Révolution " française " : Club des Jacobins - Franc-Maçonnerie

« Connaître son passé pour construire son avenir. » 

 

Le club des Jacobins est le plus célèbre des clubs de la Révolution française. « C’est ici que s’est préparée la Révolution, dit Georges Couthon en 1793, c’est ici qu’elle s’est faite, c’est ici que se sont préparés tous les grands événements ». Le club des Jacobins était ce que nous appellerions aujourd'hui un cercle de réflexion. Il a constitué, pendant la Révolution, à la fois un groupe de pression et un réseau d’une remarquable efficacité. L’action du club, essentielle dès le début de 1790, devient dominante entre 1792 et 1794. À cette époque, l’adjectif « jacobin » signifie partisan de la politique du Comité de salut public. À la fin de 1793, environ 6 000 sociétés de même type sont en correspondance avec lui dans toute la France. La chute de Robespierre marque la fin du grand rôle politique exercé par le club et entraîne sa dissolution en novembre 1794. Wiki


 

« Le Club des Jacobins... Qu'est-ce exactement, que le Club des Jacobins ?

Le Club des Jacobins, avec son club central à Paris, et ses clubs correspondants de la province, c'est la Franc-Maçonnerie elle-même, avec ses deux cent quatre-vingt deux villes déjà fédérées en Loges. Le Club tenait-il vraiment, par une intention mystérieuse, à s'appeler le Club des Jacobins, et choisissait-il, à cet effet, l'ancien couvent des Jacobins, parce que les premiers francs-maçons de France avait été des jacobites ?

Ce n'est peut-être là, encore une fois, qu'une coïncidence, mais la coïncidence existe : Jacobites, Jacobins. Quant aux statuts, aux règlements, aux usages, comme à certaines particularités de vocabulaire, le Club des Jacobins reproduit rigoureusement la Franc-Maçonnerie. C'est le même mode d'admission, la même organisation intérieure, les mêmes ramifications extérieures, les mêmes engagements imposés et pris, le même système mécanique de transmission d'ordres et de mots d'ordre.

 

Dans certains cas, on l'a vu, la Maçonnerie vous déclarait suspect, et ce terrible mot de suspect, sous la Révolution, partira des Jacobins. Un autre usage des Loges, nous l'avons déjà vu aussi, était de déclarer la Maçonnerie en danger, et les Jacobins y déclareront la patrie... Un autre usage encore, en Maçonnerie, était de coiffer le récipiendaire d'un bonnet, et l'usage, aux Jacobins, sera de mettre le bonnet rouge. »

 La Franc-Maçonnerie et la Révolution française - Maurice Talmeyr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog