outre les rebelles, population, fermes, cultures et autres « berceaux de brigands ».

 

La guillotine ne suffit plus; dès décembre 1793, Carrier a recouru aux noyades collectives. Les troupes républicaines, divisées en « colonnes infernales », ont mission de brûler sur leur chemin toute habitation et d'exterminer les populations. L'opération dure jusqu'en mai 1794.  Barère déclare à la Convention : « Le Comité, d'après votre autorisation, a préparé des mesures qui tendent à exterminer cette race rebelle. L'humanité ne se plaindra pas, c'est faire son bien que d'extirper le mal » ; et Tureau, commandant en chef de l'Armée de l'Ouest: « Je vous donne l'ordre de livrer aux flammes tout ce qui est susceptible d'être brûlé et de passer au fil de l'épée tout ce que vous rencontrerez d'habitants ». Un camp d'extermination est créé à Noirmoutier, un atelier de tannage de peau humaine à Pont-de-Cé.

 

Pierre Chaunu a observé « Si nous n'avons jamais eu d'ordre écrit de Hitler concernant le génocide juif, nous possédons ceux de Barère et de Carnot relatifs à la Vendée ». U article L 211 -1 de notre Code pénal le stipule : « Constitue un génocide le fait en exécution d'un plan concerté tendant à la destruction partielle ou totale d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ( ... ), de commettre l'un des actes suivants : atteinte à l'intégrité physique ou psychique, etc. ». Il y a eu un génocide vendéen.

 

  La terreur n'est pas liée à la situation militaire qui s'est redressée, ni aux pressions populaires. Selon Furet, « la Révolution française ne pense les résistances réelles ou imaginaires qui lui sont opposées que sous l'angle d'un gigantesque et permanent complot qu'elle doit briser sans cesse ». C'est pourquoi « la Terreur est ce régime où les hommes au pouvoir désignent les exclus pour épurer le corps de la nation. Les paysans vendéens ont eu leur tour, Danton attend le sien ».

 

Ce constat ne signifie pas qu'il n'y a pas de différence entre 1789 et 1793, mais la culture politique qui conduit à la terreur existe dans la Révolution française dès l'été 1789. En même temps, la déchristianisation se déchaîne, anarchique. Voyez le journal d'Hébert, Le Père Duchesne, et des représentants en mission, comme Fouché à Nevers, mènent une campagne d'extirpation du culte catholique, saisi comme pratique liée à la malédiction de l'Ancien Régime. La Commune de Paris s'en mêle avec ses mascarades antireligieuses, la fermeture des églises. Un anticléricalisme populaire urbain trouve dans la Révolution un culte de substitution et la majorité de la Convention qui adopte le calendrier républicain est antireligieuse.

 

 Au printemps 1794, la Terreur s'institutionnalise : le décret du 27 germinal (16 avril) centralise la justice à Paris ; la loi du 22 prairial (10 juin) supprime l'instruction, fonde l'accusation sur la seule dénonciation, enlève à l'accusé l'assistance d'un avocat et autorise les juges à ne pas entendre de témoins. Robespierre soutient le texte. « Cette sévérité n'est redoutable que pour les conspirateurs, les ennemis de la Liberté! » La Liberté reste fondement idéologique, mais la répression s'emballe : 1 500 exécutions du 10 juin à la chute de Robespierre, le 9-Thermidor, fin juillet. Robespierre arrêté, guillotiné, on compte parmi les vainqueurs du jour, Carrier, Collot d'Herbois, Barère.

 

Les règlements de compte se succèdent au sommet de l'État impuissant, le personnel ne change pas. La Liberté ? « Les députés savent désormais qu'un pouvoir plus oppressif que l'ancienne monarchie absolue peut régner en son nom. » (Furet) Sieyès dit qu'il faut se méfier des idées de « Rétotale » (sic) qui remplacent la République ! Bonaparte remettra de l'ordre, en 1799, déclarera devant le Conseil d'État: « Nous avons fini le roman de la révolution; il faut en commencer l'histoire, ne voir que ce qu'il y a de réel et de possible dans l'application des principes et non ce qu'il y a de spéculatif et d'hypothétique ». Propriété, famille, ordre, religion.

 

LE CULTE DE L’ÉTAT ISSU DE LA RÉVOLUTION

 

«Derrière la célébration du salut public, il y a non seulement l'investissement patriotique et l'amour de la France menacée et sauvée, mais plus simplement le culte de l'État sous toutes ses formes, qu'il s'agisse de son rôle militaire, économique, politique, pédagogique et même religieux » (Furet). « La loi est l'expression de la volonté générale », dit l'article 6 de la Déclaration des droits de 1789. Si la loi crée les droits, la porte est ouverte à l'étatisme.

 

De là, l'ambiguïté de ce texte plutôt théorique qui, selon les articles mis en avant, est favorable soit au libéralisme soit à l'étatisme. Ainsi, dit Furet, « personne ne peut comprendre le rayonnement qu'a eu l'idée communiste en France à partir de 1920, sans prendre en compte ce qu'il doit au précédent Jacobin ». Le républicain Edgar Quinet, au XIXe siècle, redoutait que l'Europe ne produisît « d'immenses démocraties serviles qui graviteront vers l'arbitraire d'où elles sortent et où elles rentrent ».

 

On retrouve au XIXe siècle cette volonté de reconstruire rationnellement le social ; elle est commune, dans la ligne de Robespierre, à Lénine et à Hitler. La rupture historique, c'est 1789, non 1917. Raison au pouvoir, science au pouvoir, même idée qui mène au nihilisme. Furet encore: « La révolution communiste qui n'a pas d'autre jin qu'elle-même et d'autre juge que ce qu'elle dit d'elle-même ne laisse aucun principe debout. Elle n'est définie que pars on cours ; or celui ci lorsqu'il a bénéficié d'une longue durée comme c'est le cas soviétique, a déchiré tout le tissu social ».

