Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Blotti sur une berge de la Sèvre nantaise, à l'ombre du coteau boisé de la Barbinière, le moulin d'Etourneau témoigne d'une histoire tragique qui emporta ses occupants sous la Terreur. Le site de la section mortagnaise du Souvenir Vendéen nous en offre le récit.

Le_Moulin_d_EtourneauLe moulin d'Etourneau était habité, à l'époque de la Révolution, par la famille Léger. Le père, Pierre, et sa femme Modeste avaient eu huit enfants, nés entre 1776 et 1788. Le meunier et les siens ne furent pas inquiétés au temps de la Grande Guerre, tant que les victoires vendéennes tenaient les républicains à l'écart de ce coin de Bocage. Mais ils n'en furent préservés que quelques mois.

Le 15 septembre 1793, Mortagne tombait aux mains des Bleus. La famille Léger venait d'abandonner son foyer, comme des milliers de réfugiés, hommes, femmes, enfants et vieillards, fuyant les représailles de l'ennemi. Elle suivit l'armée vendéenne en déroute, franchit la Loire à Saint-Florent-le-Vieil, le 18 octobre, et connut un triste sort. Madame de Sapinaud a raconté dans ses Mémoires que le père fut massacré lors du désastre du Mans (13 décembre) et que la mère, jetée en prison, succomba peu après. D'autres récits familiaux diffèrent : le père sera tombé au combat à Laval, et la mère, guillotinée au Mans ou noyée dans la Loire à Nantes avec plusieurs de ses filles. Ce fut effectivement le cas pour l'une d'elle, Marie, qui n'avait que 15 ans. Charlotte, l'aînée, fut fusillée en janvier 1794.

Le_moulin_et_la_chaussee_du_la_SevreLes autres enfants survécurent à ce calvaire. L'une des filles prénommée Rose échappa au bourreau alors même qu'elle voulait suivre sa mère et ses sœurs dans la mort. Après mille péripéties, elle parvint à rentrer au pays, mais n'y trouva que son frère Pierre et un domestique dont parle Madame de Sapinaud. Elle apprit cependant que son cadet, Louis, était encore en vie, quelque part à Nort-sur-Erdre. La jeune fille ne pouvait le laisser seul là-bas. Elle reprit le chemin vers Nantes et retrouva son frère chez la femme qui l'avait recueilli. Mais Louis la repoussa. Rose proposa donc de l'emmener avec elle au moulin, accompagnée d'un témoin au cas où l'enfant ne reconnaîtrait pas les lieux. Le garçon resta indifférent jusqu'au-delà de Mortagne. Puis, apercevant les îlots et les chaussées qui barrent le cours de la Sèvre, il fut soudain frappé par ce paysage redevenu familier. Ils étaient arrivés tout près du moulin d'Etourneau.

Les survivants de la famille Léger restèrent à Saint-Laurent-sur-Sèvre, près de leur vieux moulin qui perpétue aujourd'hui encore la mémoire de leur martyre.

Souvenir Vendéen, Canton de Mortagne-sur-Sèvre
Madame de Sapinaud, Mémoires sur la Vendée, Cholet, Editions du Bocage, 1995
B. Raymond et N. Roul, Histoire de Saint-Laurent-sur-Sèvre, Lib. Raimbault, 1987

 

Source : http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2011/05/20/21172848.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article