Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Il est des lieux dont l'amateur d'histoire ne saurait manquer la visite, des lieux qu'il suffit d'arpenter pour sentir l'âme de la Vendée de 93. Les ruines romantiques de la Durbellière en constituent l'un des exemples les plus émouvants.


La_DurbelliereLa Durbellière (ou Durbelière) se situe sur la commune de Saint-Aubin-de-Baubigné, rattachée à Mauléon depuis 1973. Le château appartenait à l'époque de la Révolution à la famille de La Rochejaquelein. C'est ici qu'eut lieu un épisode fameux de l'insurrection vendéenne, le 13 avril 1793, lorsque les paysans des environs vinrent chercher un jeune officier de vingt ans pour le placer à leur tête. Celui qu'ils appelleront désormais « Monsieur Henri » leur lança dans l'immense cour du château cette harangue inscrite dans tous les livres d'histoire :

 

« Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi. »



La_Durbelliere_vue_arriere_du_chateau

 

Cet engagement condamna la Durbellière. Lors de l'offensive républicaine sur le Bressuirais et le Châtillonnais initiée au tout début du mois de juillet 1793, le général Westermann s'acharna à détruire les propriétés des chefs insurgés.

 

Le château de Clisson, qui appartenait à la famille de Lescure, près de Parthenay, subit le premier la fureur incendiaire des Bleus, le 2 juillet. Le sort de la Durbellière fut scellé deux jours après. «  La vieille demeure s'emplit bientôt d'un vacarme de démons. Les chandeliers de la chapelle sont expédiées dans les douves, les chambres saccagées. Faute de découvrir des trésor, les Bleus volent de menues choses, jusqu'à des objets de toilette. Ils n'oublient pas cependant la besogne dont les a chargés Westermann. Bientôt les flammes jaillissent par les fenêtres. La Durbellière brûle, tandis que les incendiaires détalent. » (Baron de La Tousche, Monsieur Henri, pp. 119-120.

 

Le château est restFacade_de_la_Durbelliereé en l'état depuis ce jour terrible. L'armée de Westermann en sera châtiée le lendemain, quand les Vendéens viendront lui infliger une cuisante déroute à Châtillon (actuel Mauléon).
 
La Durbellière avait été reconstruite au milieu du XVe siècle par la famille de Rorthais. C'est de cette époque que datent la tour polygonale à escalier et une partie de l'enceinte, comme les échauguettes.

 

Le logis fut remanié au XVIIe siècle par l'adjonction d'une aile percée de grandes fenêtres. Des ponts de pierre remplacèrent les anciens ponts-levis et une balustrade vint orner la terrasse au bord des douves. Le porche d'entrée, marqué d'une pierre millésimé de 1631, porte les armes des famille de Rorthais et de Meulles.

 

Le mariage de Pierre de Meulles avec Marie du VeLa_Durbelliere_facade_arrierergier de La Rochejaquelein en 1673 fit passer la Durbellière dans la famille de cette dernière. Et c'est ici que naquit, le 30 août 1772, l'un des plus grands noms de l'histoire de la Vendée.
 

 

 

 

http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2011/04/20/20939104.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vallon 10/09/2018 19:44

Henri de La Rochejaquelein devait connaitre tout près de la durbelière le Château de l'Ébaupinay situé à Le Breuil-sous-Argenton, commune d'Argentonnay.