À partir de ses analyses sur la Révolution française, l'historien examine le fascisme et le communisme, ennemis de la démocratie libérale. « Ce sont des épisodes courts  encadrés par ce qu'ils ont voulu détruire. Produits de la démocratie, ils ont été mis en terre par elle. ( ... ) S'il n'y a pas avant le XXe siècle de gouvernement ou de régime idéologique, on peut dire que Robespierre en a esquissé le dessein au printemps 1794 avec la fête de l’Être suprême et la grande Terreur ».

 

Robespierre, Hitler, Lénine et leurs régimes ont d'abord suscité un immense espoir et attiré les intellectuels. Ils ont mis l'homme à la place de Dieu - c'est flatteur ; se sont appuyés sur un sentiment national exacerbé qu'ils coupèrent de la morale traditionnelle, prétendant en incarner une nouvelle. Leur révolution est une promesse de bonheur collectif, fondé sur le culte de la volonté et de la raison, ou de la science.

 

Cette révolution entend créer un « homme nouveau », lui apporter le salut, elle remplace ou prétend remplacer la religion. La démocratie n'est pas la fille de la révolution, mais la révolution est le produit, sinon de la démocratie, de certaines idées démocratiques de type « constructiviste » qui finissent par tout détruire - à commencer par la démocratie. La France de 1789 veut imiter les États-Unis et l'Angleterre qu'elle comprend mal; ses principes philosophiques anti-religieux, conscients ou non, vont la conduire sur une tout autre voie.

 

ANALYSE MÉTAPHYSIOUE DE LA RÉVOLUTION

L’analyse historique appelle un examen métaphysique, afin de cerner l'essence de la Révolution, qui lui a donné un sens et explique sa dynamique interne. La Révolution française a pour socle, la raison. Son rationalisme critique s'attaque aux valeurs qui lui semblent non fondées en raison, ouvrant la porte à un nihilisme moral où la violence inhérente à toute révolution va s'engouffrer. Appliqué aux hommes, ce rationalisme réducteur engendre égalitarisme de masse, volonté de nivellement et dérive nécessairement vers le totalitarisme. Appliqué à la religion, il installe des idoles politiques en lieu et place de la Divinité. Ce schéma révolutionnaire se radicalise au XXe siècle et prend les formes du national-socialisme et du communisme. Uidéologie révolutionnaire débouche nécessairement sur l'inhumain, car sa force interne vient de la mobilisation de sentiments dévoyés exacerbés. Son socle, la considération, dans la froideur absolue, de principes abstraits.

 

Robespierre l'incarne parfaitement. Le moteur éthique est la haine - de l'aristocratie et du clergé notamment. La Révolution flatte l'orgueil de l'homme qui se prend pour Dieu et veut tout recréer à sa manière. L’égalitarisme (cause motrice) se traduit par l'envie qui stimule la haine. Ce schéma de l'inhumanité révolutionnaire explique tant les massacres de Vendée que ceux de la Seconde guerre mondiale, ce prix qu'il convenait de payer pour forger un homme nouveau.  Péché prométhéen !

 

 Un texte de Heidegger intitulé Koinon et consacré à l'essence du communisme, montre que si la révolution dite démocratique entend formellement répondre à d'authentiques aspirations démocratiques, telles la liberté et l'égalité, démocratie et révolution sont ontologiquement (ou métaphysiquement) incompatibles, car la pratique révolutionnaire condamne sans appel les fins démocratiques que la révolution prétend poursuive. En voici un extrait. « Philosophiquement, cette situation (la guerre) correspond à l'avènement de la puissance pour la puissance comme actrice déterminante du Jeu mondial. La puissance est aujourd'hui l’Être de l'étant. En tant qu'Être de l'étant, la puissance s'est annexé la moralité comme moyen. La sauvegarde des valeurs ou l'intérêt du peuple sont des prétextes au service de la puissance. Si nous n' croyons pas, c'est que la propagande fonctionne mal. La puissance a besoin de l'apparence du droit, mais en même temps elle ne tolère aucun obstacle et les objectifs peuvent donc changer au gré de ses caprices. La puissance ne tolère l'étant que s'il est utilisable, donc planifiable et constructible. L'homme aussi doit être utilisable et son humanité peut alors s'avérer gênante. La mobilisation implique que tous soient interchangeables. Lorsque la puissance devient l’Être de l'étant, l'homme devient une matière première, une "ressource". » 


C'est par essence que la Révolution n'a rien à voir avec la démocratie. Elle la détruit; la puissance qu'elle déchaîne ne saurait être contrôlée par le peuple. En même temps, elle ne peut naître que sur un terrain préparé par la démocratie dans la mesure où celle-ci, comme l'a vu Tocqueville, fait la part belle au mythe égalitaire. Il faut que d'autres forces s'opposent à ce mythe, pour que la démocratie ne bascule pas dans la révolution. C'est ce qui s'est produit aux USA et en Suisse, où les forces traditionnelles, notamment religieuses, font barrage à une idéologie rationaliste à tendance totalitaire. La démocratie n’est pas la fille de la Révolution française, mais la Révolution de 1917 en Russie, le fascisme, le nazisme en sont bien issus.

 

Yann Blot

 

Source :

 

http://unionroyalistebvm.over-blog.com/pages/La_democratie_estelle_la_fille_de_la_Revolution_francaise_par_Yann_Blot-272544.html

Tag(s) : #Histoire-Culture

Partager cet article

Repost 0