Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On prétend que la république démocratique donne à chacun ses chances. Mais ce n'est pas vrai, car les conditions mêmes de la lutte électorale sont toujours plus favorables aux uns qu'aux autres.

 

Supposons qu'un homme ait toutes les qualités d'un grand homme d'Etat, mais qu'il n'ait ni la voix forte, ni l'esprit vif, ni l'art d'agir sur les foules par sa parole. Ses chances d'être élu sont faibles en regard de celles d'un beau parleur aux poumons robustes, à la voix forte, prompt à la riposte, habile à ménager les préjugés et à flatter les passions de ceux qui l'écoutent - au demeurant tout à fait incapable de discerner les intérêts du pays et d'aviser aux mesures utiles.

 

Prenons par exemple un homme très instruit et très cultivé, qui a passé sa jeunesse et une grande partie de son âge mûr à étudier la philosophie, l'histoire, le droit, l'économie politique, la sociologie, qui a suivi avec la plus grande attention l'évolution politique des nations les plus civilisées et celle de son propre pays, notant les faits importants et les comparant de manière à saisir sur le vif les effets bienfaisants ou malfaisants des mesures prises par les hommes d'Etat et des lois votées par les assemblées : peut-on croire qu'il puisse enlever les suffrages des masses contre un quelconque militant de la politique habitué à pérorer dans les réunions publiques, dans les comités électoraux, dans les syndicats d'ouvriers, de fonctionnaires ou d'instituteurs ?

 

La vérité, c'est que la république démocratique donne des chances très fortes à ceux qui parlent bien, qui savent toucher les foules et tenir à chacun le langage qui lui plaît, à ceux qui ont du bagout, de l'entregent, l'esprit d'intrigue et qui ne se font pas scrupule non plus de changer de langage, d'opinion et de conduite lorsque le vent a tourné. Par contre, elle ôte leurs chances à ceux qui sont plus capables de bien faire que de bien dire, qui font plus de besogne que de bruit, qui ne sont ni des hâbleurs, ni des intrigants et qui disent en toute occasion non ce qui peut plaire au plus grand nombre, mais ce que, dans la sincérité de leur coeur, ils jugent vrai, utile ou juste.

 

Favorable aux habiles menteurs, aux roués, aux malins, elle désavantage le mérite modeste, la valeur réelle, la compétence, l'amour désintéressé du bien public. En somme, la république démocratique accroît sans mesure les chances des médiocres, qui peuvent faire beaucoup de mal et ne peuvent faire que peu de bien ; et elle diminue, au point de les rendre à peu près nulles, celles des hommes les plus capables de servir utilement leur pays.

André Joussain

 

Source : http://actionroyaliste.com/articles/republique-et-democratie/969-la-republique-cest-le-regne-des-mediocres

Tag(s) : #Royalisme

Partager cet article

Repost 0