Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde compte 48 monarchies, dont 10 monarchies constitutionnelles en Europe, et 3 sur les 6 pays frontaliers français, qui sont l'Espagne, la Belgique et la Grande-Bretagne. La royauté est rétrograde ?

 

Ce qui reviendrait à dire que l'Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, l'Espagne, la Grande-Bretagne, le Luxembourg, le Japon, Monaco, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, ou la Suède sont des pays rétrogrades.

 

Certes, en France, la royauté est associée à notre passé, parce que nous avons hérité de 1 500 ans de royauté. Et cet héritage, c'est une puissance politique, financière, culturelle, spirituelle et militaire française considérable. Et Dieu merci, ce passé, beaucoup sen souviennent encore, car non, la France n'est pas née sous la République.

 

Louis-XX-COM.010.jpg

 

Pourquoi la France est l'une des premières destinations touristiques mondiales ? Quels sont les sites les plus visités ?

 

La Tour Eiffel ne pèse pas grand chose face à Versailles, le Louvre, les Châteaux de la Loire, les églises, les cathédrales, les monastères, et autres villages pittoresques propres au passé français. Symboles d'une époque où l'harmonie des formes respectait aussi bien l'environnement, le bien être que la fonctionnalité.

 

Et d'autre part, il faut bien l'admettre, nous serions bien peu de choses aujourd'hui face au mondialisme si nous ne vivions pas sur les restes de cet héritage.

 

Nous voyons donc bien que les fruits économiques, politiques, culturels, matériels ou spirituels de la royauté sont toujours bel et bien présents, et que nul ne juge le principe de ses fruits rétrograde, quand il s'agit de vivre sur ses réserves qui nous permettent de ne pas avoir encore totalement coulé sous le poids de l'euro-mondialisme.

 

La royauté appartiendrait au passé sous prétexte que la République est l'organisation actuelle de la France ?

 

Nous devrions donc nous résoudre à rester malade parce que des réseaux d’influences occultes ont modifié par la force et la violence, le traitement de la France en 1789 ?

 

Qu’est devenu cet héritage depuis la République ?

 

Pensez-vous qu'avec le désaveu grandissant des Français pour la République, celle-ci possède une seule chance sur 100 de perdurer 1 500 ans, comme la royauté française ?

 

En outre, ce n'est pas parce que Louis XIV n'a pas inventé la console de jeux vidéos, Henry IV l’accès wi-fi, Clovis l'écran plat que la royauté est rétrograde. Et en vérité, l'homme a-t-il vraiment besoin de cela pour vivre et s'épanouir réellement...

 

N'est-il pas dément de mélanger la décadence et le progrès ? Le futile et l’essentiel ? Le Bien et le mal ?

 

Doit-on à tout prix refuser de rétablir une organisation plus saine, plus juste, plus équitable sous prétexte que celle-ci implique un retour à ce qui a fait la grandeur de la France ?

 

N'oublions jamais dans quelles conditions s'est faite la révolution. Et n'oublions jamais que la plupart des Français ont un avis sur la royauté qui est celui que la République distille dès l'entrée à l’école. Encore une fois, il faut tenir compte de : « à qui profite le crime ? ».

 

Pourquoi ceux qui font l'effort d'une recherche politique, sociale, économique, spirituelle actuelle et historique, auraient tort face à ceux qui répètent ce que leur dit la République, ses médias et la pensée unique ?

 

Et pourquoi les millions de Français dont les sondages expriment leur désaveu pour la République, tous ceux qui ne votent plus, et tous ceux qui votent par dépit, "faute de mieux", ne poussent-ils pas plus loin leur réflexion ?

 

Si tout n'est pas «noir» concernant la République, pourquoi tout le serait au sujet de la royauté ?

 

Êtes-vous bien certains qu'à l’époque de la Révolution, vous n'auriez pas fait partie des centaines de milliers de morts français qui ne voulaient pas de cette Révolution ? Ces centaines de milliers de Français qui savaient pourquoi ils tenaient à la Royauté au point de la défendre au péril de leur vie. Dans quel camp auriez-vous été à l'époque ?

 

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir si vos ancêtres ne sont pas morts pour avoir défendu la royauté ? S'ils n’étaient pas du côté de l'Armée Catholique et Royale ? S'ils n'étaient pas contre-révolutionnaires ?

