Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

L’accès y est mystérieux après avoir dévalé un ancien chemin creux réhabilité pour l’occasion. Nous sommes sur le site de Turpin, un ancien moulin à eau, abandonné et en ruine, sur la paroisse de Sainte Christine, au cœur des Mauges vendéennes. Après le passage d’un bief qui alimentait le moulin, 300 places attendent le spectacle « Son et lumière » auquel  le moulin participera en racontant sa longue histoire et celle de ses habitants : les Godefroy et les Hudon, des années 1750 à l’après révolution, quand le calme revint sur le Pays vendéen.

A l’origine de cette volonté, deux hommes : Elie Jarry, agriculteur biologique ayant transformé son exploitation en ferme pédagogique, pratiquant depuis longtemps l’animation culturelle et ludique, initiant petits et grands à la culture, à la préservation de l’environnement et du patrimoine… et nouveau propriétaire du site de Turpin. Et Jérémy Bellanger, auteur et metteur en scène du spectacle après de longues années de vie artistique et d’animation notamment avec Elie Jarry, dans son labyrinthe estival de maïs.
 
DSC00537

Fallait-il encore un thème ! Natif de La Boutouchère, Jérémy Bellanger avait passé son enfance dans l’indifférence de la période historique qui a marqué les Mauges, Saint-Florent-le-Vieil et toute la Vendée militaire. Jusqu’à ce que la curiosité, puis l’intérêt, puis la passion l’emporte et le conduise à imaginer un scénario, une animation, un spectacle, avec la volonté marquée d’allier l’esthétique au pédagogique. Réussi quant au fond de la période vendéenne, notamment dans sa dimension religieuse. Baptême, communion, éducation de Jacques Godefroy, le héros du spectacle, sont très bien rendus. Seuls les rapports avec le comte de Turpin restent marqués par l’image post révolutionnaire des rapports entre propriétaires et métayers. Rapports accentués dans le spectacle par une courte intrigue amoureuse entre le meunier et la fille du comte à laquelle ce dernier met un terme d’une façon toute autoritaire. Occasion manquée d’une union matrimoniale des classes sociales d’Ancien régime qui  ne prendra corps que quelques temps après, lors du déclenchement du soulèvement de mars 1793 à Sainte Christine, dont Jacques Godefroy deviendra le capitaine de paroisse, « Pour Dieu et pour le Roi ».
 
DSC00526

Les Guerres de Vendée sont remarquablement  évoquées, dans leur calendrier, de la mort de Louis XVI pour lequel les Vendéens avaient le plus profond respect au soulèvement de mars 93 et aux Colonnes Infernales, du Traité de la Jaunaye au Concordat rétablissant la liberté religieuse, dans la géographie, des bocages vendéens et bressuirais aux Pays de Retz et du Loroux, et aux Mauges et à la campagne d’Outre-Loire, la Virée de Galerne, dans victoires et les défaites, dans la dimension politique et génocidaire de la Convention, dans la Foi, la détermination, le courage et la douleur des Vendéens – Jacques Godefroy mourra au combat et les habitants de Turpin seront massacrés par les Colonnes Infernales de Turreau – et dans la cruauté sans nom de la répression républicaine sur le Pays vendéen vaincu.

DSC00530

Puisse un jour la République, en la personne de son chef, venir en Vendée militaire s’agenouiller, s’excuser de ces méfaits et effacer à jamais l’horrible phrase de Westermann : « Il n’y a plus de Vendée, je l’ai foulé aux pieds de mes chevaux, elle est morte sous notre sabre libre… » après la bataille de Savenay. Ne serait-ce que parce que les descendants des Vendéens auront fait  mentir Westermann. La preuve à Turpin en Sainte-Christine, en ce mois d’août 2011 !

Texte et photos d'Henry Renoul

 

Source Vendéens & Chouans : http://guerredevendee.canalblog.com/archives/2011/08/16/21801449.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article