Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

En ces temps de rentrée scolaire, il nous a paru opportun de revenir sur la circulaire Peillon de janvier 2013 (voir l’article paru dans notre n° 672, avril) et sur son projet de loi puisqu’il est désor­mais voté pour entrer en vigueur à l’horizon 2014-2015. Mais, avant de savoir à quelle sauce idéologique seront assaisonnés et dévorés les enfants de France par le moloch, il n’est pas inutile de rappeler quelques évidences historiques et mettre en lumière la continuité « spirituelle » entre ce monsieur et les pères fondateurs de la Laïque.

 
LA NEUTRALITÉ DE L’ÉCOLE, VASTE BLAGUE !
 
L’un de ses attributs, régulièrement mis en avant par les promoteurs de la Laïque et même par les tartuffes et autres idiots utiles de l’enseignement catholique institutionnel, serait sa neutralité, garante de son impartialité. Ce discours fut tenu en son temps par Jules Ferry et consorts pour enfumer le bon peuple et faire passer leur projet : en gros, l’école laïque, gratuite, obligatoire est forcément neutre puisqu’elle s’adresse à tous les petits Français quelles que soient leurs convictions. L’enseignement dispensé doit pouvoir être reçu par tous.

Mais, de quelle neutralité s’agit-il ? Confessionnelle ? Philosophique ? Le concept d’école neutre porte en lui-même sa propre contradiction. Puisqu’il s’agit d’un projet, il faut bien prendre un parti ! CQFD. En réalité, jamais le but des fondateurs de l’école laïque ne fut de donner un enseignement neutre aux élèves pas plus que les instruire d’ailleurs. Ceci n’était qu’un objectif secondaire. La priorité était d’arracher les consciences à l’Eglise, de former de bons républicains, donc d’éduquer plus que d’instruire, ou , si l’on préfère, instruire pour éduquer dans le sens voulu. Il est impossible dans le cadre de cet article de procéder à la recension de toutes les citations et déclarations faites dans ce sens par les pères laïcards à l’époque. Un livre qui fait bien le point sur la question, qu’il faut lire ou relire, est celui de François Brigneau, Jules l’imposteur (1), dans lequel l’auteur met magistralement en lumière cette imposture idéologique. Et pour que les choses soient bien claires à propos de cette prétendue neutralité, laissons la parole au franc-maçon René Viviani, socialiste et ministre de l’Instruction publique en 1904, déclarant à l’époque au journal L’Humanité : « La neutralité est, elle fut toujours un mensonge, peut-être un mensonge nécessaire… le passage à franchir était périlleux… on forgeait au milieu des impétueuses colères de la droite la loi scolaire. C’était beaucoup déjà que de faire établir une instruction laïque et obligatoire. On promit cette chimère de la neutralité pour rassurer quelques timides dont la coalition eût fait obstacle à la loi ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article