 

La République est une forme de gouvernement, la Royauté en est une autre. On la retrouve dans l'antiquité comme présente dans plusieurs pays aujourd’hui, dont 3 sur 6 de nos voisins frontaliers. (Et entendez-vous les Espagnols, les Anglais ou les Belges hurler de douleur en se faisant brûler la pointe des pieds pour amuser leurs Rois ? Allons, allons...)

 

Non, la royauté n'a rien de rétrograde ou de passéiste puisqu'elle ne dépend justement pas de la contrainte temporelle. La royauté ne remet pas tout en question à chaque élection. Elle ne rejette pas non plus ce qui a été fait précédemment sous prétexte que c'est le camp "opposé" qui l'a fait.

 

La royauté vise à conduire une politique inscrite dans une perspective historique. C'est donc elle, le garant d'un véritable progrès. Comme pour les sciences, elle met à profit les résultats de son expérience dans un esprit pragmatique, au-dessus des clivages politiques.

 

Elle oeuvre pour le Bien Commun du pays, dans l'intérêt du pays, comme dans le sien propre par souci de pérennité, de stabilité et de cohésion sociale, et de développement du patrimoine quelle désire tout naturellement laisser à ses héritiers.

 

De plus, nous avons la chance en France d'avoir une royauté qui dispose d'une expérience multiséculaire. C'est purement aberrant de passer à côté de cette expérience vu notre situation.

 

Elle a aussi la précieuse capacité à prévoir les choses à long terme avec le Souverain et ses conseils, débarrassée des freins propres aux réélections et leurs clivages, leurs petites guerres partisanes, leurs contre-vérités basées sur des intérêts personnels qui au final, paralysent la France dans la division, la contradiction, dans le montage et le démontage de réformes qui fait qu'un coup on avance, un coup on recule. Et l'Etat de la France prouve hélas que nous avons plus souvent reculé qu'avancé. Voilà ce qu’est le progrès de la République, ce progrès se juge à travers sa technique et ses résultats.

 

La triste cause française ne fait plus que subir les très graves conséquences de ce «progrès».

 

La royauté n'a pas à «séduire» les Français à travers des promesses politiques faites à grands coups de campagnes coûteuses, où chacun affirme par principe partisan, le contraire de son voisin, et où la France toute entière se perd et se divise dans des clivages qui nuisent à la notion de Bien Commun, et à travers des concepts qui dépassent la plupart d'entre nous.

 

La royauté doit plaire aux Français à travers les fruits de sa politique, les résultats concrets pour chacun. Non pas à travers des mots, mais à travers des actes. Et sa vision du progrès n'est pas liée à la jouissance égoïste ou l'enrichissement personnel mais à sa recherche de Bien Commun, d'unité, de paix et de «mieux vivre ensemble» dans un projet de vie stable, équitable et durable. Et c'est avant tout cela qui explique nos 1 500 ans de royauté française.

 

Par ailleurs, il est tout de même consternant que malgré ses dérives, ses abus et des passe-droits qui dépassent l’entendement, la République parvienne encore à faire croire aux Français, que la Royauté française jouissait de privilèges !

 

Chaque Français pouvait être reçu et entendu par le Roi. Qu'en est-il de la République ?

 

Malgré l'actuelle division sociale, malgré la dégringolade de nos conditions de vie et de travail, la plupart d'entre nous est prêt à beaucoup d'efforts bien que l'on reçoive de moins en moins en retour, aussi bien en richesses, qu'en progrès, qu'en considération, alors pour peu qu’on nous rende la vie un peu plus douce, un peu meilleure...

 

Et la République a en plus l'arrogance d'accuser les Français de tous les maux. Et de trahir leur histoire, leur mémoire, et leur âme. De défigurer leur si beau pays. Elle subventionne même une culture qui se permet de cracher sur la France, de l'insulter et de la menacer en toute impunité, à grand renfort de tapage médiatique.

 

La vérité, c'est que les Français sont en réalité bien courageux, bien patients, et bien gentils.

 

Il faut donc à tout prix chasser des esprits l'idée que la royauté est le synonyme de passé.

 

La royauté est un principe qui a fondé la France, parce qu'attaché à la France, parce que dépendant des Français et agissant avec et pour les Français.

