Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

David Boilley, président de l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest et fin connaisseur du Japon, analyse le tournant dans lequel se trouve le pays neuf mois après Fukushima. Interview.

 

Des paysans de Fukushima brandissent leurs choux radioactifs à Tokyo en avril 2011 Koji Sasahara/AP/SIPA

Des paysans de Fukushima brandissent leurs choux radioactifs à Tokyo en avril 2011 Koji Sasahara/AP/SIPA

Lait infantile contaminé, eaux radioactives … Vu de France, le Japon semble subir un deuxième effet Fukushima.

 - Au Japon, la catastrophe est dans les médias tous les jours. On en apprend toujours davantage sur la contamination de l’environnement. En ce qui concerne l’affaire du lait en poudre, le plus surprenant est qu’il s’agit d’un produit importé mais conditionné dans une usine de la province de Saitama, dans la banlieue de Tokyo. Suffisamment contaminée pour contaminer le lait.

 

Y a-t-il une méfiance particulière à l’égard des produits alimentaires locaux ?

- Le Japon importe 60% de sa nourriture, qui n’est, par principe, pas contaminée. Pour les 40% restants, le gouvernement a mis en place des contrôles dans les zones à risque, sans interdiction a priori. C’est-à-dire que les produits sont autorisés, mesurés, et ensuite seulement interdits si l’on y trouve du césium au-dessus de la limite.


Evidemment, de nombreux produits passent entre les mailles du filet. Le bœuf cet été, ou encore le thé vert de Shizuoka. Un cas d’école. En France, après la marée noire de l’Erika, la production de sel de Guérande a été suspendue pendant trois ans pour garder la confiance des consommateurs. Au Japon, les producteurs de thé voulaient que leur produit soit autorisé alors que ses feuilles étaient contaminées. L’an prochain, la nouvelle récolte sera bonne à la consommation mais les consommateurs n’auront plus confiance.


De même, ils boudent le poisson de Fukushima même si son niveau de contamination est inférieur au seuil légal. On n’est jamais totalement sûr. En septembre dernier à Hokkaido, au nord de l’archipel, on a pêché une morue à 80 becquerels par kilo. C’est sous la limite, mais étonnant pour une zone de pêche aussi éloignée.

Mais le principal problème reste le riz. A la différence du bœuf, c’est un aliment quotidien et symbolique. Le Japon est autosuffisant. La récolte a eu lieu entre la fin août et octobre. Les contrôles mis en place étaient plus stricts que pour les légumes. Mais ça n’a pas manqué: le riz de trois municipalités a été retiré du marché car contaminé.


Pourquoi le commercialiser si les gens n’achètent pas ?

- Si le gouvernement interdit ces produits a priori, il devra dédommager les agriculteurs, alors même qu’il tient déjà Tepco sous perfusion financière. Il y a aujourd’hui au Japon un conflit entre le coût sanitaire et le coût financier de l’après-Fukushima.


Le rapport d’étape de la commission gouvernementale chargée d’enquêter sur la catastrophe, qui doit être publié le 26 décembre, indique que les réacteurs auraient été fortement endommagés par le séisme plutôt que par le tsunami. Comment ces informations diffusées par le journal "Asahi" sont-elles reçues au Japon ?

Que Tepco ne soit pas prête face à un séisme, ce n’est pas nouveau. En 2007, la centrale de Kashiwasaki-Kariwa a subi une forte secousse et le transformateur électrique a brûlé. Des fûts radioactifs sont tombés, il y a eu ici et là des fissures, des fuites radioactives… Et sur les sept réacteurs, certains n’avaient toujours pas redémarré en 2011. A Fukushima, le séisme est responsable de la coupure du courant et de l’eau. Le tsunami, lui, a empêché le fonctionnement des moteurs diesel destinés à l’alimentation de secours.


10% des séismes de la planète ont lieu au Japon, alors qu’un tsunami reste un phénomène exceptionnel. Au niveau des experts, personne n’a jamais cru que le tsunami avait seul causé tous les dégâts. Ces informations sont désormais publiques.


Le Japon est-il en train de sortir du nucléaire ?

- A ce jour, 8 réacteurs fonctionnent sur 54. L’un d’eux a encore été arrêté le 7 décembre à cause d’un incident, mais il l’aurait été de toute façon le 18 décembre. La règle est qu’au bout de treize mois de fonctionnement, on les arrête pour maintenance. Leur redémarrage est soumis à l’autorisation du président de région, le gouverneur. Or aucun d’eux n’a accepté de signer ce redémarrage !


Tous réclament des garanties solides, sachant que les avis de la Nisa (Nuclear and Industrial Safety Agency), autorité japonaise de sûreté nucléaire, sont discrédités après la catastrophe qu’elle n’a pas su prévenir. A ce jeu là, le Japon aura arrêté la production d’électricité nucléaire au printemps mais sera encore empêtré dans les problèmes du nucléaire pendant des décennies, voire des siècles.


