Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

  « Sous le début du règne de Louis XVI, donc peu de temps avant la Révolution française, fut fondée la société des Gobes-Mouches, cercle de mystificateurs dont le but était d’exploiter la vanité des imbéciles. En ce sens, quelques décennies plus tard, Baudelaire dira que le progrès, cette grande idée moderne, était une « extase de gobe-mouches »…


Ne voit-on pas que le sacré est au cœur de toute Civilisation digne de ce nom ? Quand le cœur est malade, tout est perturbé ; quand le cœur meurt, c’est l’anéantissement garanti.


Quelle sottise donc de tirer gloire d’un « progrès » qui en s’affranchissant du sacré, ne peut être que la prémisse de la désolation ! »

 

M.M

 

Source : https://www.facebook.com/marie.mariott

 

 

Un cénacle de mystificateurs et de gourmets : La Société des Gobe-Mouches

Par Bernard Vassor  

Pièce facétieuse Initiation à la société secrète des Gobe-mouches.cadre.jpg

Le but de la société était d'exploiter la vanité, la gloriole et la présomption des imbéciles afin de les faire éclater au grand jour.

 

Journiac de Saint-Méard fut le premier président de l'illustre compagnie des Gobe-Mouches créée dans les premières années du règne de Louis XVI. Les réunions avaient lieu le mercredi dans un endroit qui portait le nom de ruche chez le libraire Desenne au Palais-Royal (vis à vis le café de Valois). Ils eurent (entre-autres) pour tête de turc le charlatan Mesmer, l'homme au baquet. Une correspondance facécieuse fut entamée et aussitôt publiée en brochures :

 

"Correspondance de .M. M... sur les nouvelles du baquet octogone, de l'homme baquet et du baquet moral, recueillie et publiée par MM. de F...( Toussaint-Joseph-André comte de Fortia de Piles) S...(Journiac de Saint-Méard) et B. (Pierre-Louis-Marie dBoisgelin de Kerdru) Caillot-Duval 

 

Boisgelin et Piles se servirent vers 1785, ensuite d'un personnage sorti de leur imagination, baptisé par leurs soins : Caillot-Duval. Un commissaire de police nommé Urlon, servit de première victime au projet de nos compères. Dans une missive envoyée au commissaire Caillot-Duval déplorait l'enlèvement de sa fille par un enseigne de hussard...Il lui demande d'effectuer des recherches pour la retrouver. Le commissaire ne fut pas dupe, compte tenu des détails bouffons, il répondit cependant au faux-plaignant dans une lettre humoristique. Puis, ce fut une victime facile, un procureur d'Abbeville nommé Lecat qui inondait de ses poèmes "Le Journal littéraire" de Nancy, fut encouragé par nos  deux farceurs. Ils firent intervenir un prince Russe nommé Kabardinski, prince Botanipet, commandant une division composée de Pastervipèdes, Frisecarpètes, et Simocupètes !!!.

 

Soudié, le bottier du roi de la rue Dauphine reçut une commande de Caillot-Duval, pour la confection de bottes sans couture, "comme un maître-ouvrier de Nancy venant d'en faire une paire qui fait l'admiration de la contrée". Le vaniteux cordonnier déclara la chose possible, mais refusa la commande sous le prétexte qu'il est très occupé.

 

L'entremetteuse dame de Launay de la rue Croix-des-Petits-Champs, accepta l'offre de lancer parmi les entreteneurs de Paris, deux nièces de Caillot-Duval.

 

Ils écrivirent plusieur centaines de lettres qui furent publiées en 1795, sous le nom de Caillot-Duval. Piles fit circuler le bruit que son adversaire Grimod de la Reynière, organisateur des "Déjeuners des Mystificateurs", en était l'auteur.

 

Caillot-Duval était devenu l'épouvantail des sots et des niais. Tout le monde tremblait de tomber sur lui. Les victimes se gardèrent bien de se plaindre et de réclamer leurs lettres.

 

Les gobe-mouches et Caillot-Duval disparurent pendant la révolution. Caillot-Duval d'après la Société des auteurs lorrains, fut atteint mortellement à la cuisse par une balle, lors des émeutes de Nancy et confia à un certain Michel, ses lettres, avec pour mission de les publier...

 

Une autre Société des Gobe-Mouches revit le jour en 1802, mais, c'est une autre histoire.

 

Source : http://autourduperetanguy.blogspirit.com/archive/2010/07/10/un-cenacle-de-mystificateurs-et-de-gourmets-la-societe-des-g.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article