Louis XX Novembre 2011

La royauté n'a rien de passéiste. Elle est au contraire intemporelle, elle est basée sur son intérêt à séduire les Français dans les faits, dans les actes, dans les résultats, plutôt que quelques millions d'électeurs par des promesses politiques dont on voit le déplorable résultat.

 

La royauté est de surcroît guidée par la notion de Bien commun et de progrès tangibles véritables, palpables par tous. Et évoluant au dessus des clivages et de la division sociale, elle peut alors oeuvrer jour après jour à la construction d'un progrès véritable.

 

L'idée que notre histoire «évolue» vers le progrès n'est qu'une illusion aussi coûteuse que dévastatrice. Un mythe né à l'époque des «Lumières» et qui consiste à penser que les sciences, les techniques et la machine impliquent le progrès dans les domaines du travail, du rapport humain, de la morale, de la conscience de soi, du bien-être et de la vie.

 

Mais on voit bien de nos jours que cette illusion a engouffré l'homme dans sa propre perte, dans l'égocentrisme, la méconnaissance de soi, un sens exagéré du matérialisme qui le cantonne au rôle de travailleur-chômeur, (sur)consommateur et (sur)producteur, dans le culte de l'apparence et la soumission au Dieu argent d'une vie payée à crédit.

 

A faire de l'homme un ego tout-puissant en le plaçant au centre de l'univers afin de chasser Dieu de sa conscience et tout ce que cela entraîne. A faire de lui un être devant jouir et consommer en brûlant sa vie comme sil était seul au monde, ne se souciant plus ni de son prochain, ni de la Nature.

 

Ou se résigner à la fatalité de son impuissance et brûler sa vie d'une autre façon, en baissant les bras et en se contentant du peu qu'il a perdu dans l'incompréhension du monde qui l'entoure, comme dans l'incompréhension de lui-même.

 

Contrairement à la République inspirée par les «Lumières», la Royauté française n'a jamais cherché à faire de l'homme un surhomme, en modifiant sa nature et en transformant son paradigme, au point d'inverser la notion de Bien et de mal.

 

La royauté voulait simplement rendre les gens plus sages, plus vertueux, plus pragmatiques afin qu'ils s'expriment et qu'ils évoluent dans la notion de Bien Commun.

 

Ce Bien Commun qui implique à la fois l'homme, mais aussi la nature et le positionnement de l'homme au sein de tout ce qui l’entoure.

 

C'est sur ces quelques principes qu'année après année, la France et les Français étaient arrivés à un tel niveau d'épanouissement, à un tel rayonnement. Et c'est ce que les adeptes des Lumières et de la Révolution française tentent de contrarier par les dogmes de l'individualisme, de l'irresponsabilité, un sentiment de honte grandissant pour la France, ainsi qu'une quête de jouissance irresponsable et inconsciente, au détriment du bien-être véritable de l'homme, de la faune, de la flore, de la Vie, de la conscience humaine et de la connaissance de soi.

 

 

Mais il ny a pas de mystère, la Création engendre la Vie et la pérennité de la Vie. Alors que la consommation, la destruction, la pollution, l'individualisme, la division impliquent une fin inexorable.

 

Les mensonges sur notre histoire de France et sur les conditions de vie des Français de l'époque, ne changeront absolument rien à ce qui s'impose comme une fin obligatoire, qui approche de jour en jour.

 

Car en plus de choix de vie qui mettent de plus en plus la faune, la flore et l'homme en péril, la République fait chaque jour un peu plus, pour dégoûter elle-même les Français de la République et de la politique. Il ne reste qu'à vous l'avouer.

 

Et c'est ainsi elle-même qui illustrera bientôt ce qui appartient au passé, et ce qui est éternel.

 

Alors, il y a fort à parier que les Français seront bien heureux de savoir qu'ils ont un Roi de France disponible, pour les fédérer à nouveau et établir avec eux, un nouveau projet de vie, cohérent, sage avec un peu moins de politique et un peu plus de vie.

 

Et accessoirement un peu plus d'humour, parce que dans celui-ci, en plus du reste, on commence vraiment à s'ennuyer...

 

Vigo. B.

 

1300 ans de Monarchie

Tag(s) : #Royalisme

Partager cet article

Repost 0