Les réacteurs peuvent être relancés…

- La sortie du nucléaire me semble acquise. Dans la région d’Osaka, à 600 kilomètres de Fukushima, le gouverneur connu pour ses positions anti-nucléaires vient d’être élu maire de la ville d’Osaka, qui possède 9% des parts de la compagnie d’électricité locale. L’ancien premier ministre avait clairement annoncé que le Japon sortait du nucléaire.


Le nouveau, Yoshihiko Noda, au poste depuis le 27 septembre, est beaucoup moins clair. Mais son gouvernement a mis en place une commission pour réfléchir à l’avenir énergétique du pays, dans lequel figurent des antinucléaires notoires. Elle doit elle aussi sortir son rapport prochainement.


Comment sera compensée la baisse de production énergétique ?

- Le nucléaire représente 30% de l’électricité du pays. Pour les périodes de forte demande, été et hiver, il existe des installations thermiques, qui tournent au charbon, au gaz et au pétrole. Le pays compte dessus, y compris en remettant en marche les anciennes centrales.


Et puis tout le monde fait des économies. Cet été, moins chaud que d’habitude il est vrai, Tokyo a consommé 15% d’énergie en moins. Les restaurants ont baissé la climatisation, les enseignes lumineuses ont été éteintes la nuit, les industries et les trains ont changé leurs horaires pour limiter leur consommation aux heures de pointe… C’est un début.


Si le Japon sortait du nucléaire rapidement, que deviendrait le parc de centrales ?

- On n’en n’est pas encore à la question du démantèlement. D’autant que le pays n’a pas de centre de stockage des déchets. Les déchets radioactifs vont devenir le problème n°1 du pays : le gouvernement a dit qu’il décontaminerait une surface estimée à 13 000 km2 de terres. Pour la seule province de Fukushima, avec 70% de forêts et montagnes, environ 29 millions de m3 de déchets sont attendus. Que personne ne sait où mettre.

 

Interview de David Boilley (le jeudi 15 décembre 2012)

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20111214.OBS6763/le-japon-sera-sorti-du-nucleaire-au-printemps-prochain.html

 

 

 thorium.jpg La catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, a mis une pression immense sur les pays producteurs d'énergie nucléaire. Face aux craintes de leurs populations, certains gouvernements ont pris la décision d'arrêter et de démanteler, dans un avenir proche, leurs installations nucléaires existantes, ainsi que d'écarter la filière nucléaire de leur politique énergétique future.


Or la disponibilité des énergies fossiles diminue, le solaire et l'éolien ne sont pas encore capables de prendre le relais totalement. Mais au-delà des émotions, on aperçoit d'autres solutions, nucléaires elles aussi, révolutionnaires et pourtant déjà largement testées, et qui permettraient de régler les deux principaux reproches faits aux centrales actuelles : la sécurité et les déchets. Il s'agit d'une idée développée dans les années 50 à 70, puis perfectionnée dans les années 90 : les centrales fonctionnant au thorium et non pas à l'uranium ou au plutonium.

Les réacteurs au thorium démontrent des qualités de sécurité intrinsèques exceptionnelles, que ce soit par leur forte capacité autorégulatrice, la facilité des arrêts d'urgence, l'absence de risque d'explosion et de fonte du réacteur. Avec une densité énergétique au kilogramme 200 fois supérieure à celle de l'uranium, nous disposons de réserves mondiales de thorium, réparties sur tous les continents, pour 10 000 ans au moins. La durée de vie des déchets se compte en centaines d'années, et non en centaines de milliers d'années, et leur volume est considérablement inférieur.

Les caractéristiques du thorium rendent la fabrication d'une bombe atomique pratiquement inaccessible et, cerise sur le gâteau, les déchets actuels et le plutonium militaire peuvent être incinérés dans le coeur des centrales au thorium. Plusieurs gouvernements s'y intéressent de près. L'Inde et la Chine ont entrepris de développer des centrales au thorium à l'échelle industrielle.

Si cette technologie est encore méconnue du grand public, il est cependant indispensable qu'elle soit intégrée au débat. Elle présente trop d'avantages pour être ignorée. Il est indispensable que les politiciens, tout comme les citoyens, aient connaissance de cette technologie. Ce livre présente de manière accessible cette voie prometteuse à de nombreux égards.

Biographie de l'auteur

Actif dans le monde de l'économie, Jean-Christophe de Mestral a étudié la physique en Angleterre. Cette discipline a toujours été une passion, née d'un besoin quasi compulsif de comprendre notre environnement. Aujourd'hui administrateur de sociétés dans des domaines aussi divers que la fabrication de cristaux, la finance et les lasers, il a été également élu à la municipalité de sa ville de résidence. Conscient des enjeux technologiques, économiques et politiques, il s'engage pour que tous les acteurs politiques disposent d'une information complète pour un véritable débat sur le nucléaire.

 

http://www.amazon.fr/Latome-vert-thorium-nucl%C3%A9aire-d%C3%A9veloppement/dp/2828912442
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article