Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

L’actuelle campagne pour la prochaine élection présidentielle semble chaque jour en passe de franchir un nouveau palier vers la politique spectacle… Que ce soient les candidats ou leurs représentants, de quelques bords qu’ils soient, tous participent, de façon de moins en moins obligée et de plus en plus obsessionnelle, à un véritable numéro de cirque… pour le plus grand bonheur des animateurs des plateaux de télévisions ou de radios qui les font ainsi tous passer sous les fourches caudines de la dérision la plus humiliante.

 

Les émissions purement politiques ont quasiment disparues, mais les professionnels de la politique, eux, sont partout… Et quand ils n’y sont pas, ou pas suffisamment à leur gré, toute leur énergie semble déployer à se faire inviter dans les émissions dont les taux d’audimats sont les seuls barèmes déontologiques.

 

Citons quelques émissions « phares » pour exemples emblématiques, soit le rendez-vous dominical de Michel Drucker « Champs-Élysées » ou chaque soir celui de Laurent Ruquier (« On n’est pas couché ») sur France 2 ou de Yann Barthès (« Le Petit Journal ») sur Canal Plus auxquelles on pourrait encore ajouter ceux de Thierry Ardisson, Marc-Olivier Fogiel, Cauet, Arthur ou Patrick Sébastien…

 

Le point commun de ces émissions est de mélanger sans cesse peoples, sportifs, saltimbanques et personnalités politiques – rarement (euphémisme !) scientifiques, artisans, commerçants, dirigeants de TPE ou de PME, etc. – et de les soumettre à un feu croisé de questions diverses et variées qui ne manquent jamais, invariablement, de déraper très en-dessous de la ceinture, sorte de passage désormais obligé de tout divertissement contemporain qui se respecte.

 

Ces émissions sont toutes calibrées de la même manière : sur fond des événements de l’actualité quotidienne ou hebdomadaire, l’animateur interroge les sportifs ou les saltimbanques sur la marche du Monde, soit quelles seraient leurs solutions, forcément miraculeuses, pour faire reculer la misère ou stopper le trou dans la couche d’ozone ou leur demandent-ils encore de dicter leurs politiques aux grands de ce monde… tandis qu’il assèneront aux personnalités moults quolibets sur leurs discours et leurs actions et les interrogeront, eux, sur « ce qui les fait marrer », s’ils passent leur week-end à lutiner leur conjoint(e), quel sport ils pratiquent et, in fine, les obligeront à pousser la chansonnette ou à participer à quelques numéros de clowns – épreuves physiques ou examen oral de niveau cours de récréation – sensés montrer qu’ils sont « vachement cools »… Soit, plus prosaïquement, à montrer jusqu’où ils sont prêts à se ridiculiser : généralement jusqu’où il leur est demandé… voire même jusqu’où on ne leur demande pas, ce qui ne manquent jamais de déclencher des salves de rires gras et programmés.

 

Ainsi va la vie politique française actuelle…

 

Mais, et c’est là le plus extravagant, la quasi-totalité des politiques remercient toujours d’avoir été invités et assurent être prêts – et désireux– à revenir dès qu’on le leur demandera. On sent même que s’ils pouvaient devenir permanent de ces émissions, ils auraient l’impression de décrocher quelque Jack-pot miraculeux.

Succès assuré, mission remplie, il ne leur reste ensuite qu’à attendre avec gourmandise leur gain en popularité dans l’inévitable sondage publié le lendemain dès potron-minet.

 

La soumission aux maîtres tous puissants des médias de la part des dirigeants politiques ou de ceux qui aspirent à le devenir est assez effarante. Et effrayante !

 

[...]

 

Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article