Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

2503310036_2823bdcdf5.jpg

Le 22 sept 2011, France Info nous apprenait que les laboratoires Servier étaient rayés de la liste des organismes autorisés à être représentés dans les couloirs de l'Assemblée nationale.


Cette suspension « à titre conservatoire » a été décidée dans l'attente d'une décision définitive du bureau de l'Assemblée qui se réunira le 12 octobre, a précisé Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale, dans une lettre adressée au député UMP Yves Bur, président de la délégation chargée des représentants d'intérêt et dont l'AFP a obtenu une copie.

 5356387359_017e4c19cf.jpg

Depuis juillet 2009, des  représentants d'intérêts publics ou privés figuraient sur une liste de personnages bénéficiant de badges, valables une journée, ouvrant des droits d'accès à certaines parties du Palais Bourbon, ce qui leur permettaient d’influencer certains députés, mais avec quelques restrictions.

Après la divulgation du scandale du Mediator, M. Bur et le député communiste Jean-Jacques Candelier avait proposé le retrait de cette liste de Servier, et de sa représentante, Corinne Moizan, retrait qui devrait être définitif après la réunion du bureau qui se tiendra le 12 octobre prochain.

Corinne_Moizan.jpg

Or, dans une interview accordée au Parisien le 29 septembre 2011, Corinne Moizan, qui est aussi conseillère municipale UMP, se prétend « abasourdie » par sa suspension et s'insurge contre cette mesure. « Je suis arrivée en 1999 chez Servier, où je me suis spécialisée dans le lobbying avec les parlementaires […] je dois cibler les députés et sénateurs médecins et pharmaciens. Il s'agit en particulier d'une dizaine de parlementaires qui comprennent le mieux nos problématiques. Je les rencontre dans leurs bureaux à l'Assemblée, ou j'organise des déjeuners avec eux ». Il est certain que ce n’est pas pour parler de la pluie et du beau temps, mais pour essayer de les enrôler dans la protection et la promotion des laboratoires.


Et benoitement, au cours de l'interview, elle citait ses interlocuteurs parlementaires : Jean-Pierre Door, cardiologue du Loiret, Michel Heinrich, pharmacien du Haut-Rhin, Dominique Leclerc pharmacien du Loiret, tous trois députés UMP, mais aussi des élus PS comme Marisol Touraine, d’Indre et Loire, conseillère d'État, et Catherine Lemorton pharmacienne, de Haute Garonne. « Ce sont des bons connaisseurs du secteur. » Corinne Moizan avait le droit d'accéder à la salle des quatre colonnes de l'Assemblée nationale, mais devait la quitter à 14 h 30 avant l'arrivée des journalistes. On se demande pourquoi. Cacherait-on des informations aux journalistes ?


4628978722_bd2698a3e5.jpg

Les socialistes ont immédiatement publié un communiqué pour dénoncer ces affirmations. « Notre groupe reçoit tous les groupes socio-professionnels qui en font la demande. C’est le travail normal des députés, dans le cadre de l'examen de projets de loi. Mais nous démentons formellement toute connivence entre nos parlementaires et le groupe Servier et toute rencontre particulière avec Mme Moizan, dont le travail n'a jamais eu la moindre influence sur le travail législatif du groupe. Plusieurs documents en attestent. »


Il est exact que le rapport de Catherine Lemorton de 2008 sur la pharmacovigilance a très clairement dénoncé l’interférence de l’industrie pharmaceutique dans la politique du médicament et à plusieurs reprises, l’industrie pharmaceutique a exercé de vives pressions pour que Catherine Lemorton ne soit plus leur interlocutrice. En outre, le groupe socialiste a été, au Parlement, le premier à dénoncer le scandale du Médiator et à demander que toute la lumière soit faite sur la responsabilité du laboratoire Servier.


Jean-Pierre-Door.jpg

Quant à Jean-Pierre Door, il admet avoir rencontré la lobbyiste, car : « Cela fait partie du travail des parlementaires de s'informer, mais ce n'est pas parce qu'on rencontre des gens qu'on est influencé ». Pour sa part, Michel Heinrich a déclaré avoir « peut-être rencontré une fois Mme Moizan il y a près de dix ans, mais il l’a oublié, et Dominique Leclerc a aussi affirmé avoir rencontré Corinne Moizan à plusieurs reprises dans le cadre de la préparation des budgets de la Sécurité sociale, car il « est normal d'entendre les uns et les autres ».  


En résumé, pour ces députés UMP : « Ce n'est pas parce qu'on rencontre des gens qu'on est influencé ». Ces affirmations rejoignent les discours des « experts » ayant des liens avec les laboratoires qui crient haut et fort que cela ne les influencent en rien dans leurs jugements. Il n’y a qu’eux pour les croire.


JBl7y5ESjt4J

Ainsi, le laboratoire Servier est interdit de lobbying à l'Assemblée nationale, mais les autres, ceux qui restent sur la liste qui leur permet d’influencer certains députés, sont toujours là. Or, officiellement « le rôle d'un lobby est d'infléchir une norme, d'en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes ». C’est grâce à ce laxisme que l’on infléchit les normes existantes et qu’on nous laisse croire ce que les laboratoires veulent nous faire croire. Ne serait-il pas grand temps, en cette époque de crise et de restrictions budgétaires, de cesser ces pratiques scandaleuses qui se répandent à travers le monde et le rend bien malade ?

 

Source : http://www.sylviesimonrevelations.com/article-le-lobbying-a-l-assemblee-nationale-85997568.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article