Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

 

Femmes, hommes, êtes-vous prêts pour l'utérus artificiel ?

 

La grossesse, si je veux ! La discussion par les parlementaires du projet de loi de bioéthique, couplée à la sortie ce vendredi soir sur Arte d’un documentaire abordant les avancées de la recherche sur la grossesse ex-utero – ou ectogénèse – mettent au premier plan des questions que l’ont pourrait croire tout droit sortie d’un livre d’Aldous Huxley ou de Frank Herbert.

En 2005, le livre d’Henri Atlan, « L’Utérus artificiel », excitait déjà les imaginations, quitte à prendre pour argent comptant des spéculations que lui-même ne voyait se réaliser que dans « cinquante ou cent ans ».

Dans moins d’un siècle, l’ectogénèse permettrait de se passer du corps de la femme pour faire se développer et naître un enfant.

Six ans plus tard, Atlan, figure centrale du documentaire d’Arte, a assuré sur France Inter que la mise au point d’un utérus artificiel reste « très compliquée sur un plan technique, mais [que] le cahier des charges existe ».

En somme, on connaît la recette, mais la manière d’incorporer les ingrédient est encore hors de portée.
Aux Etats-Unis, une souris (déficiente) créée ex-utero

Des expériences ont déjà eu lieu, suffisantes pour ouvrir la porte au fantasme de l’enfant-cyborg :

    dès 1997, une équipe japonaise, en récupérant un fœtus de chèvre encore peu développé pour le plonger dans un bain amniotique, avait réussi à le maintenir trois semaines en vie ;
    aux Etats-Unis, en 2002, c’est une souris qui avait vu le jour après une gestation ex-utero.

Ces résultats ont montré :

    une technique bien loin d’être finalisée, les performances mentales du rongeur étant très en deçà de la normale ;
    le scandale provoqué par cette dernière affaire, qui peut servir à étalonner l’importance d’un débat sur la maternité artificielle.

L’équipe de l’université de Cornell, menée par Helen Hung Ching Liu, avait en effet commencé par mener ses expérimentations sur des fœtus humains, promis à la destruction car non-viables.

Le tollé provoqué par ces recherches avait conduit l’équipe à se reporter sur les souris, alors que l’Amérique de George W. Bush, inspirée par le mouvement pro-life, interdisait toute recherche sur les cellules souches ; une interdiction qui sera levée avec l’élection d’un président démocrate à la Maison Blanche.

En France, c’est le texte de 2004 qui encadrera la recherche de manière très rigoureuse.
Des embryons non-viables, avec l’accord des parents ?

D’après la loi du 6 août 2004 relative à la bioéthique, réaliser des recherches sur les embryons humains est formellement interdit, sauf à titre dérogatoire.

Sauf exception donc, les chercheurs français sont privés d’expérimentations, mais la situation pourrait changer dans les semaines à venir. Le projet de révision de la loi de 2004 comporte en effet un changement d’importance : malgré l’opposition du gouvernement, les embryons non-viables pourraient dorénavant être utilisés avec l’accord des parents.

Or, si le même texte réaffirme l’illégalité du système de la mère porteuse (le fait d’utiliser une femme pour porter l’enfant d’une autre jusqu’à son terme), il ne va pas jusqu’à se prononcer sur l’éventualité d’un utérus artificiel.

 

Source :

http://www.rue89.com/2011/04/15/femmes-hommes-etes-vous-prets-pour-luterus-artificiel-200158

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article